• l'an que ven

    Plus que quelques jours, et cette pharamineuse année de quarantaine ( 20 et 20…) entrera dans l’histoire.
    On aura tout vu, lors de ces douze derniers mois : la surprise, l’incompréhension, les tentatives de tout, les hésitations, les tâtonnements, et la naissance, que dis-je ? Naissance ? Non, plutôt
    l’ émergence auto créatrice d’innombrables experts aussi saugrenus que de tout poil et de n’importe quoi, dont le principal but est de paraître à la télé, histoire de se se faire croire qu’ils ont un petit brin d’existence.
    Et la prolifération exponentielle de moutons de Panurge qui les suivent bêtement, et celle, plus dangereuse encore des semis loups qui hurlent avec eux en espérant récupérer un os à ronger.
    Il y aurait beaucoup à dire sur la justice malvoyante, mais pas aveugle, la police qui cherche et ne se trouve pas, les affaires propres de l'argent sale,  la pollution pandémique, l'économie ruineuse, les campagnes sans paysans et les paysans en campagne, les peuples coupables de leurs présidents irresponsables, les usines sans ouvriers, les travailleurs sans emploi, les salaires sans travail, les chômeurs préoccupés.

    On pourrait aussi parler des hommes à femmes sans parité ( et réciproquement ),  des religieux sanguinaires, des pacifistes assassins, des chemises noires et de la peste brune, des matricules tatoués, de l'argent omniprésent, de la politique erratique, de l'insécurité sociale, des assurances pas sures et des assureurs pas gracieux, des guerres chirurgicales, des plus jamais ça, des gens sans terre et des terres prétextes, des reproductions homosexuelles, des médecins mal soignés , des histoires de la géographie.
    Quand on aura dit tout sur les amis que l'on hait et les ennemis qu'on estime, les regrets qui laissent un goût de remords, les amours détestables et les haines admirables, les vengeances piteuses et les punitions triomphantes, les argousins corrompus et les bandits au grand cœur, les peuples arrogants et les princes perdus ,  les amants des épouses des hommes infidèles, les dessins animés  de seins inanimés,  le temps perdu sans recherche, les il n'y a qu'à, les il faut qu'on, les riches sans partage, les pauvres riches d'illusions, les discours sans parole, les promesses sans tenue, les moi je, les pas nous, les oppresseurs bien aimés, la télévision qui se fait son cinéma, les esclaves reconnaissants, les options obligatoires, les bananes républicaines, les républicrates népotiques et le mandarinat des démoblicains, sans oublier  les intégristes allumés.
    Il restera encore à dénoncer les cons tout puissants…
    Il y avait beaucoup à dire, beaucoup a été dit, il faudra beaucoup dire encore et toujours, de peur d'oublier l'espoir de voir ce monde devenir un jour vraiment humain. 
    Il y a plus à dire encore sur ce qui va bien,  sur les montagnes de dévouement, les océans d’abnégation, les merveilleux élans de solidarité, et tout ce qui s’est fait discrètement, sans ostentation ni prétention par des gens venus de l’anonymat et qui y retourneront sans la moindre hésitation, mais ce n'est pas la peine d'en parler, cela ne fait pas vendre les journaux, ni grimper l'Audimat...
    Tout ça nous amène au seuil d’une nouvelle année, que je vous souhaite heureuse, pleine de tout ce dont nous oserons rêver et qu’elle soit la base de reconstruction de notre pauvre monde, qui en a bien besoin...

     

    JOYEUX NOËL et BONNE ANNEE !!!!!!!



  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Décembre 2020 à 08:35

    Merci pour tes bons voeux.En retour les miens  de Bon Natale et de Pace et Salute pour cette année qui va s'ouvrir et que nous espérons meilleure que celle qui s'achève sur un bilan que tu as su  si bien présenter !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :