• Justice, république, perquisition choucroute 

    Justice, république, perquisition choucroute Nos temps, que je qualifiais encore il y peu d'incertains, deviennent saugrenus, burlesques, voire coquecigruesques.
    Bien sûr cet adjectif n'existe pas, mais l'attitude et les propos de quelques uns des élus de notre pauvre république laissent facilement à penser qu'ils sont, comme l'animal fantasmagorique issu de l'incommensurable grandeur de l'esprit d 'Alcofribas Nasier, issus des amours saugrenus d'un coq et d'une grue ayant forniqué sous l'influence de la ciguë.
    Je parle bien entendu des propos des élus évoqués, pas de leur parents qui sont très sûrement de bien braves gens.
    Les quotidiens, hebdomadaires et bien sûr les périodiques écrits, parlés, télévisé ou bouche-à-oreillisés s'en sont fait et s'en feront pendant encore quelques jours des gorges chaudes.
    Des supputations jaillissent de tous les réseaux sociaux et autres maternités de médisances, mais je n'en ai vu ni lu aucune parlant d'un point qui pourrait, éventuellement être envisagé.
    La perquisition qui a , bien involontairement, rendu possible ce non événement burlesque a été interrompue à la suite des gesticulations et vociférations des élus en cause.
    Une perquisition, tout le monde devrait le savoir a pour but la recherche d' éléments de preuve deJustice, république, perquisition choucroute  l'infraction qui l'a rendue réalisable. Et donc de découvrir ces fameux éventuels éléments. L'arrêt de la perquisition provoque, bien entendu, le départ des perquisitionneurs.
    Ce qui donne l'occasion aux éventuels éléments compromettants de peut-être avoir l'occasion de prendre la poudre d'escampette... Et par là même de clore l'affaire.
    Bien sûr, c'est vrai, j'ai l'esprit un tantinet tordu. Mais, hein, bon !
    Toutes ces éventualités sont naturellement au plus conditionnel possible, bien entendu.
    Il n'en reste pas moins que l'attitude desdits élus est pour le moins déplorable et finalement, me confirme ce que mon Père disait des politiciens: ceux qui éructent, insultent et provoquent n'ont pas droit à une majuscule et ne sont rien , ceux qui ont de vrais arguments parlent à l'esprit, et à la raison
    .


    images; aldaria02.centerblog.netlespetitsbrins.com


  • Commentaires

    6
    Dimanche 21 Octobre à 04:47

    Bon moment à prévoir en votre compagnie,

    je vous plébiscite "Plébiscite dans les sens de cité par la plèbe"yes

    l'affaire est destinée aux gorges chaudes du peuple pour ses jeux de cirque en remplacement du poste vacant (à quelles autres occupations ..celles de la période de VICHY ….je suis confus de cet affreux jeu de mots) de celui qui disait qu'une fois encore on tentait de le diaboliser ...suivez son regard au borgne ! même la Marine française ne lui arrive pas aux chevilles.

    Je retiendrais dans votre admirable texte l’expression ''clore l'affaire ''

    En effet ne pourrait on pas employer « chlore ou chlorer » dans le sens de rendre plus sain et plus blanc ce nid de miasmes dont la contagion est dangereuse pour nos jeunes spectateurs-acteurs de drames mégalo-politicard ?

      • Dimanche 21 Octobre à 22:26

        au moins, ce bruissement politico-judico-saugrenu nous aura appris quelque chose : quelque part , la tentative de diabolisation a pour conséquence l'éclosion chez les "diabolisés" d'une mégalomanie ma foi fort réjouissante pour les observateurs qui ont quelque chose entre les oreilles.

    5
    Samedi 20 Octobre à 15:17

    Mélanchon est un provocateur et on s'en lassera !

    Bon samedi.

      • Dimanche 21 Octobre à 22:30

        tout passe, tout lasse ...

    4
    Samedi 20 Octobre à 10:58

    Il est sur que certaines attitudes ne grandissent pas les acteurs de ces faits et l'épisode sur les accents régionaux a été le coup de grâce

    Amicalement

    Claude

      • Dimanche 21 Octobre à 22:29

        on existe comme on peut ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :