• joyeusetés

    Il est des gens qui trouvent que la vie n' est pas belle et il est des gens qui trouvent que tout va bien.
    C’est banal ? Pas tant que ça en l'air !
    Car, si il n'était pas de mécontents, il n’y aurait pas de contents non plus, c’est évident, puisque l’un ne peux pas exister sans l’autre.
    Ni l’autre sans l’un, bien entendu.
    Si on tient compte du fait, indéniable et prouvé depuis que le premier matin du monde a fait fuir la nuit des origines, que ce qui plaît à l’un ne plaît pas à l’autre et vice versa.
    Sans la moindre ambiguïté, on établit ainsi l'inévitabilité des râleurs et autres pisse-froid qui pullulent , tout comme celle des optimistes indécrottables et autres béats tout aussi nombreux.
    Les politicaillons de tout poil peuvent donc continuer à dire et faire n'importe quoi, il auront toujours des supporteurs.
    Par exemple, là-bas dans l'est slave, on scénarise de faux assassinats, histoire d’em...bêter le voisin.
    Tandis que là-bas, dans l'ouest covboillisant, on remet sur le tapis un rendez-vous qu'on avait provoqué puis annulé avant peut-être de le reporter, avec bien sûr toutes les bonnes raisons du monde. Il suffit, pour y presque croire, de lire les gazouillis des uns et des autres sur les réseaux qu'on dit sociaux et ne sont, hélas bien souvent, que vecteurs d' inanité, vanité et autres mots en ité exprimant le vide.
    Ailleurs, au Sud, au Nord ou n'importe où, n'importe qui fait n'importe quoi dans n'importe quel but, pour peut-être passer à la télé ou obtenir Dieu seul sait quoi de Dieu seul sait qui.
    Les mises en examen, formule supposée être plus douce -ou moins dure, c'est selon - que l'inculpation, les mises en examen, donc , pour de sombres histoires de gros sous pas propres, pas claires ou mal fagotées tombent sur les pauvres épaules des ex-aspirants aux ors du faubourg du patron des boulangers.
    Qui sont, c'est évident, puisqu'ils le clament à tous les vents, aussi innocents que l'agneau d'Abraham.
    Des gens très à droite de l'échiquier se fournissent à bas prix chez des gens très à gauche du même échiquier, démontrant ainsi que les sous n'ont ni odeur, ni couleur, ni scrupules.
    De temps à autre, ici ou là un quidam accomplit un acte courageux ou généreux, sans rien réclamer, discrètement, humblement.
    La Presse est heureuse de rapporter l'exploit de ce terrien lambda, qui devient aussitôt vedette éphémère.
    Mais on oublie très vite le bienfait, car, les interminables discussions sur les malheurs du monde font mieux vendre.
    Vanitas vanitatum et omnia vanitas disait l'ineffable Ecclésiaste.....


  • Commentaires

    5
    Mardi 12 Juin à 08:45

    quelque fois je me demande aussi si notre liberté n'est pas la cause de cette manie de ne pas aller au bout des choses, mais rien que d'écrire cette phrase j ai envie de me contre dire et de défendre cette liberté de tout critiquer de tout dénoncer de tout essayer une chose est certaine la fermeté manque beaucoup en France  ..... 

    Et puis  zut  je vais faire ma grosse égoïste et te dire que je pars 10 jours sur une île ...... et non pas la tienne, ni si loin juste l’Île de Noirmoutier mais ça me convient royalement .....mais je voudrais tout de même un peu de soleil,  tu vois on peut pas s’empêcher ......de réclamer !!!

    qq nouvelles de St A .... belles inondations nouvel  hopital fermé ..... et beaucoup de dégâts le temps lui aussi devient fou! 

    bisous et à bientôt

      • Mardi 12 Juin à 13:35

        bonnes vacances! le temps, comme les hommes est en effet devenu fou ! heureusement il est encore quelques gens de bon sens....

        bisous

    4
    Lundi 4 Juin à 09:54

    Le bon peuple se gave de ces informations secondaires ou éphémères.Trop de personnes sont dans le monde de l'illusion. C'est parfois triste.

    Bonne semaine

    3
    Vendredi 1er Juin à 09:02

    C'est l'attention qu'on leur prête que leur donne leur importance, je vis sur mon petit nuage et j'y suis bien, ma vie se déroule belle est douce, le jour ou la faucheuse passera je n'aurai aucun regret ni remord

    Amicalement

    Claude

    2
    Jeudi 31 Mai à 13:29

    Bonjour Peache, quelquefois comme toi je rêve! Je rêve qu'il existe une chaîne d'informations qui ne donnerait que des bonnes nouvelles, des belles histoires, du positif qui nous ferait croire que le monde et les hommes sont beaux et bons.

    Mais évidemment il n'y aurait pas de quoi remplir les plages horaires.

    Kisetoj amiko.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :