• je ne suis pas né quelque part

    Hier, au cours d'une conversation à bâtons rompus, le discours  est venu sur les identités, les origines, les ostracismes et les divers racisme qui donnent tant de relief à notre monde.
    Je me suis souvenu d'un petit texte que j'avais ici-même publié il y a quelques années, et qui m'a semblé être l'expression de mon  propos, puisque je venais de revendiquer mon état d'esprit de citoyen du monde.
    Et il me semble qu'en  nos temps incertains il pourrait être utile de le rappeler:

    Je ne suis pas né quelque part

    J'aurais pu naître Kabyle ou Togolais
    Ou même Anglais,
    Voir le jour en Asie, en Afrique,
    Et pourquoi pas  aux Amériques,
    Sur une île des mers lointaines,
    Ou simplement en Lorraine.
    Ou même n'importe où.
    Car mes Vieux sont de partout,
    Je suis chez moi partout.
    La Terre est ma maison,
    Le ciel mon horizon,
    Le sel de la mer parfume le pain
    Que j'ai gagné de mes mains.

    Je ne possède rien,
    Je ne demande rien,
    Mais si le Monde est à moi,
    Si j'y suis partout   chez moi,
    Ce n'est pas  par hasard :
    Je ne suis  pas né quelque part.


  • Commentaires

    6
    Vendredi 17 Novembre 2017 à 09:27

    On peut se sentir citoyen du monde, mais nous avons tous des racines particulières.j'ajouterais que je suis certain que dans certains endroits de cette terre tu ne serais pas le bienvenu car quoi qu'on en dise le racisme existe même si la couleur de peau ne soit plus l'argument essentiel....

    Bonne fin de semaine.

      • Samedi 18 Novembre 2017 à 04:15

        c'est justement ce que je veux dénoncer !

    5
    Vendredi 17 Novembre 2017 à 08:15

    Nous sommes tous nés quelque part, mais quelque soit notre horizon n'oublions jamais que la terre est notre maison

    Amicalement

    Claude

      • Vendredi 17 Novembre 2017 à 08:29

        j'ai voulu parler de ceux qui font référence à leur lieu de naissance pour se donner une existence....

        bonne fin de semaine

    4
    Vendredi 17 Novembre 2017 à 08:07

    Beau poème, bien écrit et dont je comprends le sens, mais je ne pourrais pas me l'attribuer. Il y a bien des pays dans lesquels je n'aurais pas aimé être née, surtout dans ma peau de femme.

    Bonan semajnfinon mon cher Peache, kisetoj.

      • Samedi 18 Novembre 2017 à 04:14

        heureusement, on ne choisit pas

        kisetoj, amikino

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :