• J.B.BOTUL, conseiller du roi.

     Bon jour !    Comme vous le savez, si vous lisez la Gazette, l'actuel pacha des Qaramanlis a quelques menues divergences avec ses sujets. La populace fronde, se rebelle même, et tente de le renverser .
        Bien sûr cette agitation est ressentie avec une sorte de curiosité un tantinet inquiète en nos terres françoises. Notre prince, lui même enBon jour ! délicatesse avec le peuple qui ne comprend pas toujours ses hautes visées, ne pouvait manquer cette occasion de briller aux yeux de ses adulateurs, et de redorer son blason afin qu'il brillât comme au Grand Siècle, quand Louis Dieudonné régnait.
           Et pour ce faire, notre cher (très cher) prince n'a pas tergiversé. Il n'a pas hésité, et nous reconnaissons bien là sa clairvoyance et son extraordinaire sens politique, il n'a pas hésité, donc, à entendre les avis lumineux et presque prodigieusement presque bien informés du marquis de la Bon jour !Chemise Fendue, disciple Ô combien échevelé de son si cher Jean Baptiste BOTUL, qui, de sa retraite de Nueva Königsberg l' a tant ébloui par sa connaissance profonde des tréfonds de la pensée, et sa magnifique propension a évoluer avec tant d'aisance dans les hasardeuses circonvolutions du cortex de l'homo sapiens sapiens.
         Hors donc, le marquis , après avoir fait le siège du palais royal, a obtenu que le roi le reçoive, en compagnie des chefs des frondeurs d'Outre Méditerranée. Et, sans coup férir, en grande conformité avec son habituel sens de la décision , notre prince a décidé d'Bon jour ! envoyer ses galères bombarder le pacha .                        
         Cependant, à Bruxelles, le Congrès des secrétaires d'état au Conseil des Dépêches fut fort surpris de cette décision, quelques uns de ces membres allant même jusqu'à visser leur index sur leur tempe droite  (ou gauche si le titulaire l'index est gaucher).Le secrétaire germain en fut, dit-on, Bon jour !fort courroucé, ainsi que la très britannique ministre des affaires externes de la vieille Europe. Il est convenant de noter l'attitude prudente et néanmoins politiquement correcte  de notre secrétaire des affaires du dehors, qui, quelque peu surpris , a réussi a affirmer d'un air convaincu que notre prince a raison comme évidemment toujours. 
          L'expérience tempère toutefois les ardeurs guerrières, et ne doutons point queBon jour ! notre prince, comme il en a coutume, reviendra un tantinet sur ses pas, notamment quand il ne sera plus sous l'influence philosophiste du marquis.
        D'autant  plus  que le pacha a laissé entendre qu'il  pourrait bien, en cas d'agression, révéler quelqu' encombrant secret....


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :