• insuffisance

    insuffisanceLe marronnier en forme de serpent de mer de l' orthographe désastreuse des élèves du primaire est de retour.
    M.Matthieu Charrier, dans un article sur Europe1 publié sur les actualités de Google le 17 avril 2012, précise "qu' en vingt ans, les performances des élèves de CM2 en orthographe ont chuté".
    Et cela " inquiète le ministre de l’Éducation Nationale", qui va pondre une circulaire pour aiderinsuffisance les enseignants à remédier à cette situation. 
    Il est spécifié dans cet article que
    "le pourcentage d'élèves faisant plus de 15 fautes dans une dictée de 10 lignes est passé de 25 à 46 % depuis 1987".
    Dans le même temps, la progression des langages " abrégés " utilisés par les jeunes gens dans leurs communications par texto interposé a été fulgurante.
    Les adultes ou supposés tels ne sont pas immunisés contre cette maladie.
    Il suffit, pour s'en rendre compte, de faire une partie de scrabble sur interne, où les bj, mci, bvo,lol, ap, et autres abréviations plus bizarres les unes que les autres font florès, bien que les amateurs de ce jeu soient ( supposés?) être des amoureux de la langue.
    insuffisanceA qui la faute ?
    Aux élèves qui manquent d'attention, voire d'intérêt lors des cours?
    Aux enseignants qui ne sauraient plus enseigner ?
    Aux programmes surchargés ?
    Aux méthodes d’apprentissage saugrenues ?
    Aux ministres successifs qui auraient été plus soucieux de laisser une trace de leur passage que de l'efficacité de l'enseignement ?
    Probablement un peu de toutes ces "raisons".
    insuffisanceAu risque d'être classé définitivement parmi les vieux barbons réactionnaires, je me demande comment il se fait que, quand nous avons quitté la maternelle, mes collègues septuagénaires et moi- même, nous savions déchiffrer les lettres et les chiffres, et étions capables de lire , sans comprendre souvent , mais à 6 ans, le journal quotidien est un peu ardu !
    Nous n'étions pas plus malins que les gamins d'aujourd'hui, loin de là, et nos enseignants pasinsuffisance meilleurs que les actuels.
    Pourtant, ils entraient à la prestigieuse École Normale avec le BEPC, obtenu en classe de 3ème, c'est à dire bien loin de la licence nécessaire aujourd'hui pour accéder à cet admirable établissement.
    Le b a ba, que nous récitions en chœur plus ou moins harmonieux a été remplacé par des méthodes dites globales, les opérations de calcul par les mathématiques dite modernes, les cartables et les programmes ont été surchargés, diverses méthodes se sont succédées pour en arriver à la situation actuelle.
    insuffisanceN'étant que citoyen lambda, et n'ayant pas fait partie du corps enseignant, je ne connais pas la solution. Il est vrai que les autres citoyens non plus...
    Néanmoins et efficacité en plus, j'ai constaté qu'en 2012, le bon vieux ba ba, que j'utilise, dans leinsuffisance cadre de la Croix Rouge, lors de cours de français aux étrangers arrivant dans notre pays est toujours aussi efficace.
    Nos apprenants sont peut-être plus motivés?
    Notre statut de bénévole est-il source d'implication plus forte ?
    Je n'en sais rien.
    Tout ce qui précède n'est que mon avis. Et, bien sûr, je le partage..


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Avril 2012 à 06:54

    En dehors de l'hortographe, des règles de grammaire et des mathématiques, on nous enseignait un certain esprit critique qui nécessitait de comprendre ce que nous lisions, on nous enseignait aussi des valeurs qui n'ont plus cour aujourd'hui, la modernité est bonne quand elle ne détruit pas les bases

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :