• Indignés

    IndignésSi on en croit les propos de ceux qui se désignent sous le vocable "d'indignés", nous sommes tous désignés, nous, les gens, ceux qui survivent malgré les efforts de nos dirigeants, ceux qui ont participé à la grande belle économie, celle qui a grandi et prospéré en proportion inverse du travail fourni, sans en retirer ce qu'ils en espéraient, ceux qui n'y peuvent mais, ceux qui sont "laissés au bord de la route " comme l'affirment les candidats de tout poil, quand ils annoncent, la larme à l’œil et la main sur le cœur, qu'ils feront tout pour que cela cesse.
    En évitant, prudemment bien sûr, d'indiquer les moyens qu'ils utiliseront dans ce but. Et en s'empressant d'oublier leurs promesses sitôt élus.
    IndignésStefan Hessel, ce nonagénaire génial, qui sait de quoi il parle pour avoir lutté de toutes ses forcesIndignés contre le nazisme et pour les droit de l'homme, est à l'origine de ces mouvements, qu'il a lancés avec son livre  "Indignez-vous ".
    Il faut cependant tempérer l'enthousiasme que cet homme pourrait susciter, car, français de fraîche date ( il n'a été naturalisé français qu'en 1937), il est évident que ses sentiments gaulois doivent être soumis au contrôle et à la modération du premier ministre, spécialiste en la matière ( voir son commentaire sur Madame Joly, candidate) et qui parle au nom de qui vous savez.
    Bien sûr Monsieur Hessel ne parle pas de français, de germains, d'ibères ou de lusitaniens, mais de gens comme vous et moi , américains, asiatiques, européens, ou océaniens, (dans l'ordre alphabétique , pour ne déplaire à personne...) qui en ont assez d'être ceux que Marius appelait des "couillons ", dans son Bar de la Marine, sur le Vieux Port .
    Partout, dans le monde qu'il est convenu de nommer civilisé ( un peu exagérément quand même), des Indignésgens manifestent, disent qu'il faut cesser de jouer, que le vrai monde n'a rien en commun avec wall street, le cac 40, nasdaq, dow jones,   euronext ou autres, ni avec ces "agences" que de lumineux chefs d'états, qui n'ont plus un sou, paient pour s'entendre dire qu'ils n'ont plus un sou, démontrant ainsi le magnifique esprit de synthèse et d'à propos qui les a portés au pinacle.
    Bien entendu, pendant ces manifestations indignées, des crétins congénitaux, courageusementIndignés encagoulés, dommages collatéraux de la civilisation , cassent des vitrines et brûlent des voitures, histoire de se donner un statut.
    Et, tout aussi bien entendu, les responsables gouvernementaux ne voient que les vitrines et la fumée des autos, en toute logique, puisque, quand on montre du doigt la lune à un fou, il regarde le doigt .


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :