• Imiter pour se croire grand

         Imiter pour se croire grandUne nouvelle idée lumineuse finit de germer dans les boîtes crâniennes des dirigeants de la république.
         A l'instar du grand ( par la taille ) frère américain, on veut faire prêter aux jeunes gens serment d'allégeance aux armes, et bien sûr, par la suite à tous, ce qui nous amènera un peu plus en anglosaxonie, après la première dame et le retour dans l'Otan.
          Bientôt, la bible viendra dans les tribunaux, et on rebaptisera officiellement l'avion jouet Imiter pour se croire grand
    présidentiel. Les gendarmes, qu'on a déjà affublés de casquettes ridicules, seront commandés par ses shérifs, et on chantera le Stars and Stripes dans les écoles. On pourra revenir à la peine de mort, assassinat légal pratiqué dans de nombreux états du pays "modèle". Et on enseignera le créationnisme dans les universités.

          Imiter pour se croire grandPar ailleurs, le mot choisi – allégeance – signifie fidélité, ce qui se conçoit aisément, mais aussi soumission, ce qui laisse à penser sur les intentions des promoteurs. On est loin de l'allégeance à l'amour de René Char.
        En fait, il semble sous-tendu que cette allégeance soit une soumission déguisée aux va-t-en-guerre d'outre atlantique, puisque la soumission aux armes comprend tacitement la soumission à l'Otan, que les neveux de l'Oncle Sam dominent sans conteste.
         Quand on voit les résultats obtenus par ce fameux Otan, qui est aussi peu efficace que l'ONU, machin de de Gaulle, on peut être pris de doutes, voire d'inquiétude. Si encore, à la rigueur, cette sacrée foutue allégeance se faisait à l'Europe, on pourrait y croire, puisqu'il faudra bien un jour que les vieux continentaux réalisent enfin une véritable union européenne.
         Je vais encore être taxé d'antiaméricanisme primaire.
      Imiter pour se croire grand Pas du tout. J'ai aimé, admiré même, les grands hommes qui ont fait ce pays, Imiter pour se croire grandde Jefferson à Lincoln, de Franklin à Martin Luther King, et j'ai toujours autant d'affection pour les millions d'anonymes qui ont cru et croient encore à la liberté.
        Mais on est maintenant loin, très loin, des rêves de Georges Washington, qui, lui, était admirable. Se vouer à ce point à une admiration envieuse est signe de tout ce que vous voudrez, mais n'est pas digne d'un République issue des aspirations populaires du 18ème siècle, dont les Lumières doivent se retourner dans leurs tombes.
         Mais il ne s'agit peut-être que d'une toquade, et bientôt le bon sens pourrait revenir .
         Sait-on jamais ...


  • Commentaires

    2
    Mercredi 21 Septembre 2011 à 22:06

    pauvres bernaches, on dira encore que c'est leur faute si il n'arrive pas !

    1
    Bernard Rousseau
    Mercredi 21 Septembre 2011 à 16:18

    Le bon sens, s'il veut revenir devra suivre de près un vol de bernaches...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :