• il faut, dit-on, de tout pour faire un monde

     

    il faut, dit-on, de tout pour faire un mondeVoilà un extrait de la liste des titres dans la rubrique "culture" des actualités de Google de ce 18 janvier 2014 :
    Amazon vendra ses livres plus cher
    The Economist imagine une idylle entre Obama et Jennifer Aniston
    Calendrier scolaire, les pros du ski mécontents
    Avortement, revenir en arrière en France est impensable
    Il tranche le doigt de sa femme pour une simple broutille
    Gérard Depardieu lance sa propre compagnie aérienne
    Sami Naceri sous contrôle judiciaire pour violences et ivresse
    En ouvrant son ordiniphonipodtablomp4g, cet appareil aussi incongru qu'imaginaire dont les génies terriensil faut, dit-on, de tout pour faire un monde ont tiré toutes ces mécaniques qui nous sont, hélas, devenues indispensables, un extra-terrestre curieux, qui voudrait savoir ce qui traîne dans les crânes terriens , s'apercevrait que la culture humaine est un ramassis de chasse aux gros sous, d'histoires de fesses, de sauvagerie et d'ivrognerie .
    C'est, peut-être, la raison pour laquelle il déciderait de rester chez lui.
    Et , en réfléchissant un peu ( ça m'arrive parfois) je me suis dit que Google est peut-être il faut, dit-on, de tout pour faire un mondeun organisme dirigé en sous main par de grands cerveaux plus ou moins gouvernementaux.
    Un peu ce qu'on appelait la cinquième colonne pendant les années sans obésité ni cholestérol du siècle dernier, qui "gérait" les informations à "rumoriser"(1)pour tromper l'ennemi.

    Ce dernier était tout le monde, puisque la guerre était mondiale.
    Et que, finalement, les humanistes, savants, poètes, écrivains, grutiers, plombiers et académiciens et nous aussi mes frères, sommes  de dangereux éléments perturbateurs, susceptibles de il faut, dit-on, de tout pour faire un mondefavoriser l'envahissement de la pensée par des choses sensées, ce qui serait dangereux pour la belle sérénité des tyranneaux, roitelets et autres politicardiciens(2) de tout poil qui règnent ici-bas .
    Nos éminents dirigeants sont donc les derniers remparts avant l'invasion de notre planète par la civilisation.
    Alleluia.

     (1) du latin -oris (bruit)( ne figure pas ( pas encore...) au NPLI... 

    (2) mot valise formé des mots politicien et politicard. L'affixe ard  signifiant, au choix, mauvais, dilettante, bricoleur ou tout ce  qui vous vient à l'esprit  dans cet ordre d'idées  ( dans mon NPLI personnel )

    photos :numerama.com;clipart-gif.com;delamarejean.free.fr;forum-auto.com,

     

     


  • Commentaires

    3
    Lundi 20 Janvier 2014 à 11:11
    Marie (Esclarmonde)

    les sites d'infos sont le miroir grossissant de la folie humaine alors que les gens heureux n'ont pas d'histoires par définition, pourtant on devrait les raconter, celà ferait du bien à tous. Belle journée à toi

    2
    Lauryale
    Dimanche 19 Janvier 2014 à 09:34

    J'adore la réponse du "le penseur du jour" ! Mais que serions nous sans informations ? S'il est vrai que la majorité des infos dont on nous abreuve, mérite la destination finale qu'il préconise, il faut reconnaître tout de même qu'elle nourrit notre réflexion et qu'elle ouvre notre esprit. Nous avons pu constater que malgré tout le mal que certains pensent de la télé, les gens ont dans l'ensemble évolués du moins pour ce qui concerne l'évolution de la société.

    J'ai entendu ce matin une phrase qui m'a marquée. " je ne suis pas intéressée par la tolérance, mais par la fraternité et la concorde". Beau programme, il est vrai que dans la tolérance que comme dans la pitié quelque chose de négatif.

    bises

    1
    Dimanche 19 Janvier 2014 à 08:06

    L'information n'est en fait que ce que nous en faisons, nos parents l'avaient déjà très bien compris, je me souviens très bien de la cabane au fond du jardin, toute l'information sur un clou attachée, attendant sagement qu'on l'oriente vers sa destinée

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :