• Hauts fonds

    Bon jour !     Ici , au fond , en bas , à droite  de cet océan que Magellan trouvait pacifique, nous vivons sur un microcosme de lumière, qui, presque sans complexe, se prend un  peu pour le centre du monde.
         On y trouve des gens de toutes origines,  dont les peaux de toutes les couleurs donne au paysage un bel air d’arc en ciel.
        On y trouve des paysages qui devraient être remboursés par la Sécu tant ils ont unBon jour ! effet humanisant sur leurs visiteurs.
         On y vit des histoires abracadabrantes, mais pas plus qu’ailleurs. On s’y castagne un peu, de temps à autre, histoire d’entretenir la forme, mais finalement pas plus qu’ailleurs.
         Et , sans se forcer le moins du monde , tout un chacun peut passer le bac  avec succès. Sur la Ouayêm ou la Ouaième ou la Wayêm selon son bon  plaisir.
          Ce lieu d’examen hors du commun est un fleuve large et tranquille, offrant des points de vue si sublimes qu’il  est vain de les décrire, vous n’avez qu’à venir les voir, non mais !
        Bon jour !  Et pour passer ce fleuve foin  de pont, ferry ou autre moyen commun. Il faut utiliser le bac, qui, accroché à son câble  guide, vous amène tranquillement sur l’autre rive,  au son d’un  moteur  soigneusement entretenu, ronronnant sous les mains expertes du passeur dont le sourire est gage de bonne traversée.
         Mais ce bac est âgé, et comme tout ce qui devient senior, matériel ou humain, il est un tantinet fatigué, et nombreux sont ceux qui, depuis des lustres, à l’instar des jeunes générations poussant les vieilles, envisagent de le remplacer par quelque chose qui sera plus jeune, plus beau, et - on l’espère - plus efficace.
         Et ces temps sont arrivés. On a construit à Numbo, là bas, près de Nouméa, un gros grand  beau et lourd bac, tout neuf, qui pourra porter plus d’autos, et faciliter la vie des voyageurs et des gens du cru.
        Ce beau bac, remorqué par un bateau, va quitter le sud de sa naissance pour rejoindre son affectation en longeant la côte, et  Bouloupari, Bourail et Koné , Koumac et Poum vont le voir passer, se rendant à Boat Pass , doubler Poingam, et, sous l’œil attendri de Balade et Pouebo, arriver enfin à son port d’attache, l’embouchure de la Ouaième, Ouaiême ou Wayêm (toujours selon le bon plaisir ).
           Il n’y a qu’un  tout petit aléa.
           Minuscule, presque insignifiant, puisque personne n’y avait pensé :
       L’embouchure du fleuve est un  peu encombrée de sable et autres menus argumentsBon jour ! qui vont obliger à creuser un chenal pour permettre au beau nouveau bac d’atteindre enfin le lieu de ses futurs exploits.
          C’est peut-être un coup du vieux bac pour poursuivre encore un peu son idylle avec la rivière,  allez savoir !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    5
    peache Profil de peache
    Mardi 23 Mars 2010 à 02:30
    Il avait beaucoup plu. Ils se sont plu. Elle s'y est crue, et leur passion a débordé
    4
    Lundi 22 Mars 2010 à 17:30
    peut-être que le vieux bac a engrossé sa rivière...
    3
    peache Profil de peache
    Lundi 22 Mars 2010 à 11:18
    c'est ben vrai, ça,; Mère Denis !
    2
    peache Profil de peache
    Lundi 22 Mars 2010 à 11:17
    c'est malheureusement vrai. Et c'est fait exprès, pour bien montrer que l'homme est très loin d'être.... humain
    1
    Mayaa
    Lundi 22 Mars 2010 à 08:57
    Elle est jolie, ton histoire, et ta conclusion encore davantage. Peache, tu n'es qu'un incorrigible romantique :)))
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :