• Grandes écoles, et petit peuple.

     

    Bon jour !     Le 10 novembre 2009, a l'occasion de la signature du contrat d'établissement de l’I.E.P. ( Institut d’Etudes Politiques ) de Paris, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a fixé comme objectif de porter à 30 % le nombreBon jour !d'étudiants boursiers accueillis dans les grandes écoles. 
         Dans un texte rédigé par l'instance qui les représente, la CGE ( Conférence des Grandes Ecoles ) et diffusé le 23 décembre 2009 , dit ce qu'elles ont sur le cœur : elles craignent que si l'Etat leur impose à chacune un quota de 30 % de boursiers, le niveau baisse, car les filières de recrutement seraient dans ce cas amenées à ne pas proposer à tous les candidats les mêmes  épreuves. 
         Peut-être  seraient-elles plus faciles pour les candidats sans sous que pour les candidats avec sous ? 
         C’est ainsi que la CGE indique très clairement "désapprouver la notion de "quotas" et réaffirme que les niveaux des concours doivent être les mêmes pour tous". Aussitôt, Bon jour !toutes les oppositions et toutes les majorités ( elles sont toutes pluriellesBon jour ! chez nous, c’est bien connu )  on fait un joli tohu-bohu pour s’insurger contre cette «  ségrégation » anti pauvres,  ( il est plus politiquement correct de dire  issus des quartiers difficiles ou défavorisés, selon le moment,  le lieu et la proximité électorale ), qui prétendrait que l’intelligence est l’apanage  des gens issus des quartiers favorisés ( ce qui est plus politiquement correct que dire les quartiers et les banlieues huppées ).
          Selon  les tenants des 30% de boursiers, l’intelligence n’est pas réservée aux rupins.Bon jour !       Vous le savez comme moi, puisque vous êtes ( nous sommes, ils sont ) issus due ce qu’il est convenu de nommer la classe moyenne ( taille 1,75 m, 75 kg  avec quelques centimètres  et kilos de tolérance, évidemment ) c’ est absolument faux, puisque nous sommes fauchés  ,  et, toutes modesties mises à part, quand même un peu intelligents.
         La CGE, qui ne réunit pas que des tyranneaux jaloux des prérogatives de leur(s) caste(s) déclare aussi qu’il est, de loin, préférable d’aider, par des conditions d’études normales ( si je comprends bien ces conditions sont celles des  quartiers  et banlieues privilégiés ) les jeunes filles et jeunes gens susceptibles de se présenter aux concours d’admission et qui seraient bien sûr issus des quartiers.... voir plus haut )
         En un mot de donner à tous nos successeurs les moyens matériels et de scolarité pour qu’ils puissent accéder à ces sacrées foutues grandes écoles . 
      Bon jour !   Il me semblait, moi,  que Monsieur Jules Ferry avait déjà dit un truc dans ce genre, ils y a un gros siècle. Non ? 
         D’un autre côté, ceux qui pensent nous diriger actuellement sont tous plus ou moins issus de ces grandes écoles. 
          Vous pensez que   ça pourrait  constituer un encouragement à y entrer ???
        Déjà qu’avec les 80% d’une génération titulaire du baccalauréat   … Mais ça c’était l’opposition actuelle qui l’avait décidé, quand elle était au pouvoir.
          A votre avis , qui a raison ( ou qui n’a pas trop tort ) ?

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    peache Profil de peache
    Vendredi 8 Janvier 2010 à 12:10
    ah ! ça ira ! ça ira ! ça ira !
    5
    Vendredi 8 Janvier 2010 à 09:49
    tiens! je croyais qu'ils avaient fait connaissance avec la veuve! euzautes là, ces aristo-crados bourgeois. on va devoir recommencer.
    4
    peache Profil de peache
    Jeudi 7 Janvier 2010 à 21:41
    Awah! Mektoub, tu imagines la marquise du Carreau de la porte du Fond du Couloir et autres lieux  voisiner avec Zohra Ben Ali Ben el Mektoub à la remise des prix ? Fi, ma chère , quelle déchéance !
    La lutte des castes remplace la lutte des classes 
    3
    Jeudi 7 Janvier 2010 à 18:54
    pourquoi des bourses, les études devraient être gratuites pour tous.
    2
    peache Profil de peache
    Mardi 5 Janvier 2010 à 20:32
    Bien sûr, Butineuse, bien sûr. L'idéal serait que tous les gamins, de tous les quartiers , de tous les villages  soient égaux devant l'enseignement, et que ledit enseignement leur soit dispensé dans les meilleures conditions. Ainsi, ils auraient tous toutes leurs chances . Il y aurait encore à réduire le handicap des conditions de vie familiales, ce qui n'est pas un  mince problème.
    Les bourses sont une sorte de samu social culturel. Il ne devrait y avoir  aucune personne dormant dans la rue, et aucun gamin   laissé de côté. 
    Je sais, j'utopise beaucoup ces temps ci... 
    1
    Mayaa
    Mardi 5 Janvier 2010 à 15:29
    Ils feraient mieux d'offrir une bourse à un plus grand nombre de jeunes ayant passé ces difficiles concours d'admission. Cela ne ferait pas baisser le niveau par des quotas arbitraires, et au contraire encouragerait certains jeunes gens et jeunes filles à passer cesdits concours, s'ils savent qu'une fois admis, ils seront aidés pécuniairement.

    Donner une bourse à un étudiant pour qu'il parvienne à obtenir son diplôme est dans bien des cas primordial voire vital (si mon mari n'avait pas eu une bourse il y a presque trente ans, il ne serait jamais devenu ingénieur), mais a contrario ouvrir les portes d'une école à un élève pour la seule raison qu'il est boursier me paraît être une hérésie.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :