• francophonie, J.O., publicité, choucroute

    francophonie, J.O., publicité, choucroute Quand Monsieur de Coubertin remit les J.O.  en marche vers la fin du 19ème siècle, le français en  fut la première langue officielle, suivie peu après par l’anglais, logiquement, puisqu’un français était à l’origine de l’affaire, et que ces deux langues étaient parlées un peu partout dans le monde, en raison des empires coloniaux .
    Et tout le monde s’en portait bien .
    Puis est venue la mode des globish, franglais et autres sabirs aussi sots que grenus ayant donné aux snobs (ceux qui, selon Monsieur Larousse, affectent et admirent les manières, les opinions qui sont en voguefrancophonie, J.O., publicité, choucroute dans les milieux qui passent pour distingués et qui méprisent tout ce qui n'est pas issu de ces milieux).
    En somme ceux que les vrais gens ont nommés, selon les époques zazous, bobos, mirliflores , toqués, minets, dandys, muscadins ou gommeux, renforcée par l’admiration inconditionnelle d’un outre-atlantisme béat et crétinisant , qui nous a apporté entre autre imbécillités, la notion de première dame, "titre" donné à l’épouse du Président de la République, espèce de tentative de royaliser la fonction pour grandir l’ego d’un petit locataire de l’Elysée.
    Et maintenant, comme tous les quatre ans, des villes sont candidates pour organiser ces réunions sportives, et font tout -et n‘importe quoi- pour attirer le chaland, et – et peut-être surtout- ses sous.
    C’est ainsi que de lumineux allumés ont fait tout leur petit possible pour donner à Paris, capitale française toutes les chances de décrocher la timbale.
    Et ils ont réfléchi, se sont réunis, ont consulté, ont créé des commissions, -et touché beaucoup de sous - pour pondre le slogan imparable qui tentera les terriens comme la confiture attire les mouches.
    Et ils l’ont éructé, peaufiné, présenté aux autorités qui l’ont agréé avec un enthousiasme digne du roi UBU et ils ont affiché les trois mots "Made for sharing" en lettres de feu sur la Tour Eiffel, qui, la pauvre, n’a rien pu faire pour les en empêcher.
    francophonie, J.O., publicité, choucroute Cette expression, qu’ils n’ont même pas inventée, fut employée à de nombreuses reprises dans des publicités pour des bonbons, des biscuits et autres gâteries bien entendu anglo saxonnes.
    Si encore, ces têtes presque pensantes avaient eu, pour une fois une idée saine, et inscrit leur traduction ( approximative ) "Venez partager" suivie des trois mots en anglais, ont aurait pu penser qu’ils avaient envisagé ainsi de plaire à tout le monde.
    Mais ce serait faire grand cas du niveau de ces zazous, bobos, mirliflores , toqués, minets, dandys, muscadins ou gommeux.
    Mais ils sont payés pour penser, alors ...

    images : 1dex.ch; laristo.hautetfort.comphoto.ina.fr


  • Commentaires

    6
    Dimanche 19 Février à 06:52

    Et dire que les irréductibles qui défendent notre langue se trouvent sur d'autre continent

    Amicalement

    Claude

      • Lundi 20 Février à 00:02

        ça prouve au moins que notre langue a un retentissement international. les non pensants qui la  dénigrent disparaîtront avant elle 

        Bonne journée

         

    5
    Samedi 18 Février à 10:38

    Moi aussi ça m'énerve de constater comme nous sommes envahis par les mots d'anglais partout, même si je n'ai rien contre cette langue ce n'est pas normal! On invente sans cesse de nouvelles expressions en anglais pour définir tout et n'importe quoi, c'est pénible à force.

    Alors on va parler en espéranto: Bonan semajnfinon mon cher Peache.

      • Samedi 18 Février à 10:44

        ni nepre parolas esperante ! ni estas civitanoj del'mondo 

    4
    Samedi 18 Février à 10:17

    Devant le tollé général je crois bien qu'ils vont être obligés de compléter ce slogan avec une phrase en français et cela ne sera que justice.Il faudrait d'ailleurs que ce soit la première phrase celle en Anglais venant ensuite.

    Bon week end. 

      • Samedi 18 Février à 10:43

        en tous cas on l'espère !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :