• folie déambulatoire

    folie déambulatoireUn fou chemine, seul, un soir
    De vent et de tempête,
    Sur un chemin creux et noir ,
    avec son entonnoir sur la tête.
    En marchant, il pense,
    car, c'est vrai, ma foi,
    Les fous pensent plus que ne le croient
    ceux qui se croient sans démence.                        
    Il pense à son grand-père,
    Fusillé pendant la "grande" guerre,
    Pour avoir crié au monde
    Que la guerre est immonde
    Et que c'était foliefolie déambulatoire
    Que d'y laisser sa vie.
    Il pense à son père ,
    Embastillé après la deuxième guerre,                                      
    Pour n'avoir pas compris
    Que les autres étaient les ennemis.
    Il pense à son frère,
    parti faire l'école en Arabie,
    mort, égorgé par les frères
    des enfants qu'il avait instruits...
    Il se souvient du jour où on lui a dit,
    sans ambages,
    qu'il était fou,
    Et que cela gênait beaucoup
    Les gens bien nés, et même les sages.
    Il pense, du haut du mur de l'asile
    folie déambulatoireQui domine la grande ville,
    Qu'il était bien malin celui qui
    Avait mis les fous à l'abri
    De ces gens sensés qui,
    N 'étant pas fous, n 'ont pas compris
    Que le vrai sel de la vie
    Se trouve seulement dans la folie.

    images : www.alain-barre.com ; generationsfutur.zici.frwww.yves.brette.biz


  • Commentaires

    7
    Lundi 5 Septembre 2016 à 05:58

    La question est de savoir ou commence et ou s'arrête la folie, on est tous le fou des autres, dans un monde d'imbécile la personne sensée passera pour un idiot

    Amicalement

    Claude

    6
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 08:33

    Erasme a écrit l'Eloge de la folie, tu viens de nous le refaire à ta façon. La folie ne se trouve pas toujours là où on se l'imagine.

    Bon dimanche Peache, bises.

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 14:12

        être fou qu'est-ce, au juste ? c'est être différent....

    5
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 07:57

    Le tribut que l'on paye aux guerres est bien trop lourd et les conséquences de ces conflits sont désastreux.

    Ceux qui survivent ont de quoi devenir fous devant les horreurs qu'ils ont vu et l'obscurité de leur devenir.

    Triste .

    Bon dimanche.

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 23:06

        tout ces gens qui ont survécu, et toutes ces guerres qui recommencent............Il y a là comme une incohérence, non ? Mais l'humanité et l'incohérence sont intimement liées! Alors ...

    4
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 07:14

    Nul n'est à l'abri de la folie et cette société est bien compliqué pour les pauvres dérangés

    Amicalement

    Claude

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 14:16

        elle est compliquée pour les fous, les pas fous et... tous les autres !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :