• foje, tradukado estas perfido...(1)

     Urbi et orbi.
    A la ville et au monde.
    Cette phrase latine, exprimant la bénédiction que le Pape adresse au monde le jour de Pâques, est plus que souvent traduite par "à Rome et au monde" et tous, religieux, journalistes, et chrétiens en général le répètent, aussi "panurgiquement" que les moutons de l'œuvre de Rabelais, religieux et néanmoins anticlérical notoire .
    Pourtant, si Rome est évidemment une ville, le mot "urbi" signifie seulement - et uniquement - "ville ".
    C'est peut-être - ou sans doute, c'est selon - parce que la Papauté est installée au Vatican, état enclavé dans la ville de Rome.
    Finalement, ce détournement lexical n'est pas plus antinomique que le fait que les descendants de Saint Pierre, éminent disciple du Christ soient installés dans la ville qui fut le siège de l'empire romain, dont Pontius Pilatus fut le représentant à Jérusalem, quand Jésus fut condamné et exécuté.
    Est-ce la démonstration du pardon?
    Ou bien une sorte de moyen mnémotechnique pour rappeler les origines des relations entre Rome et la Chrétienté?
    Ou encore un simple concours de circonstances ?
    Ou bien encore cette formule pourrait-elle représenter l'ego des instances dirigeantes de la chrétienté?

    _____________________________

     

    (1) Parfois, traduction est trahison...

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Avril à 10:03

    pas grand monde cet année sur la place Saint Pierre pour recevoir la bénédiction papale.Rome reste une ville qui rappelle l'antiquité et la chrétienté  et à ce titre je l'aime bien.

    Bonne semaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :