• faut-il légiférer ?

              Il est dans l’année  des dates qui sont  chargées d’histoire,  de symbole, comme par exemple le 14 juillet, jour béni au cours duquel on fête la Saint Camille, le premier octobre  qui voit le rattachement du Baloutchistan à l’Inde, le 8 mai qui commémore les massacres de Sétif,  le 11 novembre qui vit naître le parlement de Toulouse et, surtout le 30 avril, jour d’entre les jours .
          Bon jour ! Bien sûr, à cette date, la Légion étrangère a écrit une page de sa gloire, par, paradoxalement, une défaite écrasante. C’est aussi ce jour là que les dix de Nantes, comme  disaient mes petits camarades ( et moi aussi, évidemment ) du CM1 ont rendu obligatoire la tolérance,  que l’ineffable Bonaparte a vendu la Louisiane aux états Unis après l’avoir reçue quelques mois avant des espagnols ( il n’est fait état nulle part de l’avis des "louisianais"  qui étaient vraisemblablement considérés comme de la roupie de sansonnet) .  
         Des tas de gens sont nés ou sont morts à cette date. Mais l’évènement planétairement intéressant ,  bien plus préoccupant que la crise en Grèce, au Portugal et partout ailleurs, bien plus que la faim au Mali, la misère à Haïti, beaucoup moins quand même, soyons réalistes et honnêtes ,   que  les difficultés  consécutives aux rumeurs soigneusement entretenues qui  parlent du couple formé par notre petit président et sa grande épouse  ( sans trop qu’on sache ce qu’elles disent ).  
            C’est dans  cette universelle  préoccupation que cette nécessité première de la survie de l’humanité, si on en croit les lumineux esprits qui dirigent  la vieille Europe obscurantiste, que le 30 avril a été choisi pour être la journée contre la fessée.
                Et c’est demain.
            Demain,  donc,  des  colloques  se tiendront, à grand frais et sous  les ors de palaces au soleil, ou encore dans des arrière-cours ténébreuses voire dans des salons  huppés , entre gens de bon aloi.
              Et on discourra sur l’utilité, l’éventualité, la suppression, l’interdiction de la Bon jour !fesséeBon jour ! et de ses conséquences , non  pas sur les fessiers des enfants, mais sur leur comportement d’adulte. Il y sera tout dit, sur ce délicat sujet, des résolutions seront prises, et un beau jour, notre omniprésent président affirmera d’une voix ferme et définitive qu’une loi sera présentée au parlement dans les meilleurs délais pour que cesse cette situation  intolérable.
           Bien plus intolérable  que les nuits sous les ponts des sans abris, les fouilles de Bon jour !poubelles par des affamés,ou  les angoisses des chômeurs en fin de droit et toutes les réjouissances qui émaillent la vieBon jour ! ordinaires des gens de tout en bas , et  bien entendu   que les " casse-toi sale, con, karcher , racailles " et autres incongruités qui émaillent à l’occasion son vocabulaire.
             Le vieil Albert , qui tirait la langue à tous les imbéciles du monde l‘a bien dit : tout est relatif.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Avril 2010 à 18:22
    84% des interrogés sont contre une interiction, c'est dire si cela intéresse les postérieurs..
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :