• ex æquo

    ex æquoDans quelques jours, le monde entier, ou tout au moins une bonne partie, fêtera la journée de la Femme, en disant, chantant, murmurant, roucoulant qu'il est enfin temps de dire que les deux éléments indissociable de l'avenir de l'Homme sont égaux.
    Néanmoins et pinaillage congénital en plus, je me vois contraint et forcé d'amener quelques bémols aux aussi grandiloquents qu'hypocrites discours dont les médias de tout poil vont nous saouler le 8 mars.
    Tous deux pétris  dans la même glaise ou, pour un des éléments, si on en croit la Bible, d’un ex æquomorceau extrait du prototype, survivant plus ou moins en harmonie depuis des millénaires sur la même planète, fabriqués par le même artisan (artiste?), et ayant pour finalité leur propre perpétuation, l’homme et la femme, bien que physiquement différents devraient, logiquement, être égaux, chacun étant un élément indispensable au processus d’évolution de l’autre . Tout au moins si nous en croyons la définition de notre cher Larousse.
    C’est à ce point précis qu'un problème commence à se manifester. En effet, tout être vivant, et humain, a sa propre personnalité, un raisonnement logique personnel, distinct de celui de son voisin, et bien sûr, de sa voisine.
    ex æquoLa question est donc de savoir si ces différentes logiques infirment ou confirment le principe supposant une égalité pleine, entière et définitive, qu'on se prend à espérer voulue par le Premier Géniteur, ce qui n'est ni démontré, ni d'une fulgurante évidence.  Ce  n’est pas non plus une mince affaire qu'essayer d'y voir clair.
    Nombreux sont ceux qui se sont plongés, avec plus ou moins de bonheur, dans une tentative d'éclaircissement de ces éventuelles  nuances. A ce jour, sauf peut-être quelques farfelus plus illuminés par leurs rêves qu’éclairés par l’esprit,  personne n’a prétendu avoir  réussi à établir ne serait ce qu’un embryon  de solution. Il est vrai que le Créateur n'a pas manifesté un enthousiasme délirant pour les aider à y parvenir. Mais peut-être n'était-ce -  et n'est toujours  pas  - son intention. ça se saurait !
    L’égalité, en tant que  composante irrécusable de la Démocratie, ne peut être ni partielle, ni conditionnelle.
    Elle est ou elle n’est pas.
    Elle ne peut être qualifiée, toute adjonction d'un adjectif modifiant son sens originel, et par conséquent lui ôtant ce sensex æquo originel.
    Elle ne peut être soumise à des critères de force, de beauté,  de fortune ou d’origine, de race, de couleur et, bien entendu, de sexe.
    Pour s'en rendre compte il suffit de constater que l’homme est physiquement plus fort que la femme, et celle-ci plus intuitive.
    Ou qu’ils le croient, ce qui, en définitive, revient au même.
    Il n'y a donc pas d’égalité physique, en raison de la différence de force, ni morale,  en raison des niveaux  de faculté de divination .
    Il n'y a pas non  plus d'égalité devant la vie, puisque, quoi qu’en disent quelques phallocrates ou féministes "convaincus"(qu'on pourrait en l'occurrence écrire en deux mots...), la femme souffre infiniment plus l’homme lors de la naissance de leur progéniture, tout en s’accordant pour déclarer le  point de départ de cette naissance nettement plus agréable pour chacun des deux,
    Il n’y a pas, non plus, d’égalité dans le langage, en français, tout au moins.  De  nombreux mots, tels que, par exemple et ex æquopour n'en citer que quelques-uns,  vainqueur, ordinateur, pompier, officier, atelier ou carburateur n’ont pas de féminin. 
    Par contre - et pourrait-on ici soupçonner une machiavélique malice ? -  il n’y a pas de masculin  à équivoque, mais il y  a un féminin à voleur et à criminel.
    Il faut aussi admettre que si la police, comme la justice sont féminines,  la paix et la guerre, bien que du même genre, ne sont pas, hélas, des parangons  d’égalité.
     Même donc si sa devise l’affirme haut et fort, il n’y a pas d’égalité de force,  de morale, de service, ni de souffrance entre les habitantes et les habitants de notre beau pays.
    Ni des autres, d'ailleurs, quelles que soient leurs maximes.
    Mais il y en a une dans le crime… qui, lui,  est masculin.
    Ambiguïté, quand tu nous tiens  !
    Mais …..

    """Le poète a toujours raison
    Qui voit plus haut que l'horizon
    Et le futur est son royaume.
    Face à notre génération,
    Je déclare avec Aragon:
    La femme est l'avenir de l'homme...."""

    ex æquo

     photos: www.normandie-actu.fr ; passeurdesciences.blog.lemonde.fr , www.ouest-france.fr ;www.cairn.info ; fr.kichka.com 


  • Commentaires

    3
    Vendredi 1er Avril 2016 à 08:49

    J'aime beaucoup l'image du petit qui dit " ..... je veux être moi même "   Merci pour cet article 

    Bonne journée 

    2
    Mercredi 2 Mars 2016 à 08:00

    Bonjour Peache, personnellement je trouve ces "journées" qu'elles soient de la femme, de la gentillesse, de la politesse ou des compliments comme hier parfaitement inutiles et stupides.

    Comme tu le dis les hommes et les femmes ne sont pas égaux, mais complémentaires, avec chacun des attributs et des fonctions différentes; le problème est de mettre de l'égalité dans ce complément sans que la femme ne soit lésée. Il existe encore de par le monde des sociétés dites matriarcales sur lesquelles nous devrions peut-être prendre exemple, car il semble que tous y soient heureux.

    Bonne journée sur ton  isle, bises.

    1
    Mercredi 2 Mars 2016 à 07:37

    Oui est la femme a toujours été l'avenir de l'homme, sans elle l'humanité n'existerait pas, elle se serait éteinte à la première génération ou alors il aurait fallu que l'homme soit hermaphrodite.

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :