• études

    Au hasard de pérégrinations aventureuses sur la mondiale toile d'araignée qui nous piège au point que plus on s'y frotte tard ( pas dans la journée, dans la vie ..) plus on s'y.. colle, on lit d'étranges nouvelles.
    Ces
    découvertes vont des événements aléatoirement atomiques qui secouent sans vergogne nos environs plus ou moins immédiats, aux bienfaits de la la haille tèque en passant par les fluctuations erratiques de nos gouvernants et les frasques de ce qu'on nomme, avec parfois comme un relent d'envie, les pipeules.
    Mais, heureusement, on s'y occupe aussi de notre santé, tant il est vrai que cette dernière est génératrice d'une bonne petite  rentabilité .
    C'est ainsi que nombreux sont ceux qui se penchent avec zèle sur cet état qui nous guette à plus ou moins brève échéance, vous savez, cette maladie plus ou moins découverte par ce cher Aloïs.
    C'est ainsi que de nombreuses grosses têtes scrutent avec une avidité de bon aloi les indices permettant de définir avec plus ou moins de précision son arrivée.
    Quand on lit quelques uns de ces indices , comme, par exemple des troubles de la compréhension et du raisonnement, de la mémoire, ou des changements inexplicables du comportement, on pourrait, si on était de mauvais esprit, bien sûr, se croire au beau mitan d'une de ces discussions d'apothicaires allemands au sujet d'une éventuellement plus ou moins possible intervention chez le fou qui sévit entre Mare Nostrum et Mésopotamie.
    Où encore le stress professionnel ( qui, en toute logique ne devrait pas atteindre les supers séniors feignants (dans le sens adjectif, évidemment) dont nous sommes je suis, voire l'obésité ou le cholestérol qui pendent aux fourchettes des gamins engraissés au maque d'o ou au couic..
    Vous avez évidemment constaté que j'ai fait un usage immodéré de la locution plus ou moins dans ce court article.
    Serait-ce un indice ?
    Allez savoir..
    J'en entends qui vont me traiter d'iconoclaste, de peigne zizi voire, pour les mal élevés, de jean-foutre.
    Mais après tout, on se défend comme on peut, non? 
    Allez bonne journée, n'oubliez pas vos pillules !

     

    photos : association-service.com;  francetvinfo.fr; iphon.fr


  • Commentaires

    2
    Samedi 21 Septembre 2013 à 08:15

    Il y a le bon ou le mauvais alois, lequel est le découvreur?

    Quand au troubles de la mémoire, il y a longtemps que c'est devenu une maladie nationnale, peut être même mondiale, car il semble que de plus en plus de peuples perdent la mémoire, à moins qu'ils aiment souffrir, à les voir sans cesse vénérer ceux là même qui les pèlent à sang, on peut se poser la question.

    Passe un très bon week-end

    amicalement

    Claude

    1
    Vendredi 20 Septembre 2013 à 21:45
    Marie (Esclarmonde)

    En tout cas, la vilaine maladie d'Aloïs est encore bien loin de te concerner. Bon week-end à toi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :