• entretien

         Vous semblez vous tenir très informé de l’actualité politique française. Quel regard portez-vous sur notre nouveau président ?
         M. H : Depuis des mois, il s’étale ; il a harangué, triomphé, présidé des banquets, donné des bals, dansé, régné, paradé et fait la roue… Il a réussi. Il en résulte que les apothéoses ne lui manquent pas. Des panégyristes, il en a plus que Trajan. Une chose me frappe pourtant, c’est que dans toutes les qualités qu’on lui reconnaît, dans tous les éloges qu’on lui adresse, il n’y a pas un mot qui sorte de ceci : habilité, sang-froid, audace, adresse, affaire admirablement préparée et conduite, instant bien choisi, secret bien gardé, mesures bien prises. Fausses clés bien faites. Tout est là… Il ne reste pas un moment tranquille ; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres ; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète.
         Derrière cette folle ambition personnelle décelez-vous une vision politique de la France, telle qu’on est en droit de l’attendre d’un élu à la magistrature suprême ?
         M. H. : Non, cet homme ne raisonne pas ; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute-puissance serait fade si on ne l’assaisonnait de cette façon. Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit, et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve si énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve quelque surprise. On se demande : comment a-t-il fait ? On décompose l’aventure et l’aventurier… On ne trouve au fond de l’homme et de son procédé que deux choses : la ruse et l’argent…Faites des affaires, gobergez-vous, prenez du ventre ; il n’est plus question d’être un grand peuple, d’être un puissant peuple, d’être une nation libre, d’être un foyer lumineux ; la France n’y voit plus clair. Voilà un succès.
         Que penser de cette fascination pour les hommes d’affaires, ses proches ? Cette volonté de mener le pays comme on mène une grande entreprise ?
         M.H. : Il a pour lui désormais l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort et tous les hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que la honte…Quelle misère que cette joie des intérêts et des cupidités… Ma foi, vivons, faisons des affaires, tripotons dans les actions de zinc ou de chemin de fer, gagnons de l’argent ; c’est ignoble, mais c’est excellent ; un scrupule en moins, un louis de plus ; vendons toute notre âme à ce taux ! On court, on se rue, on fait antichambre, on boit toute honte…une foule de dévouements intrépides assiègent l’Elysée et se groupent autour de l’homme… C’est un peu un brigand et beaucoup un coquin. On sent toujours en lui le pauvre prince d’industrie.
         Et la liberté de la presse dans tout çà ?
         M. H. (pouffant de rire): Et la liberté de la presse ! Qu’en dire ? N’est-il pas dérisoire seulement de prononcer ce mot ? Cette presse libre, honneur de l’esprit français, clarté de tous les points à la fois sur toutes les questions, éveil perpétuel de la nation, où est-elle ?
    ______________________________________
    M. H est Victor HUGO, et ces propos  proviennent de son ouvrage « Napoléon le Petit », le pamphlet républicain contre Napoléon III.

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    20
    Samedi 26 Novembre 2011 à 07:17

    I liked this post very much as it has helped me a lot in my research and is quite interesting as well. Thank you for sharing this information with us.

    19
    hem59
    Mardi 3 Novembre 2009 à 10:38
    oui, el mektoub, celui là même !!!  mdr
    18
    el mektoub
    Mardi 3 Novembre 2009 à 09:47
    quand je vous le disais, on ne compte plus les i après le pfu.....

    ce qui dénote un manque d'humour évident, je vous en prend à témoins!

    mais bon, soyons zen, il a d'autres qualités le vieux zoreille

    ton petit doigt , celui qui te gratte l' oreille??
    17
    peache Profil de peache
    Lundi 2 Novembre 2009 à 21:10
    pfuIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
    16
    hem59
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:23
    eh oui mon petit doigt m'a dit que tu étais en champagne
    15
    el mektoub
    Lundi 2 Novembre 2009 à 13:17
    ah ben, mi jt'e reconno ti t'es min couin, non, mais à peu de chose près ..si!

    on ne peut mesurer l' humour, seulement son manque..au nombre de i après le Pfu  , c'est dire.

    14
    hem59
    Lundi 2 Novembre 2009 à 08:17
    celui que tu nommes affectueusement le "vieux" est plus jeune que moi !!!

    quant à l'humour !  comment le mesurer ?
     mais je sais, el mektoub, que vous en avez tous deux !  
    je ne sais pas si je te suis " chère"  mais oui c'est féminin !!!!!!!!!!
     Hem est le nom de ma ville !! 

    13
    peache Profil de peache
    Dimanche 1er Novembre 2009 à 21:55
    repfuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
    12
    el mektoub
    Dimanche 1er Novembre 2009 à 14:27
    bof, on va dire ça cher( chère) Hem, je ne sais si le vieux a de l' humour, ce que je sais c'est que j' en ai au moins pour deux!
    11
    peache Profil de peache
    Samedi 31 Octobre 2009 à 12:55
    pfuiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!
     
    10
    hem59
    Samedi 31 Octobre 2009 à 10:10
    merci,  el mektoub !  ceci éclaire ma lanterne !! j'aime bcp ton humour !!!
    cela tient sans doute de famille n'est il pas ?
    9
    el mektoub
    Samedi 31 Octobre 2009 à 09:49
    pas difficile à comprendre pour les seuls initiés, il me disait que ne connaissant plus le nom de sa femme je devais avoir perdu la tête...

    ce qu'il n' avait pas remarqué le bougre c'est que j' avais pris les initiales patronymiques de chaque Nom du couple CQFD...mais ce n' était qu'une première impression.
    8
    hem59
    Samedi 31 Octobre 2009 à 00:20
    merci  ! tu as (une fois de plus) raison  je l'ai dit et je le ferai !!!!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    peache Profil de peache
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 21:06
    ah que nenni, pas de traduction.  t'as qu'à apprendre l'espéranto, puisque tu m'as dit un jour que tu le ferais . Non mais !
    6
    hem59
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 15:34
    traduction svp !!!
    5
    peache Profil de peache
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 10:03
     El Mektoub ! cxu vi ne konas la nomon de via onklino, kiel estos via malricxa kapo ?  Vi malsxancas, sed vi povas esperi pli bonan vivon, kiam vi rememoros tiun nomon !
    4
    hem59
    Mercredi 28 Octobre 2009 à 19:11
    ben !! el Mektoub comme tu y vas !!!
    monsieur Hugo,  Victor de son prénom, la femme de peache !!!

    j'avais déjà lu cet entretien du grand Victor et j'avais trouvé la ressemblance vraiment frappante
    3
    el mektoub
    Mercredi 28 Octobre 2009 à 12:49
    Moi, j' avais cru que MH c'était sa femme à Péache, gloups!!!!m' enfin je ne l' ai encore jamais entendue se prendre pour VH cxu ne ?
    2
    Mayaa
    Mercredi 28 Octobre 2009 à 10:37
    Tu as mené ton affaire avec habileté, ne dévoilant l'auteur du texte qu'à la toute dernière ligne.


    Paul Morand a dit : "L'histoire, comme une idiote, mécaniquement se répète" ...


    1
    hem59
    Mercredi 28 Octobre 2009 à 10:18
    comme il est d'actualité cet entretien ! as tu entendu la dernière ?

    les dépenses somptuaires de N S
    (non pas Notre Seigneur mais bien Nabo SAigneur )

    repas à 5000 euros par personne au Grand Palais et une douche construite pour sa SAigneurie (et qui n'a jamais servie) pour la bagatelle de 245 000 euros
    qui dit mieux ????

    non je n'ai pas fait de faute ! c'est bien un A que j'ai mis volontairement !!!!  
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :