• Émoluments, salaires, décence et révolutions

        Bon jour ! Dans la presse, quelle soit peuple ou d'information, on parleBon jour ! avec des trémolos admiratifs dans la voix, des pharamineux "salaires" des acteurs. Et, dans la même page ou le même journal radio ou télévisé, on évoque des gens qui fouillent les poubelles pour manger ou trouver un carton qui leur fera office de chambre à coucher sous un pont ou un porche.
         Bien sûr, ces jeunes ou moins jeunes gens et jeunes femmes font un métier difficile, qui demande beaucoup d'efforts. Les cantonniers, les mineurs, les éboueurs aussi. Bien sûr ce ne sont pas les mêmes efforts. Mais l'estomac d'un OS fonctionne de la même manière que celui des stars.
         Finalement cette fumeuse histoire d'égalité qui nous est serinée à longueurs de campagnes électorales se résume aux égalités anatomiques, et encore, seulement celle du fonctionnement interne des individus. Quoi qu'on n'utilise pas le mot individu ou l'expression "l'autre, là" en parlant de ceux qu'il est de bon ton de nommer des étoiles. 2.350.000€ ( Marion Cotillard ). Deux millions trois cent cinquante mille €.
           Par an, quand même, ce qui relativise sérieusement, pas vrai?
         Car en fait ce n'est même pas le "salaire" d'un joueur de football international (Benzema, Réal Madrid, 233.000 € mensuels ). L'abyssale disproportion entre les revenus de quelques uns et les aumônes faites aux autres pour leur éviter de crever de faim  et les maintenir en état de travailler ne semble pas perturber outre mesure les chefs.
         J'allais écrire grands  chefs, mais je  me suis aperçu à temps que la grandeur répond à d'autres critères.
          Les peuples  qui actuellement  essaient de se débarrasser de leurs oppresseurs ont atteint la situation qui sera celle des peuples "développés" dans moins de temps que prévu.
         Bien sûr, il faut rémunérer le talent, bien sûr les compétences particulières doivent être reconnues, et si un ingénieur était payé comme un manœuvre, il faudrait revoir les critères du bénévolat. Il est normal qu'il y ait des écarts, que les compétences soient rétribuées, même le jeune homme barbu qui prêchait la pauvreté et l'amour du prochain l'a dit.
         Il est vrai qu'il n'avait pas besoin de salaire pour se nourrir puisqu'il pouvait multiplier les petits pains, ni pour ses vacances puisqu'il marchait sur l'eau, mais de là à payer un jeune homme 233 fois plus qu'un autre jeune homme parce qu'il joue au football et que l'autre balaie les rues me paraît pour le moins anormal, voire indécent.
         Il est un point positif, quand même, dans ces nuances salariales: il ne viendrait à l'idée d'aucun mercanti de refuser un chèque de M. Benzema, même si il résidait dans ce que les gens habituellement bien informés nomment un quartier à risques …
        Bon jour ! Le racisme et la bêtise ont une limite: Monsieur Boubakar N'dyae (1), millionnaire en dollars où même en francs cfa, même originaire de Dakar ou de Tombouctou, n'est pas un sale nègre, comme l'est  ce bougnoule(2) qui balaie la rue, toutBon jour ! comme MM Benali et Moubarak qui étaient , il y a moins de trois mois, parfaitement fréquentables, recommandables même, et sont devenus ipso facto dictateurs et tyrans et sont voués aux gémonies par leurs récents ( mais ex, quand même... ) laudateurs.
    Bon jour !   On peaufine, dans les secrets bureaux des rédacteurs de discours de présidents , des textes vengeurs à l'adresse du planteur de tente psychopathe, et dans les mêmes bureaux, des textes encenseurs, en cas.
         On ne sait jamais …

    _______________________

    (1) Je ne sais pas si il existe un M. Boubakar N'dyae, et ici ce terme ne désigne qu'une personne virtuelle, bien entendu.

    (2) Ce sale mot n'est employé ici que pour renforcer l'exemple, évidemment.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :