• égalité choucroute

    égalité choucroutePartout, tout le temps, par les sacro-saintes ondes télévisuelles, par les subtils organes de presse écrite et par  toutes les radios ( y compris radio cocotier) on nous dit que le Môôônde est en crise. Et bien entendu , une de ses infimes petites parties, celle dont nous avons l’insolente chance d'être ressortissants, et dont la fière devise parle, entre autres, d'égalité.
    La Crise, c’est cette situation cataclysmique, dantesque, ruineuse, créatrice de marasme , issue de l'épouvantable appétit d'ogres financiers aussi décervelés que sans scrupules.

    Et cette crise provoque partout une misère noire. Attention, que personne n’aie l’idée saugrenue de me soupçonner d’un racisme quelconque parce que j’ai utilisé le mot noir. Il est vrai que je ne risque pas grand chose, quand on voit le flop qui a suivi les hurlements presque indignés de quidam presque outrés contre les propos un tantinet provocateurs d’une ex-copine de qui vous savez. D’autant plus que, issant d'un bougre de base du vulgumégalité choucroute pecus, mes avis n’ont pas bien grand poids en cette période de pharamineux espoirs d’accès au Pinacle. Les uns sont prodigieusement exaltés par leurs ahurissantes prétentions à être les sauveurs du monde, les autres étant ahuris par leurs prétentions exaltées à atteindre le même but.....
    M’enfin, comme disait, avec son bon sens spirouesque, ce cher Gaston Lagaffe, la crise, c’est pas pour tout le monde.
    Bon d’accord, beaucoup d’entre nous ont quelques menues difficultés à manger des nouilles en fin de mois pour cause d’absence de sous permettant d' acheter le gaz servant à faire bouillir l’eau pour les cuire. Et vous savez tous que les nouilles,  crues, sont très loin d'avoir les qualités gustatives et nourricières du canard à l'orange!
    égalité choucrouteNéanmoins et incongruités en plus, la moyenne nationale des revenus est sérieusement revalorisée par les quelques liards chichement attribués aux fouteux footballeurs, et notamment à ceux qui s’agitentégalité choucroute un peu et friment beaucoup dans leur club germanopratin.
    En effet le "salaire" du moins mal payé vaut à peine 3.841 RSA ( "revenu" de solidarité active), ou 1.152 SMIC, rémunération presque suffisante pour manger presque tous les jours.
    Mais, il faut être objectif quand même, ces innombrables nantis qui peuplent joyeusement nos usines, et balaient nos rues ont le loisir d' apprécier - gratuitement - à la télé, aux devantures des magasins, les prodigieux exploits des ploutocrates du stade.
    Et ils ont même le droit de les siffler !
    Alors de quoi se plaindraient-ils, tout compte(s) fait(s)

    photos : cgtprobtp.over-blog.com ;www.express.be ;emotions.20minutes-blogs.fr


  • Commentaires

    3
    Vendredi 23 Octobre 2015 à 09:02

    Les nantis ne sont pas que dans les stades, ils sont partout et viennent donner des leçons de gestion et de solidarité, présentateurs de télé, artistes, politiques, sportifs de haut niveau tous ces salaires qui sont supérieurs à 50 000 euros par mois

    Amicalement

    Claude

    2
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 21:01

    Bonjour

    Et si il n'y avait que les fouteux à avoir un salaire de misère à 3.841foix RSA, les pauvres

    Riri, le pauvre de service, esclave des nantis.

    De ce pas, je reviens à mes occupations

    http://riri-linventeur.wix.com/les-debrouillards

    1
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 13:19

    Bonjour Peache, non la crise ce n'est pas pour tout le monde, et quand tu parles des footeux tu me fais monter la moutarde au nez.

    Alors je sors, toute énervée! smile Bises et bonne journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :