• droits, devoirs, liberté et toute cette sorte de choses....

    Quand, à la fin des premiers temps monarchiques, au cours desquels on s’est aperçu que les gens d’en bas n’avaient guère de droits, les Révolutionnaires ont établi cette Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, que Olympe de Gouges , plus révolutionnaire encore, a jugée insuffisante, puisqu’elle a écrit sa Déclaration des droits de la Femme. Comme elle, les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’homme ont aussi été guillotinés, ce qui donne une idée des moeurs du temps... Depuis ces temps pour le moins troubles et même, si, je m’en crois immodestement, incertains , la Révolution Française, comme toutes les Révolutions, a engendré des empires et autres dictatures.
    Aussi, en tant que Citoyen, et puisqu'on arrive au 14 juillet, j’ai repris ces deux déclarations, pour servir aux Kraboniennes et Kraboniens,(cf nouvelle république, sur ce blog du 21 août 2016, )et plus, si, éventuellement, il y avait affinités..
    Bien sûr, j’en entends déjà m’objecter que le mot Homme, en l’occurrence, désigne dans l’esprit l’être humain en général. Je veux bien mais, regardant le monde depuis plus de trois quarts de siècle, j’en suis venu, malgré toute ma bonne volonté, à en douter un tantinet...
    Qu'en pensez-vous?
    Article 1 

    Les hommes et les femmes naissent et demeurent libres et égaux en droits et devoirs. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
    Article 2
    Le but de toute association politique est la conservation des droits et devoirs naturels et imprescriptibles de l'Homme et de la Femme. Ces droits et devoir sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.

    Article 3
    Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu , home,ou femme, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

    Article 4
    La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui: ainsi, l'exercice des droits et devoirs naturels de chaque homme et femme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits et l’obligation de ces mêmes devoirs. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

    Article 5
    La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ni nulle ne peut être contraint ou contrainte à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

    Article 6
    La Loi est l'expression de la volonté générale. Tous les Citoyens et Citoyennes ont le droit et le devoir de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens, hommes ou femmes, étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

    Article 7 
    Nul homme,nulle femme ne peut être accusé(e), arrêté(e) ni détenu(e) que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent,expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis; mais tout(e) citoyen(ne) appelé(e) ou saisi(e) en vertu de la Loi doit obéir à l'instant: il (elle) se rend coupable par la résistance.

    Article 8
    La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul (le)ne peut être puni(e) qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

    Article 9
    Toute femme,tout homme, étant présumé(e) innocent(e) jusqu'à ce qu'il(elle) ait été déclaré(e) coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

    Article 10 
    Nul ne doit être inquiété ni ne peut inquiéter quiconque pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.

    Article 11
    La libre communication des pensées et des opinions est un des droits et devoirs les plus précieux de l'Homme et de la Femme: tout(e) Citoyen(ne) peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

    Article 12
    La garantie des droits et devoirs de l'Homme et du Citoyen ( de la Femme et de la Citoyenne )nécessite une force publique: cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et ne peut être utilisée de manière particulière par ceux auxquels elle est confiée.

    Article 13
    Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable: elle doit être également répartie entre tous les citoyens et citoyennes, en raison de leurs facultés.

    Article 14
    Tous les Citoyens et Citoyennes ont le droit et le devoir de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

    Article 15
    La Société a le devoir de demander compte à tout Agent public de son administration.

    Article 16
    Toute Société dans laquelle la garantie des Droits et devoirs n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.

    Article 17
    La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul(le) ne peut en être privé(e), si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

    images :fr.vikidia.org ,audiocite.net ;


  • Commentaires

    6
    Jeudi 13 Juillet à 10:20

    Les femmes, quoiqu'on en dise, presque toujours oubliées, traitées en quantité négligeable, bien sûr plus dans d'autres cultures que la nôtre, mais quand même, et que serait le monde sans elles? Tout provient d'elles et les anciennes civilisations qui vénéraient la Déesse mère le savaient mieux que celles d'aujourd'hui.

    Merci de réparer cette injustice mon cher Peache, bon 14 juillet et bonan semajnfinon, kisetoj.

      • Jeudi 13 Juillet à 10:45

        pour être juste, il  fut aussi convenir que, partout,  depuis toujours,  des dirigeants de tout poil ont été conseillé, parfois guidés, parfois même dirigés par des femmes. Et aussi que quelques unes, en dirigeant, n'ont pas été des parangons de bonté avec leurs soeurs ... Ceci n'est ni une excuse,ni une accusation, ni une provocation. Tout juste une constatation! Toujours enquêter à charge et à décharge !

        La virino estas l'estonteco de la viro.............

        bonan semajnfinon, kara !

    5
    Mercredi 12 Juillet à 10:18

    De bonnes résolutions dont l'application n'est pas aussi facile !

    Bonne journée.

      • Mercredi 12 Juillet à 12:49

        il n'y a pas de questions difficile, mais les  réponses le sont .............

    4
    Mercredi 12 Juillet à 08:39

    Que du bon sens, mais reste t-il encore un politique qui en ai?

    Amicalement

    Claude

      • Mercredi 12 Juillet à 12:46

        la politique, c'est nous, non ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :