• dons d'organes

    dons d'organesLe corps humain n'est que l'enveloppe charnelle de l'esprit. Qu'on soit clerc ou laïc, mystique ou athée, on ne peut que reconnaître ce fait.
    L'identité (en tant que  caractère permanent et fondamental) d'un individu, tout  a fait  indépendamment de ses particularités physiques, est  constituée par son Esprit , sa Conscience , son âme, ou son Intelligence, selon le nom qu'on veut bien donner, en fonction de la propre obédience de chacun.
    Quel que soit le mot, il s'agit bien d'une entité immatérielle, aussi impalpable qu'indestructible, et donc intransmissible ( au moins dans l'état actuel de la science et  pour au moins quelques millénaires encore ) .Exactement comme la marque, le type et le numéro minéralogique d'une voiture sont l'identité de ce véhicule.
    Par voie de conséquence, les différents organes du corps humain ne sont donc à considérer dons d'organesque comme des " pièces détachées " et peuvent ( doivent?) être utilisables comme telles.
    Elles peuvent donc être données, voire échangées (si la science rend cela possible). D'autant plus que ces donations peuvent permettre à une autre enveloppe corporelle de survivre, tout comme un carburateur d'occasion peut servir à pérenniser le fonctionnement d'un moteur. De toute manière, et quel que soit le mode de destruction du cadavre humain (crémation, inhumation ou démantèlement, comme au Tibet), tous ses organes sont perdus. Définitivement.
    Par ailleurs, et malgré la peine – compréhensible – de l'entourage du donneur, si la transplantation d'un organe ne prolonge pas la vie physique du donneur, qui de toute façon est terminée, elle permet, par contre, au receveur de poursuivre la sienne, ce qui n'est pas négligeable.
    Surtout quand on est le receveur.
    Exactement comme le carburateur d'occasion monté sur un autre moteur ne change pas l'immatriculation du véhicule réparé, mais prolonge sa vie.
    En effet seul, l' esprit (ou âme etc.) est la vie, donc l'identité, tout comme la carte grise est le moyen d'identification d'une voiture.
    Enfin,  le cerveau du donneur doit être mort avant l'intervention. Le cerveau étant le siège des commandes  "mécaniques"  de l'hérédité, de la mémoire, des qualités et des défauts qui  font les particularités de chacun, ces dernières ne sont heureusement pas transmissibles.
    dons d'organesIl n'y a donc, philosophiquement, aucune contre-indication aux  dons d'organes. S'il peut en être différemment en fonction  des options religieuses de chacun,   il  dons d'organesappartient à  chacun de  décider du  don de  ses  propres organes, en vertu du fait que chacun est propriétaire de son corps, et du libre arbitre laissé aux hommes dans la plupart des religions.
    Le bahaïsme, le  bouddhisme, le catholicisme, le protestantisme, l'hindouisme, l'orthodoxie, le jaïnisme  autorisent le don d'organes,  l'islam, le judaïsme l' autorisent pour sauver une vie. Par contre, la tradition  africaine l'interdit.
    Mais a-t-on le droit de refuser à l'  Autre le  don de  ce qui lui permettrait  de continuer à vivre ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mercredi 11 Avril 2012 à 05:34

    Vaste sujet sur lequel il est bien compliqué de débattre, le problème du don d'organes n'est jamais vu dans son ensemble mais seulement sous son aspect matériel et matérialiste, vouloir approffondir devient un délit et c'est bien dommage, j'ai choisi librement d'être donneur d'organes, mais je refuserais fermement de devenir receveur et c'est de cet aspect du problème qu'il n'est pas possible de débattre

    amicalement

    Claude

    1
    Samedi 10 Mars 2012 à 09:10

    Bonjour, Merci pour votre gentil commentaire sur mon blog pour mon article sur le Marais Poitevin que j'aime tant. En effet si vous en avez l'occasion venez visiter notre belle région vous serez surpris par sa diversité. Bon w.e. Amicalement. Danielle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :