• disparition

    disparition Chaque matin, après mon petit déjeuner, je jette un œil sur les nouvelles. Il y a une demi-heure, après avoir discuté de l'influence du vent sur le vol des mouettes autour du ponton avec Patton, chat noir et blanc au nom de guerrier blindé,  j'ai donc ouvert gougueule, et je me suis régalé des diverses "informations" qui   fleurissent dans les pages "informatives".
    C'est ainsi que j'ai cru  mettre  au jour une des conséquences de la tentative écossaise de devenir disparition républicaine. Mais j'ai changé d'avis en apprenant l'origine de l'auteur de la dernière "
    saugrenuterie", qui est britannique, mais   pas anglais...
     Vous n'êtes pas sans savoir qu'en Ecosse, 13 pour cent de la population a les cheveux roux.
    Eh bien, à cause de notre ( votre, leur ) inconscience de l'écologie , qui permet ( provoque?) le réchauffement climatique, il n'y aura bientôt plus de rousses incendiaires ni de rouquins flamboyants en Ecosse.
    Ce n'est pas moi qui le dit, bien que, en tant qu' ancien roux devenu blanc par la grâce des ans, je me sente concerné .
    disparition Cette perte programmée d'une part importante de la coloration capillaire calédonienne(*) , est dénoncée par un éminent Geo Trouvetout britannique , le très écossais Alistair Moffat chercheur de l'Université de Saint Andrews, et révélée par le très britannique et londonien journal à tendance tabloïd(**) The independent. 
    Il ne faut pas oublier de préciser que Mr Moffat est aussi le Directeur général de Scotland DNA, qui, par des analyses génétiques de l' ADN de ses clients les aide à retrouver leur ascendance... ceci expliquant peut-être cela …..

    Selon ce cher homme, le "rouquinisme" est la conséquence d'une adaptation au climat. Pour en arriver à cette conclusion disparition pharamineuse(***) il précise que "la carnation émane du niveau d'ensoleillement de l'environnement d'habitation. Comprendre : le peu de lumière en Écosse a engendré une peau très sensible au peu de soleil présent, afin d'assimiler ses bienfaits d'une manière optimale.
    Par conséquent, "si le climat change et qu'il devient moins nuageux, cela affectera ce gène et les personnes le portant seront de moins en moins nombreuses".(cf Le Point.fr - Publié le 08/07/2014 ).

    Il est bien gentil, cet éminent chercheur, mais pourquoi y a-t-il si peu de roux chez les Eskimos, les Inuits ou les Sibériens , qui n'ont pas beaucoup de soleil non plus ?
    M'enfin, dirait Gaston Lagaffe...

    _____________________

    (*) ancien nom de l'écosse, au temps où les roux étaient plus nombreux, puisqu'il n'y avait que peu de pollution ..
    (**) petit format à l'origine, presse people par utilisation
    (***) je sais, on écrit ce mot avec un f. Et moi, je le préfère écrit avec un ph ..

    photos :oeilinfo.overblog.com ; lencyclopedix.free.fr ; www.lunion.presse.fr ; www.babelio.com 


  • Commentaires

    8
    Jeudi 9 Octobre 2014 à 13:07

    re coucou 

    non je ne pense pas pour le groupe du chat je vais revoir mon  information mais si tu as le temps tu peux m'aider 

    merci en tout cas j'avais moi aussi fait hic ! mais trop pressée ...

    Un peu d’historique :

    C’est en 1912, que le professeur Ingebrigtsen découvrit l'existence d'isoagglutinines sériques qui réagissent 

    avec les globules rouges chez le chat. Ceci permis de mettre en évidence, pour cette espèce animale, 

    l'existence de groupes sanguins.

    C’est en 1953 pour que l'anglais Homes définit le système des groupes sanguins du chat et en les nommant 

    "EF" (représentant 95% de la population féline) "O" (représentant 4%) et "F" représentant 1% de la 

    population féline.

    C’est en 1962, que le professeur Eyquem défini les deux antigènes (A et B). Ces antigènes ont été apparentés 

    aux groupes d'Holmes: "EF" et "O".

    Le groupe AB sera identifié en 1981 par les professeurs Auer et Bell, que l'on peut raisonnablement 

    apparenter au "F" d’Holmes.

    Dans les années 70, en Allemagne, selon une étude sur 870 chats examinés, il y avait 6 du groupe AB (1 

    persan et 5 birmans), ces 5 derniers provenant d’élevages différents. L’étude n’a pas été malheureusement

    poussée sur d’autres birmans. Seuls 3 Devon-rex furent examinés : ils appartenaient au groupe B.

    A Paris, en 1962, on trouvait déjà 15% de chats B ; sur 282 British Shorthair et 61 Persans, le groupe A 

    intervenait à 94% (donc 6% de B). Parmi les différentes races il y avait relativement plus de B chez les 

    persans (16%, soit 10 individus) que chez les british, (6% représentent 16 sujets). Ces études assez 

    anciennes, ne sont pas la réalité d’aujourd’hui mais démontrent qu’à l’époque il y avait un certain % dans 

    différentes races de groupe B.

    ***************

     

    7
    Jeudi 9 Octobre 2014 à 08:49

    bonjour Peache

    Et pourquoi pas ? il serait peut être plus judicieux de mener d'autres recherches mais bon .....perso  les rousses je les trouve magnifiques !

    Bisous M.C

    6
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 15:30

    Merci pour ton gentil com ! Bonne journée

    5
    Lauryale
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 15:06

    Quand les roux aurons disparu, notre descendance aura toujours la possibilité de se teindre les cheveux. Ayant héritée du mauvais caractère des mes ancêtres irlandais, j'annonce d'emblée la couleur .... Rouge flamboyant. Je ne m'appelle pas Shannon, mais c'est tout juste !

     

    4
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 10:59

    Voilà qui apporte de l'eau à mon moulin qui se demande toujours pourquoi on paie les chercheurs??? Quand on voit ce qu'ils nous trouvent il y a de quoi être dubitatif non?
    Belle journée Peache, amitiés.

    3
    Mardi 7 Octobre 2014 à 21:25

    Des personnes aux cheveux très bruns mais au teint de lait sont également nombreuses dans ces contrées pluvieuses, on peut admettre que le teint pâle est idéal sous un ciel perpétuellement nuageux ou presque mais les cheveux roux, je ne voix pas.... Peut-être que la couleur feu apporte-t-elle une impression de chaleur sous le ciel gris.... Amitiés

    Esclarmonde

    2
    Mardi 7 Octobre 2014 à 08:21

    II y a quelques années, les médias parlaient de la disparition des blonds pour les mêmes raisons...

    1
    Mardi 7 Octobre 2014 à 05:54

    Peut être que la neige réverbère la lumière et lui fait gagner en intensité, comme je ne me suis jamais approché des pôles je n'en sais rien, mais comme les savants jouent les savants en expliquant leur théorie à la con, je peux tenter de jouer les cons en expliquant la mienne (des théories)

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :