• Dire qu'on va faire, c'est presque fait.

         Un mien ami, sage entre les sages, m'a dit un jour que l'homme n'est pas ce qu'il Bon jour !dit, mais ce qu'il fait. Dans le fond de sa pensée, dire ce qu'on veut faire ne signifie absolument pas que l'on fera ce qu'on a dit. Dans la politique, notamment.
         Car, dans l'immense majorité des cas, les actes promis ne sont jamais accomplis, pour des causes bien entendu indépendantes de la volonté du "prometteur".
      Ce dernier,  se trouvant constamment entre deux élections, ne promet évidemment que ce qu'il croit être le désir du peuple.
         Pour connaître ce désir, le prometteur dispose de conseillers, qui recueille lesBon jour !
    aspirations populaires . Quand un conseiller recherche une stabilité d'emploi, il pense et agit ( prudemment), non pas en fonction de ses propres idées, ni des volontés du vulgum pecus (expression à consonance bien moins péjorative que le vulgaire qui était utilisé aux temps monarchiques pour désigner la populace) mais selon celles de son mentor. Nuance …
        On peut alors mieux comprendre le  devenir des "promesses".
    Bon jour !     Ce que les conseillers apprennent donc des désirs des masses serait édulcoré, tripatouillé, magouillé pour entrer dans le cadre de l'esprit des monarques, ou des présidents?
            Allez savoir.
        Ces derniers temps, on croit remarquer que les seconds semblent avoir une fâcheuse tendance à se prendre sur les premiers...
         C'est possible, dans ce qu'on appelle des républiques bananières. Pas chez nous, bien sûr, qui sommes des parangons de démocratie.
          Mais revenons à nos brebis. La faute retombe ainsi sur les conseillers, pas sur le conseillé. Malin, non?
         Non? Politique, alors?
        Ah! Plutôt politicien . Il y a une différence? Ah bon!
        Une des grandes astuces ( tout au moins dans l'esprit du prometteur ) est de promettre quelque chose d'absolument irréalisable. Ainsi, le "courage politique " du prometteur paraît avéré, et l'échec de la promesse ne peut être causé que par les "autres " . Un jeune rapeur, Abd al Malik, a écrit une chanson,  intitulée "Les  autres", qui illustre parfaitement mon propos.
        La paille et la poutre sont - toujours - dans l’œil de l'autre..Il y a quelquesBon jour ! décennies, notre gouvernement avait nié toute participation, implication ou responsabilité dans la pénible affaire du Rainbow Warrior, jusqu'à preuve du contraire..
        Mais c'était un gouvernement de gauche....Je ne suis pas sûr que la position dans l'hémicycle ait quelque chose a voir avec la tenue des promesses des uns et des autres, ni, bien sûr, des autres et des uns...
         Aujourd'hui, un des fils du président libyen affirme que son pays a financé la campagne électorale du président français, ce que, bien évidemment, dément la présidence française...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :