• délices ad litteram

          Notre bon vieux français, pour qui veut se donner un peu de joyeuse peine, est source de délices, par les détournements de mots  qu'il permet. Et là, pour une fois, on enfonce des grands bretons dont le sabir ne permet pas  ou si peu, ces élucubrations.
          Même nos  métiers, notre travail, nos gagne-pain nous permettent de rigoler  de temps à autre, ce qui nous permet de survivre dans ce monde où le rire devrait devenir un médicament remboursé par la Sécu !  
    délices ad litteram
    Par exemple :                                                                         
    Le pâtissier s'est fait une religieuse en un éclair                     
    Le facteur légèrement timbré, prend tout à la lettre.                   
    Le coiffeur se barbe à force de couper les cheveux en quatre 
    Le cafetier a servi un demi à un jeune mousse 
    Le poissonnier fait le maquereau avec une morue 
    Le croque-mort a enterré sa vie de garçon en buvant une bière 
    Le viticulteur prend de la bouteille et demande qu'on lui lâche la grappe. 
                                 Le plombier a pris la fuite en fumant un joint. 
     délices ad litteram  Le menuisier a attrapé la gueule de bois en abusant du buffet. 
       Le charcutier a épousé un boudin, quelle  andouille! 
       Le boucher s'est mordu la langue en taillant une bavette. 
       Le boulanger s'est fait rouler dans la farine, il est dans le pétrin.
             Tous ceux qui en connaissent d'autres seront ici les bienvenus         Je m'en régale d'avance, nos cousins de la Belle Province, dont                le langage est si fleuri vont se faire une joie d' en pondre ! 
     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Mai 2009 à 17:58
    Génial ! J'adore ces jeux de mots. Mon homme a un talent fou pour ça. Il arrive toujours à me surprendre.

    Bisous, Lucie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :