• De l'usage du français

     

          Je n’ai pas d’antipathie ni de sympathie  particulière pour Jean Sarkozy, ce jeune homme  qui vient d’avoir son baccalauréat et étudie le droit, ce qui lui donne, bien évidemment,  les capacités indispensables pour  diriger avec efficacité et pour la plus grande gloire de la République le grand établissement qui gère  tant d’entreprises, de patrons , de salariés, de  logements  et d’investisseurs dans le quartier de la Défense à Paris.
          D’autant plus que Monsieur Lefebvre, ineffable et si bien documenté conseiller du président de la République et porte parole de l’UMP le considère comme titulaire de trois légitimité : celle des élus puisque l’intéressé st conseiller général , celle  de la majorité (UMP, évidemment ) du conseil général de son département, qui l’a choisi comme président de groupe ( UMP, bien sûr ), et celle de la même majorité, qui considère qu’il est le mieux placé pour diriger l’Epad.
          A toutes fins utiles, peut-on rappeler que le papa de jeune Jean est Président de la République et lui-même un  membre éminent… de l’UMP.
           C’est pas de la légitimité en béton, ça ?
         Par ailleurs, ce charmant jeune étudiant-conseiller-général-président-de-groupe, a un  pédigrée tout aussi en béton, selon Sophie Cadalen, dans le Nouvel Obs du 27 février 2008 .
           Selon mon ami Larousse, le mot pédigrée, ( issu de l’anglais pedigree), désigne la généalogie d’un animal de race et ( ou)  le document qui l’ atteste.
           Le jeune Jean Sarkozy n’a bien évidemment aucun rapport avec quelque animal que ce soit. Sauf peut-être qu’il pourrait peut-être être considéré comme une bête de politique.
            L'emploi de ce mot ouvre donc des horizons :
         Ou bien la journaliste en  question ne connaît pas le sens du mot, ce qui pourrait éventuellement être improbable si on suppose que l’intéressée quelques notions de notre langue. 
         Ou encore elle a voulu faire de l’esprit,  et elle a complètement raté son coup, car personne - ou presque- n’a relevé cette incongruité.
         Ou encore, elle a voulu outrager, ce qui friserait  l’inconscience dans le contexte actuel de la République.
          Mais là aussi, il y a improbabilité, car Monsieur Lefebvre, conseiller du  présidence  de la République et porte parole de l’UMP, n’a rien dit. A moins qu’il ne connaisse pas non plus le sens du mot ?
           Ce qui serait quand même étonnant, non?
         Alors ?
      Mauvaise connaissance de l’auteur, négligence du ou des correcteurs, intention drolatique  ou délictueuse?
        Je pencherais plutôt pour une incurie professionnelle de gens qui ont la langue comme outil.
         Et ça, c’est bien dommage.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    el mektoub
    Vendredi 23 Octobre 2009 à 20:29
    et autres billevesées , l'on entend le nouveau député des hauts de seine  nous dire qu'il a envisagé tous les scénarios ( scénari ) possible et inimaginaux...

    un autre , le porte parole de monsieur , nous dire toutes les vilénnies , répété plusieurs fois, j' en passe et des pires, pauvre français!!
    d'un journaliste ( Christophe Barbier pour ne pas le citer), parlant d'un canal d'informations, disait le canaux ) c' est bien, on dit un cheval, deux chevaux, quand il y  a en a trois on dit trois cheval, c' est connu!
    3
    hem59
    Samedi 17 Octobre 2009 à 09:21
    mais ? je vois que pour toi aussi la question est posée !!!
    2
    peache Profil de peache
    Vendredi 16 Octobre 2009 à 14:08
    En principe, oui , mais ...
    1
    hem59
    Vendredi 16 Octobre 2009 à 08:03
    sommes nous encore en république ?

    je me pose la question ! et sans doute ne suis je pas la seule !

     quant à l'usage du mot pédigrée, ne faudrait il pas offrir des dictionnaires aux journalistes ? pourquoi pas ???
     on en offre dans ma ville à tous les enfants qui entrent en 6ème !!!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :