• ĉu vi konas esperanton ?(1)

    ĉu vi konas esperanton ?(1)En nos temps pas très sûrs et même relativement  incertains, nos édiles sont atteints d'une anglomanie aussi saugrenue que dangereuse pour la perennité du français.
    En effet, dans les milieux autorisés ( ou qui croient l'être, ce qui, finalement, revient au même puisque, comme disent les enfants, c'est celui qui le dit qui y est..) dans ces milieux-là, donc, on pense ( si , ça leur arrive !) que le sabir grand breton, est la langue de l'avenir, de la science et du commerce réunis.
    Or, il est évident que le français est la langue des sciences, de la diplomatie, et même de l'équitation et de l'escrime. Ce n'est pas moi qui le prétend, c'est M. Claude Hagege, professeur honoraire de la chaire de théorie linguistique au Collège de France, qui l'affirme. Et il sait de quoi il parle, n'est-il pas ?
    Pour avoir "mytailoriché "(2) laborieusement pendant des années pour parvenir à commander en anglais une bière dans un bar à Sydney et m'entendre répondre " what ?", je sais que je ne serai jamais anglophone.
    Par contre, alors que j'avais atteint 65 ans, je me suis mis à apprendre l'Espéranto. Toute modestieĉu vi konas esperanton ?(1) mise à part, au bout de quelques mois, j'étais capable de tenir une conversation courante, puisque j'avais assimilé presque sans difficulté les seules 16 règles de grammaire.
    Le vocabulaire, extraordinairement développé, dont les racines sont puisées dans le latin pour la plus grande part, permet de parler absolument de tout. Vous voulez un petit exemple ? Prenons le mot bovo, qui signifie bœuf .
    En ajoutant quelques affixes , on obtient bovINo la vache ( IN indiquant le féminin) , bovEto le veau, (ET indiquant le petit mâle), bovETINo la génisse ET et IN (indiquant le petit femelle) , bovEJo l'étable (EJ indiquant le lieu ).
    Simple, non ?
    Si on ajoute que tous les verbes se terminent à l'infinitif par I (iri = aller), par AS à toutes les personnes au présent, IS au passé, OS au futur, US au conditionnel et U à l'impératif, que tous les noms communs ( qu'on appelle maintenant pompeusement substantifs) se terminent par O au singulier etĉu vi konas esperanton ?(1) par OJ au pluriel, que les adjectifs sont toujours terminés par A (AJ) et les adverbes invariablement par E, que le complément d'objet direct se manifeste par l'adjonction de N à la fin (la kato manĝas la muson = le chat mange la souris ) on comprend vite que cette langue est accessible à tous.
    Alors, l'enseignement en anglais, hein....

    (1) Connaissez-vous l'Esperanto?
    (2) néologisme saugrenu , bien sur , mais compréhensible, non?

    photos : inlibroveritas.net; golgon-village.info; blogs.cotemaison.fr


  • Commentaires

    6
    Maridaix ( Marylène
    Lundi 17 Juin 2013 à 17:41

    Saluton,

    Kiel vi fartas

    mi bone

    je vais arretter là, j'apprends l'espéranto depuis Novembre 2012 tout les mercredi soir à Chambéry ( Savoie ) .

    Si tu veux que l'on se parle, fais le moi savoir par Hem59.

    Gis

     

    Marylène

    5
    Vendredi 31 Mai 2013 à 22:37

    mil dankojn, norda amikino ! vi ne bezonas lerni la anglan lingvon ,sed vi devas paroli esperanton

    kisetoj al ĉiuj !

    4
    hem59
    Vendredi 31 Mai 2013 à 16:53

    bonan matenon, amigo Pierre, ta copine Claudine essaie de dire quelques mots en espéranto ( pas encore gagné) je n'ai, moi non plus, pas grande facilité pour l'anglais et voilà que l'étudiante qui vit chez moi, Ola, syrienne, s'est mise en tête de me l'apprendre ( je lui souhaite bon courage) 


    bises Claudine   

    3
    Jeudi 30 Mai 2013 à 11:58

    B onjour Claude.

    Tu   trouveras des cours gratuits sur internet, avec corrections et conseils sur le site lernu.net,. Tu peux aussi  venir nous  rejoindre, à Nouméa, tous les samedi matins de 9 heures à 11 heures ( l'avion de Paris arrive à 7 heures, tu peux être rentré chez toi le dimanche soir...).

    2
    Jeudi 30 Mai 2013 à 10:22

    Tu m'intéresses au plus au point, je suis comme toi, hermétique à l'Anglais, pourtant j'ai essayé pendant des centaines d'heures pour aller de découragements en découragements, subir les moqueries des plus jeunes, j'avais 40 ans à l'époque, ce qui fait qu'aujourd'hui je suis comme au premier jour et je ne comprends rien à cette langue qu'on nous impose. Alors je me suis dit que l'espéranto serait une solution, mais je ne connais rien sur cette langue, ni ou trouver une méthode d'apprentissage, et en lisant ce que tu écris j'ai l'impression que les règles sont très simples. Pourrais-tu me conseiller pour trouver une méthode, un livre ou un site ou je pourrais apprendre ce mode d'expression

    Je te remercie

    amicalement

    Claude

    1
    Mercredi 29 Mai 2013 à 16:51

    l'anglais devrait avant tout être la langue d'une certaine culture, de certains pays, comme les autres, pas un sabir commercial... Bravo pour ton initiative tardive d'apprendre l'esperanto et ton petit cours, original les pluriel en "j" ! A bientôt

    Esclarmonde

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :