• course à l'échalote

    course à l'échaloteDepuis de début de la quinquennale période présidentiellement électorale, nous autres, pauvres petits membres de l’équipage républicain, traversons une zone de turbulences. Le printemps, habituellement, est un temps de renouveau, de renaissance.
    Pourtant, si on en croit les déclarations, élucubrations, éructations, coquecigrues et billevesées qui inondent le paysage de l’information , il ne s’agit pas d’une période de renaissance. Loin de là. Le surdimensionnement des ego dans les sphères candidates nous parle d’une sortie d’un Chaos mythologique, d’un Big Bang originel, tant notre pauvre pays aurait été plongé dans un course à l'échalotemarasme consomptif provoqué par l’inconséquence des titulaires du mandat finissant.
    Car personne, de quelque parti, obédience, vocation, voire sacerdoce qui soit n’a jamais été et ne sera jamais satisfaisant pour nos désirs est aspirations. Et surtout de notre râlerie congénitale, voire génétique.
    Et bien entendu, comme à chaque renouvellement du contrat ( qui doit être juteux si on se réfère au nombre de postulants ) tous les aspirants détiennent la solution, la panacée et nous promettent bien plus que le Walhalla, le Nirvana, les Champ Elysées et le Paradis réunis.
    Ceci, jusqu’au premier tour.
    course à l'échaloteLors, les partis , associations, voire groupuscules des perdants se délitent, le candidat malheureux est porteur de tous les maux et la décomposition commence.
    Ses ex supporteurs s’en éloignent, et par le mouvement de bascule post électoral habituel, se rapprochent des gagnants. On ne sait jamais, il peut y avoir un pluie de bienfaits reconnaissants... 
    Chacun d’entre nous se dit indifférent au jeu politicien, tout en recherchantcourse à l'échalote en douce toute information qui le confortera dans son opinion...
    Et pendant ce temps, il existe des français qui s’intéressent aux vraies choses de la vie, aux précisions indispensables, que dis-je, impérieusement requises pour la survie de l’Humanité :
    Là-bas, dans l’Ouest, on se bagarre pour savoir si le Mont Saint Michel est en Bretagne ou en Normandie.

    images : bonnesimages.com ; equinose30.blogspot.comfr.pinterest.com ;hellocoton.fr

     


  • Commentaires

    6
    Jeudi 27 Avril à 10:04

    Certains, bien trop peu nombreux, demeurent lucides. Mais pour les autres, comme tu l'écris "on ne sait jamais, on pourrait être récompensé".

    http://www.francetvinfo.fr/elections/video-henri-guaino-jamais-personne-ne-me-fera-voter-pour-emmanuel-macron_2160496.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20170426-[lesimages/image1

    Kisetoj Peache.

      • Jeudi 27 Avril à 11:29

        Il n'y  a plus que 2 crabes dans le panier, lequel va manger l'autre ?  fascisme,libéralisme, socialisme, communisme avaient autrefois( naguère) un sens. Ce ne sont plus que des slogans, à la limite de l'injure............Mais la vie ne s'arrêtera pas , et, comme me disait mon Père, on a vu pire et on s'en est sortis

        Kisetoj,

         

    5
    Jeudi 27 Avril à 09:19

    Mais tous disent qu'ils restent fidèles à leurs idées. qui bien sûr sont changeantes....Mdrrr

    Les vrais problèmes vont débarquer après l'élection de dimanche en 15.

    passe une bonne journée

      • Jeudi 27 Avril à 11:37

        si tu étais  de droite et que tu allais à gauche, le droitier te disait convaincu  et le gaucher te disait traitre, et réciproquement. Maintenant c'est républicrates et démoblicains, ce qui fait que tu peux gracieusement virevolter de l'un  à l'autre en restant sur tes positions...Pour les gens simples et de bon sens, c'est assez jouissif  ce théâtre de Guignol(s?)

    4
    Jeudi 27 Avril à 07:50

    Tout n'est que querelles de clocher, c'est vrai au niveau de notre pays comme au niveau planétaire, si tout de temps passé à se quereller était mis à profit pour mettre en place des solutions, il y a longtemps que toute la misère aurait disparu de la surface de la terre

    Amicalement

    Claude

      • Jeudi 27 Avril à 11:42

        la misère du monde est l'affaire des miséreux, et si on fait disparaître la misère, il n'y aura plus de riches....et ils n'ont pas l'habitude de dormir sur les bouches de métro, ces malheureux !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :