• Contes d’apothicaires(1), et querelles d'allemands(2)

         Patrick de Carolis, homme grand en passe de devenir grand homme, puisqu’il a réussi a faire de France Télévision une affaire saine et même a faire des bénéfices, malgré la suppression de la publicité, a des soucis, ou va en avoir incessamment. En effet, et malheureusement pour lui, l’état ( sans majuscule pour l’instant ) a besoin de sous.

         Comme le dit si bien M. Berretta dans  LE POINT , il devra se faire des cheveux, et être vraiment convaincant pour garder son poste l’an prochain, à la fin de son quinquennat.

         Car si  l’autre président (celui de la République ) veut renouveler le sien ( quinquennat ),il devra trouver des sous, ce qui permettrait , avec un peu de chance, au bon peuple de France de pouvoir peut-être gratouiller quelques miettes des largesses "  espérables "  lors de la reprise économique dont nos instances dirigeantes entrevoient l’arrivée plus ou moins imminente.

         Ce qui prouve, entre parenthèses, que notre gouvernement a une vue très très perçante et n’a aucun besoin des soins attentifs de M. Afflelou.

         Donc, et je rejoins M. Berretta dans son analyse,  de deux choses l’une : ou bien le président (de la République) laisserait les sous à France Télévision et , en plus lui donnerait les millions prévus pour remplacer ,  à l’euro près (  la formule est jolie, non ?) le manque à gagner de la pub et tiendrait donc sa promesse, ce qui, malgré l’usage du conditionnel, serait  une finalement bonne affaire.

         Ou bien, par l’intermédiaire du ministre du budget, qui, le pauvre, passe son temps essayer de gratter au fond des tiroirs pour assurer la fin du mois, il raflerait la monnaie. Il aurait ainsi l’occasion  de  virer M. de Carolis qui, et pour cause,  n’aurait pas présenté des comptes de bon aloi.

         Cette éviction lui permettrait et de mettre à sa place un homme a lui, ce qui permettrait  d'aboutir enfin à la prise en main de l’information, rêve de tous les gouvernements  de tous les pays du monde, ( et surtout des pays démocrates, n’est-il pas ?)

         Monsieur de La Fontaine aurait-il, à cette occasion, parlé de cigale, de fourmi, ou d’écureuil?

         Ou bien de cigogne ou de corbeau et de renard ?

         Décidément, le conditionnel est un mode de conjugaison gouvernemental efficace, les promesses n’engageant que ceux qui les écoutent ..

         Mais ceci serait, bien sûr, un conte, et peut-être à dormir debout.

    _______________________________

    1- jeu de mots sur l’expression des comptes d'apothicaire l'expression s'associant  à l’avarice, la radinerie ou l’âpre marchandage,

    2-Dispute sans cause sérieuse, avec une certaine mauvaise foi, pour le goût de la chamaillerie.

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    josette
    Lundi 7 Septembre 2009 à 18:28
    et maintenant forfait hospitalier augmenté qui pourra se soigner
    3
    hem59
    Mardi 1er Septembre 2009 à 11:36
    quoi qu'il en soit nous devons toujours payer n'est il pas ?

    et maintenant la taxe carbone ! que va t il encore inventer pour remplir son bas de laine ?
    quant à la main mise sur l'information ! voici déjà quelques temps que c'est fait !! eh oui !
    sommes nous en démocratie ? ou replongeons nous dans le directoire ? 
    2
    peache Profil de peache
    Jeudi 27 Août 2009 à 09:47
    que tu regardes ou non, tu payes quand même, c'est ça le libéralisme , ( j'ai pas dit la liberté, hein, ne te trompes pas !
    1
    Mayaa
    Jeudi 27 Août 2009 à 09:16
    Mais qui regarde encore la télé de nos jours ??? O_o
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :