• Conditionnellement parlant

           Bon jour !Il en est des conjugaisons comme des modes,  elles changent (évoluent ?) selon la saison , les circonstances, les lieux et les événements. 
          Il est aussi des professions ou des occupations qui facilitent, permettent, voire exigent l’usage de la conjugaison au conditionnel .
          Les journalistes , professionnels  de  l’information,  si ils ne Bon jour !veulent pas faire l’objet de procès , chicanes ou  autres petits ennuis, et les politiques, qu’on ne peut pas dire professionnels – quoi que, aurait pu  dire l’immense Raymond–, si ils veulent continuer de détenir  ou  chercher à obtenir le pouvoir.
            Pourtant, il y  a des  exceptions,   comme tel  ministre affirmant  Bon jour !que le bonheur est pour demain, que les impôts ne seront pas augmentés, qu’il n’y a pas de crise, que jamais un sou irrégulier n’est entré dans sa poche et qu’il n’y entrera jamais,  que finalement, depuis qu’il est en place, il a réussi à redresser  toutes les atrocités qui avaient été installées  par son prédécesseur, que les règles  édictées par un grand ancien sont toujours de mise et appliquées à la lettre.   
         Le professionnel de  l’information – qui  n’est pas élu, lui, - utilise  des formulations plus nuancées, telles que  " de source bien informée , selon un proche du pouvoir , d’après une source autorisée ( Coluche se demandait de qui émanait l’autorisation ), on envisagerait... ". 
          Mais  la meilleure est, à mon goût "selon une source autorisée proche du pouvoirBon jour ! il se pourrait que … ",   ce qui englobe une bonne moitié, voire les trois quart (majorité électorale exige ) de la population gouvernementale, et permet toutes les élucubrations, puisque chacun (et tous ) peut se demander quelle est cette source.
         On  en arrive même à se demander  si les locataires du pouvoir n’en sont pas rendus à lancer des hypothèses plus moins saugrenues , voire délirantes, pour voir l’effet produit,  et finalement, en tirer des idées, qui  seront conditionnellement diffusées, und so weiter, kaj tiel plu, et cetera et ainsi de suite...
          Ainsi, ces potentats provisoires pourront affirmer - si l’opinion ne rue pas dans les carcans qui lui sont imposés – qu’ils en ont sont à l'origine,  donc avoir l’air de  penser au  bon  peuple , et s’indigner , si ladite opinion n’est pas contente, de ce  que la presse déforme leurs propos, et donc se parer de l’immaculée cuirasse du chevalier blanc.
             Dieu  merci, je ne suis ni politicien , ni  journaliste ….

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :