• Citoyenneté et Liberté d’expression

        Sous notre république, pour accéder à une fonction publique, il faut en être citoyen, ce qui est la moindre des choses. Tout citoyen a le droit et - si on en croit ceux qui ont créé la République - le devoir de s’exprimer, pour dire s’il accepte ou non les situations qui sont proposées par ceux qu’il a élus pour diriger le pays.
         Depuis peu, un citoyen doit impérativement être de l’avis du président de la république, à peine d’être un pauvre con, ou d’être purement et simplement licencié.
        Il existe dans notre pays deux forces de Police, dont l’une est dirigée par un féal du président, et l’autre, la gendarmerie, était sous la tutelle du ministre de la défense, puisque composé de militaires effectuant – depuis 7 siècles, à la satisfaction générale – des missions de police en dehors des grandes agglomérations.
        Depuis peu, cette arme d’élite (quoi qu’on en dise) a été placée sous la houlette du ministre de l’intérieur, pour,  semble-t-il ,   centraliser dans la même main de tous les pouvoirs de police donc de coercition .
         Les militaires qui la composent n’ont qu’un seul droit : obéir, et un seul devoir : obéir.      Ils peuvent aussi mourir en service, bien entendu.
       En effet si, bien que policiers comme leurs camarades de la Police Nationale, ils effectuent - avec autant de soin et d’efficacité- les missions qui leurs sont confiées, ils ne peuvent en aucun cas discuter les ordres qui leurs sont donnés, et n’ont pas de droit syndical .
         Ce ne sont donc pas des citoyens, puisque ce vocable sous entend que le citoyen a les mêmes droits et obligations que tous les ressortissants de la nation.
         Et si, Ô lèse majesté, l’un d’entre eux, exerçant légalement une fonction distincte de son état de gendarme, effectuant des recherches dans le cadre cette fonction distincte , ose émettre, au cours  de cette activité distincte, un avis considéré comme contestataire, voire simplement divergent de l'omnipotence  présidentielle, il est purement et simplement radié des cadres, ce qui constitue la peine la plus grave et la plus infamante que peut subir un militaire, tandis que des individus qui ont ruiné la ou les entreprises qu’il dirigeaient, perçoivent des ponts d’or….
          Vous avez dit liberté ? Pas pour tous .
          Vous avez dit égalité ? Pas pour tous .
          Vous avez dit fraternité ? Pas pour tous .
          Mais le pire est que c’est la hiérarchie du pestiféré qui a proposé cette infamie.
          Et qu’elle peut dormir en paix, elle aura de l'avancement.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    hem
    Dimanche 28 Mars 2010 à 12:39
    merci, el mektoub,  de ces précisions 

    en effet je vois encore mieux l'inadéquation de cet acte imbécile venant, il est vrai, de naboléon lui même !!
     je sais que les militaires n'ont pas le droit de s'exprimer ce que je juge complètement absurde et contraire aux droits de l'homme

    puisse cette ignominie ouvrir les yeux  aux concitoyens encore aveuglés par ce "prince dictateur"

     
    3
    Samedi 27 Mars 2010 à 18:47
    sauf, Hem, qu'il ne s' agit pas là d'avoir évincé un chercheur, mais d'avoir délibérément , "radié" dit péache, je dirais révoqué , la terminologie a là aussi toute son importance,une chef d'escadron de gendarmerie (un commandant autrement dit, quatre galons sur l' épaulette) ce chef d'escadron qui contestait la "fusion" gendarmerie -police, à juste titre puique  la gendarmerie n' a que des devoirs, ces femmes et ces hommes, toujours militaires, commandés par des civils parmi lesquels ce fameux apprenti nettoyeur de racaille, n' ont aucun droit d'expression, aucune possibilité de création de syndicat etc...etc ..etc.. dans quel monde vivons-nous?
    ce qui nous rebute Péache et moi c' est que la sanction vienne une fois encore du fait du prince, cette sanction est tellement abasourdissante eu égard à la faute commise si faute il y a eu est tout simplement en inadéquation,en d'autres temps ce pauvre gars se serait retrouvé dans les oubliettes, en d'autres lieux il se serait fait fusillé, en tout cas on voit aujourd'hui et une fois encore que le pouvoir confié à un imbécile peut nous re-conduire au caporalisme !
    2
    hem
    Samedi 27 Mars 2010 à 14:55
    quand j'ai appris la radiation de ce chercheur, ma pensée immédiate fut :
     tiens  je suis sûre que peache va réagir et de belle manière !

    je vois que je ne me suis pas trompée et que je ne suis pas la seule à être scandalisée

    en effet, el mektoub, vivement 2012 qu'il soit ejecté du pouvoir 
    1
    Samedi 27 Mars 2010 à 07:38
    Je compatis, ,toi non plus tu n'as pas du bien dormir. heureusement que nous  sommes plus avancés d'un siècle et demi, il y aurait eu là, lettre de cachet...
    franchement, vivement qu'il dégage, cela devient impossible!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :