• Changement

     

         Il y a quelque jours, alors que le soir tombait et que les lumières de la ville, en Bon jour !face , piquetaient les collines de leurs tremblotements, et que les derniers rougeoiements du soleil ensanglantaient leBon jour ! ciel, mes petits enfants , assis sur le ponton, chantonnaient un air qui me parut familier. En m’approchant, j’ai reconnu l’air et surtout les paroles " … Je ne veux pas la faire, je ne suis pas sur terre pour tuer des pauvres gens…"  de  cette chanson de Boris Vian, le Déserteur,  qui avait été interdite à la radio, dans les casernes et les salles de spectacle quand les gens de ma génération avaient 20 ans, parce qu’elle était Bon jour !antimilitariste, parce qu’elle incitait à la désertion, parce qu’elle poussait à la désobéissance , parce que… parce que…
         Quand ils ont eu fini de chanter, ils sont restés quelques instants silencieux, ce qui, de leur part, est un événement  assez extraordinaire.  Je ne sais pas ce qu’ils pensaient à ce moment,  et je ne leur ai pas demandé.
            Aujourd’hui, au CM2, en 6ème, ont apprend cette chanson aux enfants. Elle fait partie du programme scolaire. Elle en agace encore quelques uns, elle en fait sourire d’autres, qui la trouvent un peu ringarde, chez d’autres encore elle réveille des souvenirs douloureux. Mais elle ne laisse personne indifférent.
         Ces enfants chantaient le Déserteur au moment où, à Cannes,  des gens seBon jour ! réunissaient, manifestaient, et parmi eux quelques uns   vomissaient la haine sur le film de Bouchareb  " Hors la loi "  avant même de l’avoir vu.  Quelques uns étaient de bonne foi, ayant écouté et cru ceux qui leur avaient dit n’importe quoi, en se parant Bon jour !d’un patriotisme de façade.
         D’autres  étaient des enragés anti tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre, tandis que  les instigateurs étaient partisans d’une faction maurassienne raciste et dépassée à tendance brunâtre, pour ne pas dire plus.  Et les plus dangereux, étaient ceux qui suivaient, en bons moutons  décervelés à qui on peut faire faire n’importe quoi.
        Le monde change, en attendant d’évoluer. 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mercredi 14 Juillet 2010 à 07:43
    heureux de saluer ton retour à la surface du monde, mon Bonobo ! Garde le pergélisol  en état  il conserve bien les mammouths!

     
     
    1
    Bernard Rousseau
    Mercredi 14 Juillet 2010 à 04:33
    Ceux que je peux haïr en toute légitimité, sont ceux qui mènent notre monde sans notrre permission.

    Bien le bonjour du pergélisol fondant! :o)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :