• catastrophite aiguë

    Nous sommes, mes pauvres contemporains, en pleine déconfiture.
    En effet, outre l'insidieux et volatile virus qui pandémise notre vieille planète, nous sommes atteints par une autre envahisseuse, plus insidieuse encore, car, hélas, librement consentie, voire recherchée avec parfois angoisse et, souvent, hélas, délectation.
    Dès que n'importe quel journal , télévision, ordinateur, radio et même radio cocotier, est ouvert ou entendu, cette pernicieuses attaquante vous saute dessus, vous imprègne, vous phagocyte et, si vous l'ignorez , voire affectez d'y être indifférent , vous transforme, aux yeux de vos voisins, amis, familles en une sorte d'entité insensible, voire en misanthrope .
    Je veux parler de cette énumération sadique et journalière du nombre de morts, de cas, de soins intensifs, de comas , de conséquences supposées, de critiques acerbes et souvent infondées.
    Pensez-vous qu'énumérer, répéter sans cesse ces chiffres épouvantables va changer un iota à la peine des proches, de tous ceux qui compatissent?
    En deux mots, notre pauvre monde est atteint de catastrophite aiguë.
    Bien sûr, je ne parle pas ici des indispensables rappels des mesures élémentaires de précautions, et tous mes encouragements, remerciements et félicitations vont aux soignants, et à tous ceux qui grâce à leur abnégation et leur courage, luttent sans relâche contre la pandémie, et qui permettront au monde de revenir à une vie normale.
    Mais décrire à longueur de journées, de semaines, afin d'atteindre le plus grand nombre possible de lecteurs ou d'auditeurs , donc de clients, d'acheteurs, relève beaucoup plus d'une jubilation mercantile que d'une volonté d'informer.
    Mais il ne faut pas oublier de reconnaître que nous autres peuples sommes, hélas, friands de ce type d'informations, tant il est vrai qu'un journal se vend mieux en publiant des horreurs que des bonheurs .
    Il y aura un jour un vaccin contre le coronavirus, mais la catastrophite est bien trop ancrée dans la part sombre de l'humain pour être éliminée avant la parousie finale.


  • Commentaires

    2
    Mercredi 6 Mai à 10:59

    Bonjour Pierre

    Je comprends ce que tu veux dire mais je voudrais ajouter qu il était important de faire comprendre à une grosse partie de la population la gravité  et comment mieux le faire que de matraquer le nombre de morts .  je pense que tu vas pas me contredire mais beaucoup de personnes ne savent pas écouter les sages consignes et il a fallu tellement de morts pour comprendre la réalité. Ils étaient beaucoup dans le déni . Simplement se rappeler le dernier match du Paris saint germain avec tous ces supporters dans la rue malgré l interdiction et stade fermé. j 'aimerais vraiment connaitre le résultat de cette manifestation que je ne dirais pas courageuse mais inconsciente et pourtant émouvante !

    Ici vent soleil et petit 8° et toujours petit train train j ai fait des masques pendant 8 jours (gratuits) et ça m a non seulement bien occupée mais je me suis presque amusée ( ohhhh c'est pas bien de dire ça) mais pour mes petits enfants j ai fait des modèles un peu drôles comme supermann qui attrape (dans le sens prendre au piège le corona bon  j'y peu rien je suis restée très "enfant" happy

    portez vous bien et profite mille pensées positives et un gros bisou 

      • Jeudi 7 Mai à 01:10

        onjour,Jeudi autorisé et enfantin,

        tu as peut-être raison sur le  sens éducatif de ce matraquage morbide, nos contemporains ne manifestant pas toujours la plus élémentaire réflexion. Quant aux supporteurs décervelés, je préfère m'abstenir de commentaires à leur sujet, ma Mère m'ayant interdit de dire des gros mots. Bravo pour ces masques qui t'ont amusée et protégé tes proches. Nous sommes, dans nos terres de soleil fou, sous des pluies incessantes, qui me  font penser que les Dieux essaient de nous nettoyer le cerveau avec leurs larmes de désespoir devant notre connerie humaine.

        Gros bisous, porte toi bien.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :