• campagne, quand tu nous tiens

    campagne, quand tu nous tiensNous avons, en notre si belle ancienne Gaule, l'ineffable chance - que dis-je le somptueux privilège - de vivre des périodes de fréquentes , pour ne pas dire continuelles, campagnes électorales.
    Cette réitération républicaine est bien utile, ne serait-ce que pour réviser notre latin. En nos temps de franglisation globishienne , il me semble que c'est une forme de résistance!
    Saugrenu? Que nenni !
    En voici la preuve :
    L
    es candidats, nouveaux, neufs, providentiels, opportunistes, anciens, usagés, permanents ou aléatoires, nous nous jurent ab imo pectore (du fond du cœur), et avec l'abnégation qui caractérise tous les impétrants aux fonctions rentables, qu'ils sont dignus est intrare ( digne d'entrer).
    Et ils nous disent et redisent, puisque bis reptita placent (plus une chose est répétée, plus elle plait), il leur faut un consensus omnium ( consentement est universel) et pas pour dix minutes, mais Ad vitam eternam (pour la vie éternelle) .
    Ils sont entourés d'une pléiade de conseillers, adjoints, experts, collaborateurs de toute sorte, car, c'est bien connu, vae soli (malheur à l'homme seul).
    Néanmoins , les candidats n'étant que ce qu'ils sont, ejusdem farinae (ils ont les mêmes vices), et il arrive que l'un ou l'autre réclame pour l'autre ou l'un l'application stricte de dura lex, sed lex ( la Loi est dure mais c'est la Loi).
    Au fait, avez vous remarqué que la Loi applicable à l'
    un est majusculée quand elle s'applique et minusculée dans les autres cas?
    Pendant ce temps, les gens commencent à penser que Timeo Danaos et dona ferentes (Je crains les [prometteurs], même lorsqu'ils font des cadeaux) et finalement la vox populi, vox dei (la voix du peuple,qui est bien entendu la voix de dieu) commence se poser des questions, car carpe diem quam minimum credula postero (Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain).
    On entend deci, delà, credo quia absurdum (je le crois car c'est absurde), ça va desinit in piscem (finir en queue de poisson).
    D'autres plus informés affirment qu'Errare humanum est, perseverare diabolicum (Se tromper est humain, persévérer est diabolique), et qu'à force de divide ut reges (diviser pour régner). Pourtant  le vainqueur dira,campagne, quand tu nous tiens en mai, alea jacta est (le sort en est jeté).
    Et du perron de l'Elysée, on entendra ecce homo (voici l'homme), donc fiat lux (que la lumière soit), et l'élu ricanera dans sa barbe vae victis (malheur aux vaincus).
    Il ne le saura peut-être pas, mais donec eris dives multos numerabis amicos (tant que tu seras riche tu auras beaucoup d'amis). 
    Et le bon peuple  pourra, comme à l'accoutumée , penser, puis dire et finalement hurler Vanitas vanitatum et omnia vanitas (Vanité des vanités, tout est vanité)
    Que voulez vous ? vous savez bien que homo homini lupus est (l'homme est un loup pour l'homme)...

     images : arretetonchar.fr ; lencyclopedix.free.fr


  • Commentaires

    3
    Lundi 27 Février à 06:54

    Le vainqueur s'écriera du haut du perron, " veni, vidi, vici!"

    Amicalement

    Claude

    2
    Dimanche 26 Février à 17:34

    smile 

    quo tendimus?

      • Dimanche 26 Février à 22:07

        nescio.............

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :