• c'est lui, M'sieur

    c'est lui, M'sieurCeux qui ont connu les cours élémentaires, voire complémentaires, d'il y a bien des temps se souviennent, parfois avec une douce nostalgie, parfois avec des regrets, des divers matériels qui se trouvaient dans la trousse le plumier de l'écolier de la communale.
    Avec le porteplume (sergent major, bien sûr) et les crayons d'ardoise, le compas, la gomme ( bleue à encre et rouge à crayon ) on trouvait cet étrange bidule, en demi cercle, gradué en cm sur sa partie plate et en degré sur la partie circulaire. Il permettait de tracer ou de rapporter des angles.
    Cette fonction a probablement amené ce mot à prendre un sens un tantinet différent.
    Un rapporteur était aussi celui qui, répétant de façon indiscrète ou malveillante à l'égard de quelqu'un ce qu'il a vu ou appris : Il rapporte tout au professeur.
    Ce qui était très mal vu des autres élèves, notamment de celui, celle ou ceux qui étaient dénoncés. Il n'a pas manqué, au cours des siècles, et pour nous qui ne sommes pas encore tout à fait centenaires, pendant les joyeuses années 30 et 40 du dernier, de rapporteurs, dénonciateurs, délateurs , accusateurs, mouchards, et autres cafards, sans oublier les infâmesc'est lui, M'sieur
    récuse poto de mon enfance en ma Lorraine natale.
    Cette abominable manière d'agir fut recommandée par des empereurs, des rois et politiciens de tout poil, des religieux même. Et a été vilipendée, dénoncée, honnie, souvent par ceux qui en avaient usé voire abusé, quand les régimes ont changé.
    En toute bonne foi et la main sur le cœur, bien entendu.
    Parfois, cette pratique est exercée, en milieu policier, pour résoudre des faits mettant en danger l'intégrité des gens ou de leurs biens, mais on utilise dans ce cas le synonyme d'indic, ou donneur. Et même balance, ce qui, en matière de justice
    arriverait presque à se justifier.
    c'est lui, M'sieurOn a dit aussi Judas, en des temps plus bibliques qu'il n'est pas absolument nécessaire de préciser, l'affaire étant connue de tous.
    Cette pratique est donc internationale, et deviendra immanquablement universelle quand nous serons capables de "spacionner"(*).
    En attendant,là-bas, à Cauli (**), au tréfonds du Levant, Cauli (**) région voisine de l'ancienne Cathay(**) et le tout aussi vieux Cipangu(**), des écoles de délateurs ont été fondées, et, ayant pignon sur rue, sont très prisées car ouvrant des perspectives de rémunération alléchantes.
    De respectables citoyens, ayant grand besoin de wons y apprennent les méthodes de dénonciation des infractions aux lois c'est lui, M'sieurlocales, et sont rémunérés quand ils les rapportent à la justice.
    On imagine aisément les alléchantes perspectives de rémunération .
    Vous avez certainement vu à la télévision, un reportage sur ce pernicieux.... rapportage.
    Mais, à mon sens tout au moins, quelles que soient les intentions de ceux qui ont autorisé cette ignominie, ils n'ont fait que permettre aux plus minables instincts de se libérer.
    Et quand on ouvre la grotte du dragon …
    ________________________

    (*) voyager dans l''espace, évidemment !
    (**) noms donnés à la Corée, à la Chine et au Japon par Marco Polo

    photos: www.az-fournitures.com ; www.az-fournitures.com ;   www.sergeadam.net ; moon-guard.wikia.com 


  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Mai 2014 à 09:12

    Certains se font un nom et une réputation par le travail, la délation permet à tous ceux qui manquent de talent de les égaler, voir les surpasser, cela fonctionne depuis des siècles, les délateurs ont toujours fleurit sous les régimes de la terreur, pendant l'inquisition comme lorsque notre pays était occupé

    passe une belle journée

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :