• bricolage mortel

    bricolage mortelAu beau milieu de ce qui est, peut-être un peu inconsidérément, considéré comme la plus grande démocratie du monde, se trouve un état, l'Oklahoma, qui fut un temps surnommé état des sooners, c'est à dire état de ceux qui ne respectent pas les règles de la course .
    Une loi ( Dawes Act ) distribuait les terres tribales amérindiennes aux nouveaux arrivants, venus pour une grande part de la vieille Europe.
    Les sooners étaient ceux qui ne respectaient pas les règles, en entrant sur territoire avant que la course au terres ne soit lancée . Cette course, en application de toutes les règles de toutes les conquêtes coloniales de ce 19 ème siècle, attribuait les terres tribales (celles qui appartenaient aux indiens) sans bien entendu demander leur avis aux intéressés .
    Intéressés étant bien entendu ici pris dans le sens "concernés" et non pas "trouvant un intérêt"....
    Et dans cet état, un homme, criminel, vient d'être exécuté par injection létale . Jusque là, rien d'extraordinaire, la peine de bricolage mortelmort, signe évident de civilisation évoluée, y ayant cours le plus démocratiquement du monde.
    Mais, pour les dites injections létales, des produits chimiques sont nécessaires, et les habituels fournisseurs, pris, allez savoir pourquoi, d'une sorte de pudeur, ne pourvoient plus .
    Il a donc fallu, loi locale obligeant, trouver un produit qui permette d'expédier ad patres le condamné.
    Seulement voilà, bien que ce pays ait envoyé ses gens conquérir la Lune, libéraliser le Vietnam et chercher des armes fantômes en Irak, après avoir grandement participé à la fin du nazisme , il n'a pas encore trouvé de bricolage mortelproduit aussi mortifèrement efficace que celui que le vieux continent lui fournissait.
    Et en désespoir de cause on a bricolé un produit, qui, si il fut efficace
    , a quand même mis près de 45 minutes pour attendre le but fixé. Ce qui a benoîtement fait dire à la Maison Blanche que les règles n'ont pas été tout à fait respectées.
    Les gens des différentes contrées terriennes ont le droit de choisir leurs lois et les moyens de les appliquer.
    Les crimes commis par les condamnés sont souvent horribles.
    Ceux qui sont exécutés ne sont pas toujours coupables, et attendent parfois longtemps, très longtemps, l'issue définitive debricolage mortel leur procès.
    Je ne me reconnais aucun droit à juger mais j'ai le droit de dire ce que j'en pense, quitte a être taxé, en l'occurrence, d'antiaméricanisme primaire.
    Ce dont je me défend, les gens de cette nation ayant par ailleurs d'immenses qualités.
    Bien sûr, il a fallu attendre 1981 pour que chez nous la guillotine devienne un objet de musée, et les méthodes de divulgation de notre civilisation n'ont été guère plus lumineuses au cours des siècles.
    Mais est-ce une raison pour cautionner des erreurs au prétexte que nous les avons commises ?
    Si, bien sûr, nous ne les commettons plus ...

    clubdesappalaches.skynetblogs.be ; amerindien.e-monsite.com ;    ffcscnbqn.blogspot.com  ; www.courrierinternational.com 


  • Commentaires

    2
    Samedi 3 Mai 2014 à 14:28

    J'admire la retenue et la dignité dont tu fais preuve en commentant cette information particulièrement atroce. Je ne suis pas sûre que j'y serais arrivé ! Passe une belle journée

    1
    Jeudi 1er Mai 2014 à 10:19

    La barbarie n'est pas une réponse appropriée à la barbarie, et le pire est que dans certains cas cette barbarie "punitive" s'applique à de parfaits innocents

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :