• bougez, éliminez

    bougez, éliminezEn contradiction flagrante avec le célèbre nihil novi sub sole, vieux principe de l'Ecclésiaste, nous parlons sans cesse de changement, de mutation, d'évolution même.
    On change d'idées, de chemise , de gouvernement, d'amis ( dans l'ordre de fréquence).
    Par exemple, avant hier on encensait le successeur de Sidi Muhammad Idris al-Mahdi al-Sanussi, dit Idris 1er, en le recevant en grandes pompes sous les ors et sur les pelouses de l’Élysée, avant de le vilipender hier, pour aujourd'hui poursuivre en justice ceux qu'on avait envoyé l'aider.
    Dans un autre domaine, l'ancien patron d'une compagnie aériennebougez, éliminez gauloise, remercié pour incapacité, perçoit quelques menus subsides, de l'ordre d’à peine quelques millions d'euros, pour l'inciter à ne pas concurrencer. Serait-ce pour que ce génie des affaires ne coule pas une autre compagnie ?
    J'aime bien l'expression "couler" une compagnie aérienne . Ben oui, on dit bougez, éliminezla flotte pour parler de l'ensemble de ses avions..
    A mon avis, mais ce doit être une facette tyrannique de mon moi profond , la promesse de quelques temps aux fers et au pain sec dans un cul-de-basse-fosse aurait le même effet, et ne ferait pas jeûner plus le cheval à Phynances du bon roi Ubu .
    Hors donc, nous avons changé de tête. Pas de maquillage, de chef.
    Et bien entendu tout ce qui fut fait n'était pas à faire et doit donc être défait. Entendons-nous bien, je ne formule aucune opinion, je me contente d'entendre (1) ce qui se dit et de constater ce qu'on essaie de faire. 
    Ce qui ne change pas, ce sont les propos de ceux, de tout poil, qui ont pris (ou reçu) et ont donc le pouvoir : tous, avec une unanimité digne de la manécanterie des petit chanteurs à la croix de bois, clament à tous les échos , les vents et sur tous les toits ( là où se trouvent les paraboles de télé ) , et, surtout, sans rigoler : Je dis ce que je fais et je fais ce je dis.
    Bon, d'accord, il en est qui entendent(1)  cette phrase à l'impératif: "fais ce bougez, éliminezque je dis, pas ce que je fais", alors quelle est prononcée au mode de conjugaison politicien, vous savez, le conditionnel improbable à géométrie variable. Et évidemment, cette audition défectueuse provoque  des quiproquos, amphigouris et embrouillaminis jouissifs, qui réjouissentbougez, éliminez quelques iconoclastes dont je m'enorgueillis de faire partie.
    Quand on vous dit que la politique est une comédie !
    Bien sûr, cette comédie coûte parfois quelque peu cher, mais contrairement à la Comédie française, les spectateurs peuvent changer les acteurs...Et ce vieux sage d'Ecclésiaste disait aussi  vanitas vanitatum et omnia vanitas.

    ____________________

    (1) dans le sens essayer de comprendre, bien sûr


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :