• billevesées et coquecigrues linguistiques

    billevesées et coquecigrues linguistiquesOn trouve, au hasard des détours des rues et places de notre doulce France des indications destinées à informer le passant , le badaud, voire le touriste sur les points remarquables, utilisables ou originaux de nos bourgs, villes, lieux-dits et même capitales.
    En nos temps incertains, au cours desquels ledit badaud essaie de comprendre le monde qui l'entoure, et pour se faire lit avec avidité tout ce qui ressemble à une pancarte, il devient un tantinet ardu de se retrouver, tant lesdites pancartes sont rédigées en charabia, pataquès , galimatias, pathos, cacographie et même, Ô désespoir, en sabir grand breton.
    Ainsi, il y a peu, on ( je ne donnerai pas ici la définition de ce "on" définition que tous et chacun connaissent ) on, donc,  a annoncé les Jeux Olympiques de Paris par la sublimement débile expression "Made for sharing" qui, comme tous et chacun l'ignorent, signifie dans la langue de Shakespeare "fait pour profiter ( ou partager) ".
    Mais cette hérésie et même apostasie a au moins l'avantage d'indiquer les espérances sonnantes et trébuchantes de ses créateurs. Monsieur Bernard Pivot a trouvé l'origine de cette imbécillité: "Premier cas de dopage aux JO de 2024 : le slogan de Paris aux anabolisants anglo-américains. "
    Dans le même ordre d'idées, (si tant est que l'embrouillamini qui règne entre les oreilles de ces hurluberlus puisse constituer l'ombre d'une idée ), le salon de l'automobile, que chaque visiteur français moyen, de base et même bourgeois bohème voire étranger comprenait comme exposition des nouveaux modèles d'automobiles, est devenu, par la disgrâce et l'inculture de décideurs saugrenus Mondial Paris Motorbillevesées et coquecigrues linguistiques Show, ce qui démontre l'estime que ces gens-la portent à notre langue.
    On pourrait en dire autant d'un professeur , Prix Nobel français d'économie, qui a, le pauvre, trouvé intelligent de nommer l'école d'économie qu'il à créée à Toulouse Toulouse School of Economics. Je ne crois pas qu'il aurait eu un prix de français dans une école primaire. Mais ces "grosses têtes" ont d'autre chats à fouetter que le respect de la langue de leurs aïeux, leur gloriole leur servant de respectabilité.
    Et que dire du développement sportif de nos jeunes générations, qui sont appelées à pratiquer le street work-out, ou le skate-bord dans un skate park bien plus aptes à les développer que le sport de rue ou la planche à roulettes...........


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :