• Big Brother

        Bon jour ! Quand il écrivit 1984, en 1948, George Orwell ( Eric Arthur Blair)Bon jour ! décrivait sa crainte de voir la société humaine victime de sa bêtise . Son personnage de Big Brother règnait sur Océania, habité par les survivants de la guerre nucléaire  survenue après l’  épouvantable conflagration  qui avait vu la fin  d’un totalitarisme de droite s’effondrer, et la naissance d’un  totalitarisme de gauche .
         Hitler, Staline, même combat, même méthodes, mêmes victimes. Ces deux monstres ont  disparu, détruits, avalés, digérés par leurs créatures.       Mais leur principal outil,  qu’Orwell a baptisé Big Brother, leur a survécu. Et il est installé, insidieusement ou ouvertement, dans tous les pays, dans toutes les sociétés, par ceux
    Bon jour !qui les dirigent. Ils créent des fichiers  sous les plus invraisemblables prétextes  ou circonstances, allant de la  vaccination à l’occasion d’une pandémie aussi improbable que coûteuse, jusqu’au fichage des enfants des écoles , en passant par les vidéos surveillances,  le contrôle des internautes etc. 
         Sous prétexte de faciliter la vie, on a créé les cartes bancaires
    Bon jour ! et  le Gsm ( Global System for Mobile communication, en français groupe mobile de communication ) , tout un ensemble de moyens qui permettent  de savoir à tout moment où se trouve quelqu’un, avec qui il parle, quelle est sa banque, le montant de ce qu’il possède, quel spectacle il voit,  sa santé,  ses relations, ses idées,  en     somme  tout ce qui concerne la vie publique ou privée de chaque individu, partout, tout le temps.
         Ces dirigeant ont réussi le tour de force de faire croire à tous - de nous faire croire à tous - que ces moyens nous facilitent la vie, en somme, qu’ils contribuent au bonheur de l’humanité.
         Quand je dis tour de force, j’exagère un  peu, car quand la masse des moutons bêle
    Bon jour !à l’unisson, et répète "  panurgement " tous  les poncifs qui lui sont conseillés, inculqués , entrés plus ou moins de force dans le crâne, il  n’est pas difficile de lui dicter sa conduite.
        Mais il y a quand même un exploit, c’est que des êtres intelligents, sains de corps et d’esprit  ont été convaincus de la justesse de cet embrigadement, et luttent volontairement  pour aider Big Brother, qu’ils considèrent comme le vrai grand frère,  à dominer le monde, en croyant, les malheureux, qu’il leur en sera reconnaissant.       C’est terrifiant.
         Mais, Heureusement,  il y a quand même  de ci delà des isolés qui refusent Facebook ou qui ruent dans les brancards.
         Comme par exemple, ces Big Brothers Awards, (Prix Big Brother),   prix attribués aux
    Bon jour ! gouvernements, entreprises ou  individus qui font le plus pour menacer la vie privée  par l'association  Privacy International, ONG, fondée en 1990 pour défendre les droits de l’homme en particulier les attaques contre la  vie privée.
          A force, un jour, l’esprit vaincra. Il aura du mal, mais il vaincra.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Nevo
    Jeudi 13 Mai 2010 à 14:39
    Il a du mal, mais oui il vaincra.
    Les solutions existent, nous avons juste à y porter attention.
    3
    Jeudi 13 Mai 2010 à 14:19
    il vaincra le jour où les dinosaures réapparaîtront!

    y croire est une vue utopiste d'un esprit arrivé Trop Tard.
    2
    peache Profil de peache
    Jeudi 13 Mai 2010 à 14:07
    les desseins du Seigneur sont comme ceux de Picasso, impénétrables.
    1
    hem
    Jeudi 13 Mai 2010 à 13:06
     ouais ! mais tous ces systèmes soit disant élaborés ne sont pas fichus de savoir où les plus riches cachent leur argent pour éviter de payer des impôts ni de rendre public tous les exactions financières de par le monde

    il est vrai qu'il est plus facile de ficher tous les contribuables lambda que de cerner ces bandits à col blanc

    certes l'esprit vaincra mais dans combien de temps ???
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :