• Au commencement était la cueillette

         Bon jour !Et l’homme se nourrissait de ce qu’il pouvait ramasser..
         Cet atavisme venu du tréfonds  de l’histoire a persisté longtemps.
       Puis les temps ont changé ,  l’évolution a fait son chemin et un jour, un brave homme a trouvé 2000 et quelques € dans la rue et il est alléBon jour ! les rapporter au commissariat de police . 
         Cela semble de la dernière banalité, si j‘en crois les idées que les Vieux nous ont inculquées. Ce n’est apparemment pas l’avis de tout le monde et d’aucuns les disent saugrenues, si on considère les commentaires à l’article paru dans les actualités  sur internet. 
        Ces oeuvres éparses d’une humanité hétéroclite vont   du rare "ben quoi, c’est normal" au trop fréquent  "quel abruti, moi je garde tout" en passant par "c’est encore Sarko qui va en profiter" ou les conseils juridiques d’un lecteur aussi avisé que pontifiant,  et les doux rêveurs ou carrément utopistes qui souhaitent trouver dans Bon jour !la rue les sous de banquiers imprudents ou négligents.
         Il faut  aussi lire  les  habituels "yaka" et les inévitables  "faukon", et écouter tous ceux qui ont vu, ou rencontré le cousin du concierge de celui qui habite pas très loin de quelqu’un qui a aussi trouvé des sous et qui a fait ci ou ça .
         Cet évènement est relativement rare quand même en nos temps économiquement rabougris. En effet,  il est assez rare au commun des membres de peuplades d’en bas de se  trimballer avec 2000 € en liquide dans la poche.
          Pas chez vous ? Vous en avez de la chance ! 
        Cet événement, a donc très probablement causé quelques ennuis à celui qui a perdu ses sous.
       Bizarrement, aucun de ces commentateurs avisés à honnêteté  facultative et moralité à géométrie variable  ne pense, ni, en tous cas n’évoque son cas. Pourtant, en nos temps incertains et donc forcément pas  faciles, 2000 €, c’est presque deux SMIC, et il est vraisemblable que celui (ou celle) qui les a perdus a passé quelques instants de grande solitude quand il a découvert l’absence de ce petit pactole.  
           Quelques gamins se sont peut-être passés des quelques bricoles qui les auraient rendus heureux, quelques gosiers n’ont pas pu voir passer ces nectars que les vitrines offrent à la convoitise des assoiffés permanents.
          Et bien sûr  des autres …. , ce qui a pu contribuer à une petite amélioration de  cette sécurité routière  si chère à notre cher, très cher, ministre de l’intérieur.
           Comme quoi tout ce qui arrive peut servir à nos édiles. C’est d’ailleurs peut-être pour ça qu’ils le sont …
         Ces réactions  me plongent  en quelques lacs de perplexité, car ceux qui lesBon jour ! offrent  à la lecture  sont gens lambda, communs même, en tous cas ni  meilleurs ni pires que les autres, mais dont on a l’impression qu’un bon nombre  se balade  entre une conscience élastique et une espérance quand même assez malsaine de gains faciles, sans risques, aux dépens d’aussi pauvres sinon plus  qu’eux. 
          Eh oui, la période de Noël , au cours de laquelle quelques uns se sont échinés à donner aux autres l’envie d’être bons est passée, bien passée…
           Mais peut-être les temps sont ils cause de cette attitude, et la crainte de manquer conduirait à ces errements ? 
           Allez savoir …


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    hem
    Samedi 8 Janvier 2011 à 14:59

    bien mal acquis ne profite jamais .......c'est ce que l'on dit !

    le gars en question est honnête et le monde s'étonne !

    pourquoi ? l'honnêteté n'est plus valable  en ces jours ?

    mais tu as raison  la solidarité, l'entraide doivent continuer  même en dehors des périodes de fêtes !

    et je sais que cela est encore visible de par le monde

         tout n'est pas fichu crois moi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :