• Associations, etc .

    Bon jour !     En dehors des instances gouvernementales de tous les pays, il existe un monde touffu et mal connu  du terrien lambda. Sur cette planète, qu’on nomme le monde associatif, on trouve  tout, du sublime au lamentable, du plus scrupuleusement  honnête  au plus infâme crapuleux.  Dans cette jungle s’épanouissent de magnifiques élans d’humanité et de sordides appétits, avec toutes les  nuances qui séparent ces extrêmes.  Le terme jungle étant ici employé pour désigner un environnement foisonnant, et non pas dans le sens péjoratif qu’on  lui alloue quelquefois.
         Les buts poursuivis  sont aussi nombreux que les associations, et parfois même bien plus .  On y trouve ce qu’il est convenu de nommer " l’humanitaire",  qui regroupe tout ce qui a , peu ou prou, un rapport, même parfois lointain, avec  la misère du monde. On rencontre, au détour d’une intention mercantile, un groupe qui veut seulement se faire quelques sous voire récolter beaucoup, du culturel, du sportif, du politique même, de l’artistique, du familial, de l’internationaliste, de l’alter mondialiste, du chauvin, du xénophobe et du xénophile. En définitive le mouvement associatif regroupe, à défaut de rassembler, toutes les bonnes ou mauvaises volontés qui font partie de notre patrimoine moral, mental ou matériel.         Ces associations  sont, partout, régies par des lois, règlements et statuts qui en définissent le but, la manière de l’atteindre, les moyens d’y parvenir, et – surtout - la présidence, que d’aucuns nommeront direction, voire commandement et d’autres consensuelle convivialité.
         En toute objectivité, il faut bien  reconnaître que la dernière éventualité est relativement  rare, tant il et vrai que l’homme ( ou la femme, bien entendu ) qui détient une parcelle de pouvoir, si infime soit-elle, a très rarement  envie de la laisser partir en d’autres mains qui ne seraient, évidemment, pas  aptes à bien gérer.
         Pour la bonne marche des affaires, et selon la Loi, une association  doit être dirigée par un(e) président (e), assisté(e),  en cas de risque de rupture dans le commandement, par un vice-président (e), habilité(e) à  suppléer à l’absence, voire à la carence du président. Il faut aussi un(e) trésorier (ère), gérant les sous et garantissant   la bonne utilisation des fonds, et d’un (une) secrétaire. Statutairement, ces quatre personnages doivent se consulter et les décisions prises doivent l’être en commun.  Ce qui n’est pas toujours  le cas.
         Il arrive, parfois,  que  la fonction, et surtout le titre de président, auréolé d’un prestige parfois un tantinet prétentieux,  donne à son titulaire des rêves d’importance que sa personnalité n’est pas toujours en mesure d’assumer. On arrive alors, dans cette éventualité,  à une mentalité  de petit chef intransigeant, jaloux de ses supposées prérogatives. Se crée  alors une ambiance délétère qui conduit à une isolation de la tête, et par suite à l’extinction du groupe. Cette situation n’existe évidemment  pas quand la consultation et la confiance mutuelle sont présentes.
        Les membres d’associations, dans l’ immense majorité des cas, sont bénévoles, etBon jour ! sont animés d’une espérance chevillée au corps. Ils acceptent  d’être dirigés, mais  l’autoritarisme exacerbé  leur donne des boutons. Ils considèrent  qu’il est possible, voire indispensable,  de passer sur les  petits travers de chacun, pour réaliser l’objectif. Pourtant, il arrive parfois que cette espérance soit " surutilisée ",  qu’il ne soient considérés que comme faire valoir ou  alibi.  Ils en éprouvent alors une certaine lassitude, qui finit par les démotiver, et ils quittent le navire, souvent à regret. Au grand dam - ou au grand plaisir - du petit chef qui peut alors étaler sa présumée importance et se gargariser de son succès. Il se peut aussi, mais c’est plus rare, qu’il se remette en question, et se souvienne  que la roche Tarpeienne est proche du Capitole ...
         Heureusement, ces petits Narcisses à grosse tête ne sont pas la majorité, loin de là. Et il est tout à fait exceptionnel qu’un bénévole , même si il quitte une organisation, reste définitivement en dehors du  mouvement associatif. C’est aussi inéluctable que l’écoulement de tous les cours  eaux vers toutes  les mers, même océanes. Le monde associatif n'en n'est donc  pas encore à sa Parousie finale.
         La  valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir, disait Monsieur Einstein.
          




    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :