• americanomanie

    americanomaniePeut-être en avez vous vaguement entendu parler ces jours derniers. En Américanie, où, pour les plus globishomaniaques, au Stettses, on vient d’élire ( une malencontreuse (?) faute de frappe m’avait fait écrire délire, mais, c’est sûr, c’était tout à fait involontaire...) on vient, donc d’élire le 44ème successeur de George Washington.
    A un poil près ( un gros poil quand même ) ce successeur a failli être une successeuse (*).
    Et cette élection déclenche des avalanches de commentaires, la naissance et la prolifération exponentielle d’experts, d'enseignants chercheurs, voire de n'importe qui de tout poil, tous convaincus de "savoir" , maisamericanomanie surtout fort heureux de passer en boucle sur les écrans de télé.
    Et, dans ce mystérieux athanor de la presse, d’aucuns et même d’autres trouvent des similitudes entre ce cirque outre atlantiquain et l’arène gauloise où va se dérouler la prochaine parade présidentielle chez les nous aut’.
    Quelques uns louent, d’autres honnissent le nouvel élu, des comparaisons sont faites, des hypothèses lancées, des certitudes peut-être éventuellement aléatoires sont diffusées par tous les moyens possibles.
    Chacun de ces augures et autres pythonisses, évidemment dans le secret des dieux, nous dévoile notre avenir, en oubliant qu’il s'est lamentablement planté lors des précédents scrutins.
    americanomanieMais, comme nous autres lambdas l’avons oublié aussi, nous les suivons panurgiquement, bêlant en cœur qui notre colère, qui nos espérances, qui nos indifférences, en un mot toute notre sacrée foutue franchouillardise s’étale et , après avoir bien entendu refait le monde à sa manière, chacun s’endort dans son ronronnement égoïste .
    Celui-là qui eut l’idée des élections doit passer des instants jouissifs sur son nuage, en contemplant les zigotos qui s’agitent sur la planète pour essayer de se faire croire qu’ils existent.

    _________________________________

    (*) néologisme né à la fin du siècle dernier, à la demande des féministes, pas encore admis par l’Académie, mais ses vénérables membres ne sont pas des parangons de rapidité

    images : lefigaro.fr ; parolesdexperts.com ;  www.wingsunfurled-web.com 

     


  • Commentaires

    2
    Jeudi 10 Novembre 2016 à 09:05

    Vox populi, vox dei !

    un zéro pointé aux pronostiqueurs  et aux médias qui oublient que ce sont les votants qui élisent un Président.

    Maintenant il est vrai que j'attends la suite des évènements....

    Bonne journée.

      • Jeudi 10 Novembre 2016 à 09:57

        comme tu dis! Néanmoins, il faut bien constater l'aussi  consternante que médiocre qualité de ces énergumènes surpayés pour éructer leurs âneries.!:!:!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :