• Ambiance

        Bon jour ! Un peu partout, dans tous les Est, les Sud, les Nord etBon jour ! les Ouest, dans presque tous les pays, qu'ils soient anciens ou issus d'élucubrations postcoloniales, on voit des masses de citoyens lambda ou exceptionnels se lever et crier leurs aspirations à plus de liberté, d'égalité, fraternité, sous l’œil bienveillant voire complice sinon instigateur des "grands".
         J'ai mis aspirations au pluriel, car il est fortement improbable que tous les manifestants aient les mêmes désirs ou ambitions....
        Ces "grands", qui, n'ayant toujours pas compris que le petit peuple neBon jour ! mange ni dollar, ni shekel , ni euro, yuan, rouble ou roupie, se demandent comment ils en sont arrivés là, puisqu'ils ont tout fait pour idéaliser la prospérité de leur chômeurs et autres rmistes, puisqu'ils prennent même soin de leur santé mentale, en les faisant travailler à l'oeil pour qu'ils aient un autre regard sur les qualités du plein emploi.
         D'autre part, les masses en élévation n'ont toujours pas compris que les révolutions sont des couvoirs à dictateurs. Et ce n'est pas demain que cette situation va changer, puisque le seul et unique ingrédient indispensable pour faire tenir cette mayonnaise est aussi rare, sinon plus,que les moutons à 5 pattes ou les politiciens de bonne foi.
    Bon jour !     J'ai nommé, mais vous l'aviez reconnu, ce bon vieux bon sens qui n'en finit pas de mourir. Seulement voilà, il est le plus mal partagé. Néanmoins, et humanisme en plus, heureusement qu'ils sont là, ces jeunes gens qui brandissent slogans, pancartes et banderoles revendicatives et même revanchardes dans toutes les rues, souvent malgré les risques de fusils gouvernementaux. Ils sont brouillons, indisciplinés, têtus et iconoclastes, mais ils osent dire, avec leur inexperte jeunesse, leurs rêves et leurs espérances.
          Et nous  les applaudissons, tout en sachant bien qu'il n'y a guère de place pour nous dans leurs réclamations... On pourrait en conclure que, lorsqu'on avance en âge, on devient maso. Je dirais plutôt blasé, mais allez savoir ...      
       Le grand soir sera-t-il suivi par des matins qui chantent ?
           Ces chimériques instants sont pourtant du domaine du possible,Bon jour ! puisque, comme dit Paul Wamo, jeune poète Kanak ,
                                              ...  Celui qui n'espère pas
                                                   n'aime pas
                                                   ne crois pas  
                                                   pas n'agit pas (*)... 
        Qu'en pens
    ez-vous ?

     

     

    ___________________

    (*) L'espoir, dans J'aime les mots, Editions Grain de sable, Nouméa


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Dimanche 22 Mai 2011 à 23:57

    à travers, mais pas à  tort ! Les petits riens additionnés font un gros beaucoup, et l'utopie est l'indispensable point de départ.  Je sais bien que c'est un poncif, mais depuis Nicolas Boileau remettre l'ouvrage sur le métier est devenu une habitude. 

    Ah ça ira, ça ira ....

     

    1
    JR
    Dimanche 22 Mai 2011 à 22:36
    JR

    Alors ? Qu'est ce qu'on en pense ?

    On continue de croire, à tort et à travers, que l'humanité n'est pas ce qui est arrivé de pire sur cette planète, à faire tous les petits riens possibles notre pouvoir d'humain et à espérer l'utopie, aussi vitale et indispensable que la poésie, comme j'entendais le rappeler hier Ernest Pépin, auteur de Le Soleil pleurait, invité sur France-Inter.

    Salutations et fraternité…

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :