• ainsi va l'histoire

    ainsi va l'histoireCes derniers jours, on a commémoré l’Armistice du 11 novembre 1918, qui mettait fin à cette épouvantable première guerre mondiale.
    Des millions d’hommes sont morts, héroïquement ou non, car les bombes, obus, balles, baïonnettes ou maladies, ne différencient pas le cadavre d’un héros mort de celui d’un mort anonyme, ou d’un fusillé pour l’exemple.
    Ni les uns ni les autres ne reviendront pour en parler.
    Les fusillés pour l’exemple, ont été assassinés par l’incompétence, la fatuité, et l’appât de gloire de généraux, et les espérances misérablement électorales des politiciens de ces temps affreux.
    La fameuse affaire de Craonne, au Chemin des Dames, au cours de laquelle un général aveuglé par son appétence pour une gloire qu’il avait pourtant déjà reçue à Verdun, et aussi par le mépris qu’il éprouvait pour ses subordonnés, soigneusement entretenu par ses pairs, qui étaient persuadés d'être d’une essence supérieure .
    On m’a toujours dit que commander, c’est prévoir, ce que j’ai pu vérifier, parfois à mes dépens. Ce général ne pouvait donc pas ignorer ce principe.
    Quand lui est venue l’idée saugrenue d’attaquer cette position ennemie, qu’il savait parfaitement défendue, il avait prévu de grosses pertes, mais son orgueil démesuré lui a fait croire que , malgré les avertissements de ses collègues, il gagnerait cette bataille. 
    Notez bien qu’il espérait la victoire, sans bien entendu y participer en payant de sa personne, ce qui constitue, convenez-en, une notable nuance.
    Et, son projet aussi absurde que criminel ayant échoué, il a, et avec lui les grands chefs de l’époque, ont considéré que ce naufrage était de l’unique faute et responsabilité des hommes qu’il avait sciemment envoyés à la boucherie. 30 000 hommes sont morts en 10 jours lors de ce massacre.
    Quelques uns ont refusé de mourir pour rien.
    Ils ont refusé d’attaquer.
    Ils devaient donc être punis, et condamnés à l’infamie pour n’avoir pas fait leur devoir : mourir .
    Et avec une intelligente association d’idées, il les a fait condamner à être fusillés.
    Et leurs noms ont été soigneusement écartés des monuments aux morts, leurs familles ont subiainsi va l'histoire l’opprobre voire la haine .
    Qu’aurions nous fait ou dit si nous avions été à la place de ces malheureux. Si nous avions été à la place de ce général ?
    D’aucuns considéreront que les soldats avaient raison, d’autres qu’ils avaient tort, que le général était dans son rôle, d’autres qu’il fut criminel.
    Quelques uns des fusillés ont été réhabilités, certains bien longtemps après.
    Et le responsable, tombé en une timide disgrâce après ce fait d’armes, a été lui aussi réhabilité.
    Ainsi va l’histoire....

    images : humanité.frchemindesdames.blogspot.com


  • Commentaires

    3
    Jeudi 16 Novembre à 08:06

    Dès qu'un homme a le bâton de commandement il se croit tout permis et ses mauvais penchants remontent à la surface. On disait que c'était la der des der? Les hommes ne tireront jamais les leçons de leur stupidité.

    Kisetoj mon cher Peache.

    2
    Lundi 13 Novembre à 10:07

    la guerre c'est la guerre avec ses horreurs...La premièe guerre mondiale a été une véritable boucherie aves ces millions de morts.

    Bonne semaine.

    1
    Lundi 13 Novembre à 08:47

    Dans chaque conflit il y a des heures peut glorieuses, que ce soit pour les vaincus ou pour les vainqueurs, mais bien souvent ses faits sont passés sous silence

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :