• adieu, panurgie!

    Quand un journal publie un article relatif à un événement quelconque, si possible polémique ou pouvant permettre des discussions, voire glauque pour plaire à ce qu'on nomme "un certain lectorat" le rédacteur ne peut s’empêcher de titrer son texte en écrivant " Ce qu’il faut penser de .. " .
    Et ça m’énerve.
    En effet, même si je ne fais pas partie de la supposée élite qui constituerait (conditionnel d’éventualité, bien sûr) la sphère journalistique, je suis capable, comme l'immense majorité de nos contemporains, de comprendre un article de presse, qui, il faut bien l’admettre, n’est généralement pas en soi une œuvre littéraire par trop difficile.
    D'autant plus que,  parfois, le style, la syntaxe voire l’orthographe dudit article ne sont pas particulièrement à la hauteur  d’une classe de CM1.
    D’autre part, ladite sphère journalistique (écrite, parlée ou télévisée) passe son temps à nous rebattre les oreilles de sa "lutte contre la pensée unique ".
    Ce qui me donne envie de lui rabattre le caquet.
    Car cette façon de titrer les articles me donne à penser que leurs auteurs, bien que se réclamant de la sacro-sainte liberté d’expression, nous incitent(*) à penser comme eux.. donc luttent contre la liberté d'expression, ce qui est un comble !
    Il est vrai qu’en écrivant " ce qu’on peut penser de...", ils placeraient leur (s) lecteur(s) devant l’obligation de réfléchir.
    Et un lecteur qui réfléchit n’est pas un bon client.... puisqu’il ne pense pas forcément comme le rédacteur, ce qui pourrait le pousser à s’informer sur un autre média, donc à faire perdre des sous au journal...

    _______________________

    (*) inciter :Pousser vivement quelqu'un à quelque chose ...

     


  • Commentaires

    2
    Mardi 15 Novembre 2016 à 06:33

    Qu'elle soit écrite, parlée ou télévisée, la presse n'est plus que l'ombre d'elle même, elle est tenu par une sorte d'élite qui pense avoir le pouvoir de manipuler le peuple

    Amicalement

    Claude

    1
    Lundi 14 Novembre 2016 à 09:41

    La presse écrite s'effondre, et je dois dire qu'il faut faire attention, car la manipulation et la désinformation par débat et par image est encore plus pernicieuse,les écrits restent et on peut relire l'article ou le livre,l'image est trop éphémère....

    Bonne semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :