• A temps , ou à perpète

    A temps ,ou à perpète
         Les médias de notre hexagone font état ce matin d’un jugement  en appel  concernant Florence CASSEZ, condamnée au Mexique  en avril 2008 à 96 ans de prison  dans une affaire d’enlèvement  et de détention  d’armes. En appel, un juge unique , selon le droit mexicain, doit  réfléchir tout seul dans son bureau, et  rendre  sa décision au moment où il le  souhaite.
         Ce jugement ramène la peine  prononcéeà l'encontre de   Florence CASSEZ de 96 à 70 ans de prison. Cette jeune femme étant âgée de 34 ou 35 ans, elle aura une centaine d’ années à sa sortie des geôles centre-américaines.
        Ce qui change beaucoup par rapport à la peine précédente qui l’aurait libérée 26 ans plus tard !
          Il est vrai que dans ce pays, les enlèvements sont des plaies à vif  qui ont  déjà mis beaucoup de monde dans les rues et provoqué des débats passionnés dans les diverses assemblées.  Ce qui pourrait amener  le prononcé de la peine sous un  autre jour que celui de  notre vision lointaine.
        Il n’est donc évidemment pas de mon propos d’émettre un avis ni sur ce jugement, ni sur les faits qui l’ont motivé.
         La Justice mexicaine est souveraine dans son pays, et, ne connaissant pas les actes commis par la condamnée, ni les médias, ni quelque citoyen que ce soit  n’ont aucun droit de se prononcer sur ce point. 
        Ceci posé, je me suis toujours – ou presque, car quand j’étais enfant ou adolescent ces histoires me passaient, si j’ose dire,  bien au dessus de la tête– je me suis donc demandé quelles ont pu être  les raisons de ces législateurs, dans de nombreux pays,  qui ont décidé la possibilité de prononcer des peines de prison de 60, 70 voire 100 ans et plus.
        L’espérance de vie au Mexique étant de 75 ans, à quoi rime de condamner un individu  de 34 ans à 96 ans de prison ?  Il lui restera  55 ans à purger au moment de son décès. 
        La peine de mort ayant été abolie dans ce pays, et  la peine de prison à perpétuité n’y existant pas, les juges semblent avoir  trouvé le moyen de pallier cette carence, en condamnant les prévenus à des peines de durée astronomique, quitte a faire preuve de mansuétude par la suite en réduisant cette peine  de 25 ou 30 ans, ce qui ne change rien, le condamné finissant par la force des choses ses jours en prison.
         Ce n'est que mon avis, mais je trouve cette façon de procéder assez hypocrite. Non ?  
       Notre président, qui s’y connaît en réduction de peine, se rend prochainement au Mexique…

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    el mektoub
    Mercredi 4 Mars 2009 à 13:32
    60,70,voire 100 ans, par chef d'accusation bien sûr!

    hof, il va sûrement envoyer Carla cette fois pour ramener cette prisonnière du mexique!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :