• 300 jours .

         Bon jour !Depuis 300 jours, deux journalistes français et trois afghans sont maintenus en otage en Afghanistan. Chaque jour, à tout instant, les radios et les  chaînes de télévision rappellent cette détention arbitraire.
           En Colombie, au Niger, en Ethiopie, en Irak,  un peu partout sur la planète, des femmes et des hommes   sont détenus illégalement , des  gens en prennent d’autres en otages, pour une "cause" , pour de l’argent, pour  de la politique, et même pour rien.        Il y a des gens qui sont otages de la misère et de la faim, et même de l'ignorance.
       Des  états gardent   des personnes, sous  le délicieux euphémisme de résidence surveillée, parce qu’elles ne sont pas d‘accord avec les dirigeants, voire parce que des étrangers les aiment.
          Un état, qui se prétend "grande démocratie" détient - sur le territoire d’un de ses " ennemis " - des hommes  arrêtés pour la plupart en négation de la plus élémentaire légalité, et parfois avec la complicité d'autres états. Bien entendu, pourquoi s'enBon jour ! priver puisque personne  ne s'en plaint, ces hommes sont détenus sans aucune raison, et sans aucun jugement, au prétexte fallacieux et populiste de protéger la "sécurité" dudit état. Un de ces camps est nommé, avec une ironie cynique 
    Camp Justice.      
          C
    ette manière  d’agir humainement intolérable est parfaitement tolérée , un mouvement "de libération "  n’étant pas crédible  si il ne prend pas d’otage. De minables sous développés intellectuels  donnent du poids à leur exigence  en s’emparant d’enfants pour en "tirer une rançon".   
          Les syndicats  sont accusés par les gouvernements de prendre des populations en  otage, et déclarent  les dits gouvernements responsables donc – évidemment - coupables  de la situation. Le décor est planté, et tous les journaux de tous les médias ont du grain à moudre pour leurs gros titres.
         Loin de moi l’idée de nier la valeur des actions entreprises par les journalistesBon jour ! pour parler de leurs confrères. Cela prouve que leurs amis s'intéressent à leur sort.  Ces derniers, si ils sont au courant, en sont réconfortés, et c’est une bonne chose.                
         Ce qui me titille, c’est le silence abyssal qui règne sur tous les autres otages.
           Pas vous ? 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mardi 26 Octobre 2010 à 23:38

    c'est l'impression que ça donne..

    1
    Bernard Rousseau
    Mardi 26 Octobre 2010 à 16:29

    Il y a des pions qui valent plus que d'autres,,,

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :