• Rassurez-vous, je ne veux pas essayer de faire croire à un plagiat de l’oeuvre inestimable de Monsieur de Balzac .
    Loin de là .
    Ce titre m’a été soufflé par les élucubrations, balivernes et autres coquecigrues qui fleurissent dans les pages de nos journaux, virtuels, ou traditionnels.
    On y peut lire les pérégrinations d’un washingtonien et d un pyongyangais dans une cité état de la mer de chine méridionale, celles d’un racoon grimpeur dans l’ineffable Minesota, et même les minauderies du machin gaullien au sujet des massacres au moyen orient, tout comme  les sempiternels chantiers non terminés avant les épreuves sportives.
    Ou encore les petites phrases pleines ( ou presque ) de sens caché, les changements de noms de pays qui provoquent des acnés juvéniles aux jeunes presque futurs candidats au paradis de l’Europe presque unie.
    Les gentillesses inter états au sujet de ceci, cela ou n’importe quoi y sont longuement décfites et commentées.
    On  peut y lire et même entendre  des gazouillis d’oiseaux qui énervent, fustigent, esbaudissent, ébaubissent ou censurent suivant qu' on soit l’oiseleur ou «l’oiselé»
    (1). 
    Y sont décrites les joyeuses distractions d’employés du supposé plus puissant pays du monde, qui recollent les papiers déchirés par leur grand sachem au cours de crises de «moijesuisleplusmeilleur» .
    Il serait loisible d’allonger indéfiniment cette liste de saugrenuteries, ce qui permettrait peut-être de commencer à penser que nous vivons une époque formidable.........Non ? Ah bon ! J' aurais cru....

    __________________________

    (1) celui qui écoute ( ... entend....) le gazouillis . oui je sais, mais, hein? bon !


    7 commentaires
  • Il est des gens qui trouvent que la vie n' est pas belle et il est des gens qui trouvent que tout va bien.
    C’est banal ? Pas tant que ça en l'air !
    Car, si il n'était pas de mécontents, il n’y aurait pas de contents non plus, c’est évident, puisque l’un ne peux pas exister sans l’autre.
    Ni l’autre sans l’un, bien entendu.
    Si on tient compte du fait, indéniable et prouvé depuis que le premier matin du monde a fait fuir la nuit des origines, que ce qui plaît à l’un ne plaît pas à l’autre et vice versa.
    Sans la moindre ambiguïté, on établit ainsi l'inévitabilité des râleurs et autres pisse-froid qui pullulent , tout comme celle des optimistes indécrottables et autres béats tout aussi nombreux.
    Les politicaillons de tout poil peuvent donc continuer à dire et faire n'importe quoi, il auront toujours des supporteurs.
    Par exemple, là-bas dans l'est slave, on scénarise de faux assassinats, histoire d’em...bêter le voisin.
    Tandis que là-bas, dans l'ouest covboillisant, on remet sur le tapis un rendez-vous qu'on avait provoqué puis annulé avant peut-être de le reporter, avec bien sûr toutes les bonnes raisons du monde. Il suffit, pour y presque croire, de lire les gazouillis des uns et des autres sur les réseaux qu'on dit sociaux et ne sont, hélas bien souvent, que vecteurs d' inanité, vanité et autres mots en ité exprimant le vide.
    Ailleurs, au Sud, au Nord ou n'importe où, n'importe qui fait n'importe quoi dans n'importe quel but, pour peut-être passer à la télé ou obtenir Dieu seul sait quoi de Dieu seul sait qui.
    Les mises en examen, formule supposée être plus douce -ou moins dure, c'est selon - que l'inculpation, les mises en examen, donc , pour de sombres histoires de gros sous pas propres, pas claires ou mal fagotées tombent sur les pauvres épaules des ex-aspirants aux ors du faubourg du patron des boulangers.
    Qui sont, c'est évident, puisqu'ils le clament à tous les vents, aussi innocents que l'agneau d'Abraham.
    Des gens très à droite de l'échiquier se fournissent à bas pris chez des gens très à gauche du même échiquier, démontrant ainsi que les sous n'ont ni odeur, ni couleur, ni scrupules.
    De temps à autre, ici ou là un quidam accomplit un acte courageux ou généreux, sans rien réclamer, discrètement, humblement.
    La Presse est heureuse de rapporter l'exploit de ce terrien lambda, qui devient aussitôt vedette éphémère.
    Mais on oublie très vite le bienfait, car, les interminables discussions sur les malheurs du monde font mieux vendre.
    Vanitas vanitatum et omnia vanitas disait l'ineffable Ecclésiaste.....


    5 commentaires
  • Depuis que la Démocratie est supposée apporter le moins mauvais aux  bons peuples, lesdits bons peuples ont eu la lumineuse idée de se faire représenter par des partis , et ces partis  ne pourraient que  transformer  le monde, inexorablement.
    Mais hélas, ces sauveurs - ou tout au moins ceux qui les dirigent - ont surtout œuvré, avec force et énergie, à leur maintien au pinacle et ont vite fait  d'oublier ceux qui les avaient choisis. 
    Et régulièrement, les partis au pouvoir se font fait blackbouler, évincer, repousser par ce qu'on nomme l'Opposition avec une majuscule si on en fait partie, ou l'opposition obtuse  si on y est ...opposé.
    Et quoi qu'il fut sorti des urnes, la partie recommença, recommence et recommencera. 
    Ce qui était l'opposition deviendra la Majorité, et la majorité deviendra l'opposition ( obtuse, traîtresse, voir malhonnête), sans que rien ou pas grand chose ne change pour les lambda de tous les pays, qui se retrouvent Gros-Jean comme devant .
    Cela ne peut plus durer ! 
    Aussi, animé d'une prodigieuse empathie, poussé par un irrésistible espoir de faire de notre monde l'antichambre du Paradis, j'ai décidé , après une réunion avec Ego,  Ich, I et  Mi la création d'un nouveau parti qui sera, évidemment, le seul à être en mesure de conduire le Monde à la félicité, que j'ai astucieusement nommé :" Y a d'la goutte à boire la haut " .
    Quand j'aurai, ce qui ne saurait tarder, réuni quelques adhérents, nous offrirons  notre  Programme aux peuples ébaubis.
    Entre autres merveilles, notre Programme ( il y a toujours une majuscule à Programme, ça fait sérieux ) notre Programme, donc, a pour obsession le bien être de notre jeunesse, et dans ce but,  prône le retour à la nudité originelle, la sieste  obligatoire de 12 à 16 heures en semaine et de 12 à 18 heures le dimanche, le droit de vote à 5 ans, les récréations sans  retour en classe, les bonbons en remplacement  de la soupe,  et en point d'orgue l'enseignement  de la pêche à la ligne et de la pétanque à la maternelle.
    Mais les enfants grandissent, et il ne faut évidemment pas oublier les grands, aussi lors des élections nous supprimerons  les isoloirs, et la mention impérative du nom de l'électeur sur le bulletin de vote  sera mise en place, ce qui évitera les discussions saugrenues après quelques mois de notre Nouveau Régime.
    Nous instituerons  l'interdiction du travail le  lendemain des jours de repos et les veilles de fête, la polygamie et la polyandrie, la suppression des examens, l'obligation faite aux énarques de comprendre ce qu'ils disent sous peine d'être tenu à réaliser eux-mêmes leurs proposition.
    En outre les régimes amaigrissants seront  interdits, et l'obligation, sous peine de punition corporelle, de manger le gras du jambon et la peau du poulet instaurée.
    Le passage forcé à un poste d'exécution pour ceux qui commandent, la participation obligatoire aux matches de football de ceux qui critiquent depuis leurs fauteuils en buvant de la bière, l'écriture personnelle de leurs discours par les hommes politiques, deviendront règles incontournables  
    Le ministre du logement demeurera obligatoirement en squat six mois par an, et  les  promoteurs devront impérativement demeurer dans les constructions qu'ils réalisent , le cinéma sera gratuit, et la chasse sans fusil ouverte toute l'année.
    Par ailleurs, les indemnités des parlementaires seront fixées au SMIC  moyen  européen, avec suppression totale de la rémunération en cas d'absence.
    En apogée de ce programme, les élus  devront rembourser, sur leurs propres deniers,  sans aucune aide de l'état, tout ce qui, dans leurs promesses, n'aura pas été tenu, ou n'aura pas eu le résultat annoncé.
    Adhérez  à ce  programme, vous participerez au sauvetage de l'Humanité. Par vos dons, qui seront  les bienvenus (Compte n° 123456, Banque Fricka, Zurich ), vous permettrez à notre Parti et à son créateur d'agir en toute sérénité  pour l'amélioration de votre condition.

    images : pinterest.fr  ; priceminister.com

         

         


    6 commentaires
  • Mus musculus camésEn nos temps aussi excentriques que saugrenus, des mutations en tous genres sont en cours. Les glaces fondent, les océans montent, les déserts s’étendent, la faim rapproche de la fin des milliards de gens.
    Outre les cycles climatiques plus ou moins réguliers ou plus ou moins accélérés par la bêtise humaine, les animaux, poursuivant leur évolution, se rapproche de l’homo plus ou moins sapiens (Primate caractérisé par la station verticale, par le langage articulé, un cerveau volumineux, des mains préhensiles).
    Bien sûr, ce rapprochement n’est ni spectaculaire, ni même évident, mais on peut, avec un petit effort, remarquer que quelques uns des comportements humains ( je n’ai pas dit sensés) pourraient peut-être, allez savoir, être copiés .
    Par exemple l’usage des drogues ne serait plus l’apanage des humains de tout acabit.Mus musculus camés
    En effet, si on en croit quelques policiers argentins, des souris auraient bouffé 500 et quelques kilos de cannabis.
    Ces mammifères rongeurs se seraient aussi effrontément que discrètement conviés à ce festin dans un entrepôt en contenant quelques tonnes, issues d’une saisie .
    Mus musculus camésEt il en a fallu un grand nombre, car, si on considère qu’une souris lambda se gave de quelques grammes par jour, pour se goinfrer de ces 540 000 grammes de cannabis, il faut du monde …..
    Mais rien n’entrave le lamarkisme, puisque selon cette théorie, l’apparition d’un nouvel organe dans un corps animal résulte d’un nouveau besoin.
    Et il est tentant d’en déduire de 540 kilos de cannabis peuvent créer un nouveau besoin.
    Pas forcément aux souris, bien sûr, mais ne dit-on pas que l’occasion fait le larron...
    Et qui peut m’empêcher de penser qu’un jour, dans plus ou moins longtemps, des souris mettront sur le dos de policiers argentins la disparition de 540 kilos de fromage, mot aux multiples sens que Monsieur Larousse assimile à une sinécure, situation éminemment défendable, non ?

    images : ancient.origins.netfr.hdbuzz.net  , fr.vikidia.org


    4 commentaires
  • Ne pas perdre le nordEn nos temps de folie, il devient de plus en plus  nécessaire de savoir où l'on se situe , pour savoir où on va .
    On  peut aller n'importe ou, et même  aux quatre coins du monde, peut-être  en réminiscence des temps où la Terre  était plate, et même carrée, avant de devenir ronde, ou, comme en nos temps incertains, cabossée de partout par ses occupants.

    Certains vont même aux quatre coins de l’hexagone, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde ni même de n’importe qui, finalement, sauf peut-être de nous autres, anciens gaulois, vieux francs et nouveaux euro…péens, à qui, c’est un petit corse teigneux qui l’ a dit, rien n’est impossible…Quoi que… mais c’est une autre histoire !
    Ces quatre coins, qu’on dit cardinaux bien qu’aucun d’entre eux ne fut jamais ecclésiastique, sont nommés en francophonie Nord, Sud, Est et Ouest, ou Nordo, Sudo, Oriento et Okcidento en internacia lingvo. Et même, dans le sabir des  grands bretons, North, South, East et West. 
    Chez les grecs ils s’appelaient Borée, Notus, Eurus et Zéphyr, noms des quatre vents fils d’Eole et d’Aurore,  devenus chez les romains Aquilon, Vulturnus,  Auster et Favonius. Les chinois, plus matérialistes,  ont mit une Tortue au Nord, un Phoenix au Sud, un Dragon à l’Est et un Tigre Blanc à l’Ouest.   
    Pendant ce temps, dans les brumes Nordiques les vieux germains et vikings, poétiques en diable, ont faitNe pas perdre le nord naître  quatre nains gigantesques ( ce n’est pas contradictoire, c’est mythologiquement nordique…) des vers qui tombaient du crâne d’Ymir zigouillé par Odin et ses frères au cours d’une joyeuse étripade  dans les profondeurs de l’Asgard, sous le Frêne du Monde.
    Ils les ont nommés Nordi, Sudi, Austri et Westri et les ont chargés de soutenir la voute céleste.
    Cette affectation est d’une logique implacable, puisque le crâne d’Ymir, dont ils sont plus ou moins directement issus servit, au début des temps, à former les cieux, tandis que son sang formait la mer, son corps la terre, ses os les montagnes, et ses cheveux les arbres, tandis qu’Odin créa le temps avec son cerveau.
    Quand on assassine les gens, il faut bien que cela serve à quelque chose ! Peut- on rechercher là l’origine de cet art d’accommoder les restes si cher à nos nutritionnistes ? …
    Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme a dit un jour l’éminent Lavoisier,reprenant l’universel nihil novi sub sole de notre cher ami Ecclésiaste.
    Et, maintenant si  une sorte d’inquiétude se manifeste au moment où, dans une de vos pérégrinations, en vous dirigeant vers le Nord ou vers n’importe où, vous vous rendez compte que vous allez vers des …vers …, il ne faut pas vous en étonner, c' est Odin qui l'a voulu.

    images : imagiter.fr ; pinterest.fr

     


    2 commentaires
  • promotion, greve grevons,grevezNon, ce titre n'est pas une incitation à cesser toute activité pour obtenir : 
    1 - une augmentation ( de salaire),
    2- une diminution (du temps de travail),
    3- une stabilisation (des temps de repos) 
    4- une augmentation de la diminution (des prélèvements obligatoires) ou enfin 
    5- une diminution de l'augmentation (des impôts). 
    Non. 
    Il s'agit du verbe grever, qui signifie, comme tout le monde est supposé le savoir, causer du chagrin, accabler d'une charge financière excessive, s'imposer de lourdes dépenses, faire de quelqu'un un fideicommis ( ne courez pas au dictionnaire, j'ai cherché: c'est un legs testamentaire fait à quelqu'un pour qu'il le remette - discrètement - à quelqu'un d'autre. Ce qui simplifie bien les opérations)....       Supposons un travailleur de base (ce qui ne signifie pas qu'il est au dessous des autres), qui, comme tout le monde, veut plus, moins, ou moins de plus, ou plus de moins (voir plus haut). 
    Il envisage donc, pour changer cette situation, une grève (qui n'est pas la conjugaison à la deuxième personne du singulier de l'impératif présent du verbe grever, mais un arrêt de travail), bien entendu avecpromotion, greve grevons,grevez les autres, car une grève (arrêt de travail) ne se fait pas en solitaire, ce ne serait pas très efficace. 
    Notre homme  et ses camarades  déclenchent donc la grève (le machisme ambiant dans notre monde fait que ce sont les hommes qui, presque toujours, se chargent de cette … action...inactive.
    Bon, d'accord, il y a bien eu Lysistrata, il y bien longtemps, mais ce fut "aristophanesquement" exceptionnel...). 
    Supposons donc que notre travailleur ait dans ses environs un quidam susceptible d'hériter d'un oncle d'Amérique.
    Et que ledit oncle , pour une ou des raisons qui, après tout, ne regardent que lui, veuille léguer au quidam une montagne d'or gagnée lors de la prohibition étasunienne, la spéculation sur le paiement de la dette grecque ou la vente de roquettes à Khadafi, sans qu'on sache à qui il lègue cette fortune. 
    Eh bien, tout simplement, l'oncle contacte notre travailleur, et lui propose un marché, en lui offrant une promotion qui le fera passer de manœuvre spécialisé à l'enviable situation de fidéicommis (1).      Ce faisant, le travailleur devient grevé , ce qui ne l'empêche pas d'envisager la grève, puisqu'un simple changement de position d'un accent le lui permet. D'autant plus que, secrètement, le travailleur s'engage  à faire parvenir l'héritage au quidam, contre, peut-être, sait-on promotion, greve grevons,grevezjamais, une petite compensation.
    Mais , car bien sûr il y a un mais, le quidam confidentiellement légataire, à la réception de la montagne d'or, va devenir très riche, et ça va forcément se savoir. Et alors, tout le monde voudra savoir d'où vient cette fortune, et, puisque quand on cherche on trouve, les cachotteries du riche tonton seront dévoilée dans Voici, Gala, Paris Match et le Figaro ( qui précisera que c'est à cause de DSK, qui aurait peut-être voulu séduire l'épouse du tonton en 1970...
    Toutes ces élucubrations pour vous dire que, ces temps-ci, quoi qu'on fasse, dise, écrive, quoi qu'il arrive économiquement, sportivement, ou politiquement sur la planète, on arrive toujours au Sofitel neviorquais.      
    Et en France, à une grève ( pas à une plage, à un arrêt de travail...)

    ________________

     (1) Disposition par laquelle une personne gratifie quelqu'un d'un bien pour qu'elle le remette à un tiers, et ouvrant la voie  à de jouissives tractations...

     images : actualitésdegagny-blog.20minutes-blogs.fr ;chribactu.20minutes-blogs.fr ; bildo.ovefblog.com


    7 commentaires
  • un Gendarme est mort

    Cette phrase, en nos temps de folie, est devenue presque banale, tant les femmes et les hommes qui sont chargés de nous protéger paient un impensable tribut à la barbarie.
    Le Colonel Arnaud Beltrame est mort en sachant qu’il allait risquer sa vie pour une femme dont il ignorait tout quelques minutes avant .
    Il connaissait pas son nom, mais il savait qu’il était là pour la sauver.
    Car il avait parfaitement conscience que le serment qu’il a prêté le lui imposait.
    Il savait que son devoir était là, inexorable et incontestable.
    Comme tous ceux qui, comme lui,  ont prêté ce serment, je ne sais pas si j’aurais été capable, si j’aurais eu le courage, comme lui, d’aller jusqu’au bout du risque.
    Lui ne s’est pas posé de question, son engagement étant hors de doute.
    Vous êtes et resterez, mon Colonel, un exemple pour tous ceux qui se sont engagés pour la paix, la justice et la défense de l’humanité.
    Merci.


    4 commentaires
  • une espèce en voie de dangereuse proliférationLes tribunaux devraient condamner les Etats pour carence face à leur obligation d’éradiquer ce qui entrave le bon fonctionnement de la société. En effet, les actions mises en oeuvre ne peuvent pas être regardées comme suffisantes pour éliminer les dangers d’extermination des cultures.  Il n’est point question ici, tout au moins pour l’instant, de réclamer la fin de la fabrication, vente, usage et prolifération de substances soit-disant utiles aux plantes mais calamiteuses pour la santé physique des populations . Mon but ici est de parler de la Culture.
    Les tribunaux devraient considérer que les populations sont soumises au danger créé par la progressionune espèce en voie de dangereuse prolifération démographique, dangereusement significative, d’une espèce dont l’effectif global proliférant et garantissant ainsi, à long terme, la pérennité de l'espèce, même si on tient compte de la fréquence des reproductions entre consanguins
    La carence des autorités nationales face à cette obligation constitue une faute de nature à engager la responsabilité des Etats, et les tribunaux devraient réclamer une directive universelle concernant les habitats naturels et des espèces de l’engeance.
    Il faut souligner que le classement de cette engeance dans les "espèces a éliminer" , ce dont le parlement européen, qui se veut exemplaire, et les divers gouvernement de l’union devraient s’être saisis depuis belle lurette, est toujours à l’état embryonnaire. L’action est plus qu’insuffisante en matière de mesures une espèce en voie de dangereuse proliférationune espèce en voie de dangereuse proliférationprises ou envisagées pour éradiquer ce danger.
    Ces opérations deviennent d’autant plus urgentes, que ces nuisibles qu’on nomme pudiquement non-pensants, et plus connus sous un vocable en quatre lettres commençant par un c et finissant par un s (au pluriel...) se trouvent partout, en Europe, aux Amériques, en Afrique et en Asie et ont même, par endroit, atteint des sommets, voire des pinacles, d’où ils peuvent développer une énorme faculté de nuisance.

    ______________

    images : travaux. comunmict.org ; pinterest.comphotos-a-la-con.fr


    2 commentaires
  • Extrait de  Zadjal de l'avenir ,de Monsieur Louis Aragon

     Que dire et pourquoi dire plus ?

    ............................

    L'avenir de l'homme est la femme

    Elle est la couleur de son âme

    Elle est sa rumeur et son bruit

    Et sans elle il n'est qu'un blasphème

    Il n'est qu'un noyau sans le fruit

    Sa bouche souffle un vent sauvage

    Sa vie appartient aux ravages

    Et sa propre main le détruit

     

    Je vous dis que l'homme est né pour

    la femme et né pour l'amour

    Tout du monde ancien va changer

    D'abord la vie et puis la mort

    Et toutes choses partagées

    Le pain blanc les baisers qui saignent

    On verra le couple et son règne

    Neiger comme les orangers.

     

     


    3 commentaires
  • Les gens sont incroyables.
    Jamais je n’aurais cru cela possible, tant il faut faire preuve d’une inconscience aussi rare que le sourire sur le visage de M. Poutine ou une bonne idée dans la tête de l’atout usanien : Ils veulent manger le dimanche !
    quand la loi prend soin du tour de tailleVous vous rendez compte?
    Asseyez vous et prenez un grand verre d’eau avant de lire la suite, on ne sait jamais, je ne voudrais pas être à l’origine d’un infarctus.
    Voici l’Affaire : un employé, qui osait manger le dimanche a provoqué des problèmes judicio-reglemento-saugrenus entre son employeur et l’inspection du travail, car il utilisait, le misérable, des titres de restaurants fournis par son entreprise pour manger, l’inconscient, le dimanche.
    Pourtant, comme tout le monde, il est  sensé ne pas ignorer la Loi, ce vorace. 
    D'autant plus que la réglementation relative à l’attribution de ce titre de paiement n’est pas plus compliquée ,quand la loi prend soin du tour de tailleambiguë ou emberlificotante que toutes les autres productions des grosses têtes venteuses des pondeurs de lois.
    En effet, si on prend quelques semaines pour essayer de comprendre le charabia juridique, si les tickets restaurants sont utilisables tous les jours, les titres de
    restaurant dématérialisés ne sont utilisables ni le dimanche ni les jours fériés,c'est pourtant clair. Non ? Ah bon ! J'aurais cru ... Nuance de taille, convenez-en !

    quand la loi prend soin du tour de tailleCette dématérialisation est intervenue pour simplifier la gestion de ces sacrés foutusquand la loi prend soin du tour de taille tickets nourrissants.
    On pourrait donc supposer que le progrès amène le salarié ou la salariée "bénéficiaire" à garder la ligne, puisque pendant 52 dimanches et une bonne douzaine de jours fériés, il ou elle ne mangera pas, ce qui aura forcément un effet sur la taille des ses jupes ou de ses pantalons.
    C’est ainsi que les entrepreneurs rétrogrades, ceux dont les employés sont gras et dodus, seront identifiés et pourront être voués aux Gémonies.
    Non mais !

    images: gralon.netlemonde.frtoplol.com ,alvista-skyrock.com


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique