• Les ondes et les images sont remplies, bondées, débordantes, gavées, et finalement presque saturées des propos, explications, élucubrations, promesses fallacieuses et autres saugrenuteries mesquines échangées par les divers candidats aux divers postes tant lucratifs qui sont périodiquement offerts aux appétits des aspirants chefs de tout.
    En américanie, où rien n’est impossible, même le pire, les postulants restant en lice se sont écharpés verbalement, à grand renfort de mots creux ou pleins de sous entendus. Il faut paraître en parfaite forme physique est intellectuelle, ou le  faire croire, se serrer la main, voire s’enlacer comme si on était les meilleurs amis du monde.
    Et les "aficionados " "geek" et autres supporteurs plus ou moins fanatiques , envoutés, charmés ou même abrutis applaudissent, louent et sont prêts à porter au pinacle leur super héros, quoi qu’il prétende, même, et peut-être surtout, si il les prend pour ce qu’ils ne voudraient pas être .
    Nous autres du vieux monde assistons de loin à ce que malgré tout on(1) nomme des débats. Et nous sourions avec une indulgence complice devant les échanges verbaux de "ces grands enfants".
    En oubliant – ou en voulant oublier – que , chez nous , c’est exactement le même scénario, à la nuance près que les aspirants sont plus, beaucoup plus ( trop ?) nombreux et tout aussi avides de gloire et assoiffés de cette illusoire puissance que procure le pouvoir
    Vanitas vanitatum et omnia vanitas , disait l’Ecclésiaste, qui savait, lui, de quoi il parlait.
    Nous vivons des temps extraordinaires, non 
    ?

    ________________________

    (1) vous savez, bien sûr qui est "on"...

    images :midilibre.fr, fr.wikipedia.org

     


    4 commentaires
  • vercingétorix des islesIl y a déjà bien longtemps, au début de mon séjour en Nouvelle Calédonie, j’ai eu la chance insigne de rencontrer, et, devenir ami d’un magnifique Kanak, originaire du village de Waa Wi Luu, plus connu sous le nom de Houaïlou, dans l’aire coutumière de Ajië  Arö, au centre est de la côte est de la Grande Terre.
    Nous étions tous deux membres de la Brigade de Pont des Français.
    Badimoin, de son nom Kanak avait derrière lui une longue carrière auvercingétorix des isles service de la République, et avait une connaissance des hommes qui n’avait pour égal que son humour souvent dévastateur.
    Après sa retraite, il est devenu Maire de la commune, jusqu’à son décès, il y a près de 30 ans.
    Ce matin, en regardant les informations, un des innombrables aspirants au choix primaire devant - en principe - désigner l’ultime candidat au poste suprême, au cours d’un discours censé ( sensé ?) destiné à unir les gens, m’ a, involontairement, évidemment, fait penser à mon vieux copain.
    Un jour, alors que nous discutions d’Ancêtres et d’Histoire, il me raconta comment, alors qu’il était enfant , à l’école, le moniteur (*) avait enseigné aux gamins que leurs ancêtres les gaulois étaient de grand guerriers aux longs cheveux blonds et aux yeux bleus.
    Les hussards de la République qui œuvraient dans nos contrées lorraines m’avaient appris la même chose, sans provoquer de questionnement particulier.
    Néanmoins, les petits kanak avaient été plongés dans des abysses de perplexité, au point qu’à son retour à la case, Badimoin, troublé par cette leçon, avait demandé à sa mère pourquoi toute sa famille était si noire, et avait des cheveux si crépus avec cette hérédité.
    En riant, il m’avait précisé qu’en raison de son jeune âge, il n’avait pas été soupçonneux sur la fidélité des femmes de ses ancêtres.
    Les ineffables élucubrations de monsieur Michelet, auteur "officiel" d’une Histoire de France pour le moins orientée, ont fait de sérieux dégâts dans l’esprit de millions de gamins de toutes les couleurs dans ce qu’on nomma l’Empire colonial français.
    Et apparemment, quelques uns ont entrepris de poursuivre sa tâche ( sa tache?).
    Bien entendu, il n’est pas question de racisme ni de ségrégation dans ces propos.
    Nous vivons une époque formidable.
    ______________________

     (*) les moniteurs étaient en ces temps-là, des indigènes titulaires du certificat d’études primaire, qui exerçaient, avec un dévouement que beaucoup pourraient leur envier, les fonctions d’instituteurs dans les écoles de brousse

    images: escientia.wordpress.comwww.abebooks.fr


    11 commentaires
  • immensitésOn vient d’établir une carte de notre galaxie .
    Ou plutôt de la galaxie dans laquelle notre système solaire évolue, ce qui est quand même plus proche de la réalité.
    Quand on dit "notre"galaxie, on affirme que cet amas étoiles nous appartient, ce qui paraît un tantinet prétentieux, sauf si, comme il en a pris l’habitude, l’homme se prend pour Dieu seul sait qui.
    Mais, malgré cette prétention , l’affaire a tout de même un aspect positif : elle montre aux habitants de la planète qu’ils ne sont pas grand chose au regard de l’immensité sidérale.
    Néanmoins, et orgueil invétéré en plus, cette infinitésimale petitesse ne perturbe pas les espérancesimmensités petitement locales des prétendants aux divers trônes objet de leurs désirs.
    Les propos tenus par ces homos presque sapiens pour tenter de valoriser leur projet ou justifier leur bilan voire – et peut-être surtout– démolir leurs "adversaires " sont tels que notre cher Larousse pourrait les qualifier de personnes étourdies, écervelées qui se comportent avec extravagance, en un mot d’hurluberlus.
    Le pinacle convoité serait-il un véritable Eden ? On pourrait le croire, au vu de la longue, très ( trop?) longue liste des candidats impétrants .
    Qu’il assiste à ce spectacle grand-guignolesque en Gaule ou en Américanie, celui qu’on dénomme parfois cher concitoyen (avant l’élection) ou citoyen lambda ou pire ( après l’élection ), l’homme de la rue, donc, pour peu qu’il pense, ne peut que s’en désoler.
    En effet, de cimmensitéses élucubrations sortira celui qui va le gouverner pendant quatre ou cinq ans , et, quoi qu’il en dise, il (l'électeur) en sera en partie responsable.
    Mais cette gêne est vite oubliée, puisque, le vote étant anonyme, selon le déroulement des événements on(*) pourra se targuer d’avoir "bien" voté.
    Vous avez bien sûr remarqué que, quand un gouvernement ne réalise pas exactement tout ce qu'il avait promis, plus personne n’avait voté pour lui .
    Chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite, n'est-il pas ?

     _________________

    (*) vous  savez qui est "on"....

    images: www.inexplique-endebat.combiblideols.wordpress.comwww.ideo-guilers.fr


    4 commentaires
  • Ce matin, pour penser à autre chose qu’à mes petites douleurs, j’écoutais la radio de ceux qui ont quelque chose entre les oreilles, comme on disait il y a une trentaine d‘années. 
    Et j’ai bien fait, car j’ai entendu une brève qui a dû donner des idées à quelques insatisfaits de leur situation...
    Au Stettses, où, vous le savez bien, tout est possible, un senior ( ou un vieux, un ancien,  un croulant, un sage même,  c’est selon) a monté une abracadabrantesque opération .
    Ses relations avec celle dont il avait décidé , il y a bien longtemps, qu'elle serait la femme de sa vie n’étant plus ce qu’elles avaient été, il ne voulait plus vivre avec elle.
    N’étant vraisemblablement pas intéressé par les tracas d’un divorce, et voulant peut-être se mettre à l’abri d’éventuelles représailles, il a monté un faux braquage de banque, pour se faire prendre et aller en prison.
    Arrêté, il a été jugé, et a dit au juge les raisons de ce qui le conduisait au tribunal.
    Et ledit juge, avec son intime conviction , son éventuelle compréhensive compassion, et peut-être son envie d’en faire autant, et évidemment pour des raisons légales, puisque, même en Amérique, le braquage n’est bizarrement pas encore reconnu comme excuse d'anticonjugalité, l’a envoyé au trou, sans autre forme de...procès.
    J’en riais encore en racontant cette affaire à mon copain pompiste, qui m’a dit qu’au Japon, les vieux sans retraite, se livraient à des dégradations "vandalistiques" pour être arrêtés, jugés, condamnés, et, surtout, être nourris et logés aux frais de l'empereur dans les geôles nippones.
    Qui a dit que la prison n’aide pas les gens ?

    images :blog.slate.fr ; www.notrecinema.netwww.agoravox.fr


    8 commentaires
  • Cet extrait de "A ceux qu’on foule aux pieds", issu de l’Année Terrible, œuvre dans laquelle Victor Hugo parlait de l’année 1870, un peu avant la proclamation de la 3ème république ( 4 septembre 1870) qu’un moderne Gambetta pourrait peut-être, allez savoir, réciter, à titre d’information, aux innombrables aspirants aux sélections des prétendants aux ors de l’Elysée …..

     

                                                      ….............

    Hélas ! combien de temps faudra-t-il vous redire,
    À vous tous, que c’était à vous de les conduire,

    Qu’il fallait leur donner leur part de la cité,
    Que votre aveuglement produit leur cécité ;
    D’une tutelle avare on recueille les suites,
    Et le mal qu’ils vous font, c’est vous qui le leur fîtes.
    Vous ne les avez pas guidés, pris par la main,
    Et renseignés sur l’ombre et sur le vrai chemin ;
    Vous les avez laissés en proie au labyrinthe.
    Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte ;
    ............

     

    Mais...............

     

     


    7 commentaires
  • folie déambulatoireUn fou chemine, seul, un soir
    De vent et de tempête,
    Sur un chemin creux et noir ,
    avec son entonnoir sur la tête.
    En marchant, il pense,
    car, c'est vrai, ma foi,
    Les fous pensent plus que ne le croient
    ceux qui se croient sans démence.                        
    Il pense à son grand-père,
    Fusillé pendant la "grande" guerre,
    Pour avoir crié au monde
    Que la guerre est immonde
    Et que c'était foliefolie déambulatoire
    Que d'y laisser sa vie.
    Il pense à son père ,
    Embastillé après la deuxième guerre,                                      
    Pour n'avoir pas compris
    Que les autres étaient les ennemis.
    Il pense à son frère,
    parti faire l'école en Arabie,
    mort, égorgé par les frères
    des enfants qu'il avait instruits...
    Il se souvient du jour où on lui a dit,
    sans ambages,
    qu'il était fou,
    Et que cela gênait beaucoup
    Les gens bien nés, et même les sages.
    Il pense, du haut du mur de l'asile
    folie déambulatoireQui domine la grande ville,
    Qu'il était bien malin celui qui
    Avait mis les fous à l'abri
    De ces gens sensés qui,
    N 'étant pas fous, n 'ont pas compris
    Que le vrai sel de la vie
    Se trouve seulement dans la folie.

    images : www.alain-barre.com ; generationsfutur.zici.frwww.yves.brette.biz


    7 commentaires
  • embrouilles statisticiennesDepuis des semaines de lunes, comme on disait si joliment aux temps bibliques, les gens qui croient gouverner le monde s'abreuvent de statistiques et nous embrouillent après s'être eux-mêmes embrouillés, Tous les gens sensés savent pourtant que les statistiques n'ont rien à voir avec la normalité des choses, puisqu'elles ont été inventées pour faire croire aux chefs qu'ils savaient de quoi ils parlent.
    Par exemple, selon les instituts démographiques, chaque femme Polonaise met au monde 1,89 enfant dans sa vie. Pas tout à fait deux enfants. Malgré cela, aucun gynécologue, aucun obstétricien Polonais n'a encore reçu, à ma connaissance, le Prix Nobel.
    Ils le mériteraient, pourtant : être capable de faire naître des pourcentages d'enfant est un exploit peu ordinaire.

    Peut être le fait d'être obligés d'associer toutes les Polonaises à la récompense a-t-il été un frein ?
    Cela pourrait être comique, mais c'est grave pour la démographie de la Pologne.
    En effet, sur les 1,89 enfants qui naissent, il y a forcément des filles et des garçons. Si on prend pour principe, et pour simplifier, qu'il y a autant de garçons que de filles, on découvre très vite que naîtront 0,945 garçons et 0,945 filles.
    De ce fait, si une femme Polonaise (entière ) met au monde 0,945 filles, ces dernières  accoucheront de 1,78embrouilles statisticiennes enfants, dont 0,89 filles, et ainsi de suite.
    On se demande comment la pauvre Pologne, qui existe en tant qu'État depuis le 10èmesiècle a réussi a atteindre le 21ème dans ces conditions. 

    Par ailleurs, comment 0,89 femme ( les 0,89 fille finissent forcément par grandir), surtout "aidée" par 0,89 homme ( ex 0,89 garçon) peut bien fabriquer quelqu'un d'approximativement pas tout a fait complet.
    Si on enlève 11% de chaque femme polonaise en une génération, l'éradication totale de la population dépassera de très loin les espoirs les plus fous des dictateurs exterminateurs qui ont sévit ces derniers temps.
    Les Jagellon et les Sobieski, du fond de leurs tombeaux, réclament des éclaircissements. Il faudra leur fournir des explications, et, quand on connaît le caractère qu'avaient les intéressés, elles devront être claires et précises. 
    Rassurons les Polonais, ( nous aussi, d'ailleurs ), ces comptes d'apothicaires n'existaient pas avant que les grands esprits ne les créent, pour notre plus grand bien (?), et personne ne s'en portait plus mal.
    Grâce à ses savants calculs, " l'homo scientificus" dans ce qu'il a de plus pragmatique, est maintenant en mesure ( il y a de ces mots !) de compter, au centième de gramme près, la quantité d'uranium 235 qu'il lui embrouilles statisticiennesfaudra ( et qui suffira ) pour exterminer tous ses semblables, atteignant ainsi son but suprême : se prendre pour Dieu. 
    Cette apocalypse aura au moins le mérite de décharger les femmes Polonaises de l'inquiétude de ne pas pouvoir faire d'enfants entiers. 
    Comme toutes leurs sœurs, elles n'auront plus jamais d'enfants.
    Quand on vous dit que les statistiques simplifient la vie.

    images : www.foozine.comwww.statistiques-mondiales.comwww.statistiques-mondiales.com

    i


    6 commentaires
  • l'île des rêves écrasésJe viens de relire l'Île des rêves écrasés, de Chantal Spitz, publié aux Editions Au Ventl'île des rêves écrasés des Iles
    Cette saga familiale, histoire de gens heureux mêlés malgré eux à la vie d'une culture étrangère, de métis enfants de l'amour assis entre deux chaises, d'incompréhension réciproque, n'a pu être écrite qu'avec une plume trempée dans l'Amour. 
    L'Amour de la Terre, l'Amour des Anciens, l'Amour de femmes et d'hommes les unissant pour l'éternité dès leur premier regard, l'Amour d'un peuple trahi par l'histoire, l'Amour de la langue originelle, l'orgueil de faire partie d'un peuple.
    Tous ces amours, qui n'en font qu'un, sont offerts au lecteur ébloui dans une langue magique mêlant au français des mots mahoi qu'il comprend instantanément, tant il est baigné dans l'ambiance.
    C'est la geste océanienne de la lutte désespérée et inutile d'un peuple contre l'inéluctable arrivée d'un monde qui lui est tellement étranger. Cette intrusion est ressentie comme un viol.
    On y entend le cri "luttons pour vivre debout " que tous les peuples du monde ont poussé un jour ou l'autre de leur histoire.
    l'île des rêves écrasésOn y trouve aussi posé l'inextricable problème de la propriété foncière.
    Cet hymne à l'identité, pose la question de la compréhension entre les peuples, de cette mystérieuse attirance réciproque et récurrente des individus de mondes différents, qui les rapproche, parfois malgré eux, et finit si souvent par leur détruire l'âme.
    Cette île des rêves écrasés ne pourrait-elle pas être l'athanor de l'espoir?
    Ce livre devrait être inscrit au programme de toutes les écoles du monde.

    images :www.daudin-distribution.fr ;pacific-bookin.nc ; sites.google.com


    3 commentaires
  • accompagnants en litteratieDepuis près de 10 ans, à la Croix-Rouge, avec quelques autres bénévoles, j’essaie d’aider les nouveaux arrivants étrangers qui le désirent à apprendre notre bonne vieille langue françoise.
    Jusqu’à ces derniers temps, on nous qualifiait d’intervenants. Je trouvais ce terme adéquat, bien qu’un tantinet pompeux.
    C’est peut-être ce qu’on compris quelques hauts fonctionnaires de l’Education Nationale, qui nous qualifient maintenant du terme, quand même nettement plus clair et explicite, d’
    accompagnants en littératie. C’est effectivement bien plus compréhensible quand ont sait que la littératie est un mot découlant du terme anglo-saxon literacy et du latin litteratus dérivé de littera (lettre) (J.P.Jaffré, 2004).
    La littératie recoupe diverses définitions qui renvoient à tout ce qui a rapport à l'écrit sous ses formes multiples. En anglais, literacy signifie capacité  de lire et d'écrire ou alphabétisation. Il est devenu, pour tout un chacun ou presque, bien plus évident , quand on s’adresse à des gens qui ne connaissent pas le français, ou à des illettrés, de parler de littératie, que d’alphabétisation.
    Tant il est vrai que, pour avoir le droit d’exister en français il faudra bientôt s’exprimer en pidgin ou galimatias grand breton .
    Toutefois, sait-on jamais, les petits anglais apprendront peut-être leur langue par
    alphabétisation, plutôt que par elimination of illiteracy, si toutefois leurs enseignants – pardon, accompagnants en littéracie - sont aussi saugrenus que les grosses têtes fumeuses de l’Education Nationale, qui eux, seront bien plus malins, puisqu’ils feront de l’upbringing............
    Quand je pense que ces gens là se font une gloire de détruire la langue de leurs ancêtres, des envies leur faire accompagnants en litteratieavaler leurs traités sans boire me démangent !
    Il en est même qui reçoivent les Palmes Académiques, ce qui ressemble à une grosse injure pour les Hussards de la République ou leurs descendants, qui n’obtiennent cette distinction qu’après de nombreuses années de bel et bon enseignement.
    Néanmoins, et bon sens de vieux gaulois en plus , je finis par m’apercevoir qu’ils ( ces gens-là ) ne se rendent pas compte des énormités linguistiques qu’ils pondent comme des vieilles poules pondent encore un œuf de temps à autre, pour avoir l’air vivantes.
    Mais soyons magnanimes. Et comme disait l’homme qui marchait sur l’eau "Pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu’ils font".
    Pauvres de nous.
    Enfin !
    Il fait beau, je vais aller me déplacer horizontalement dans le milieu aquatique qui borde mon ponton.

    images :images.math.cnrs.fr ; www.jeuxetcompagnie.fr


    6 commentaires
  • Ouverture de la chasseAvec un poil d’avance sur l’ouverture de la chasse aux divers gibiers, on compte actuellement (24 Août à 13 heures locales, ici, en bas à droite de l’Océan qu’on dit Pacifique ), on compte donc 32 candidats déclarés aux ors de la République.
    32 citoyens plus ou moins au-dessus de tout soupçon, qui, tous, sans la plus petite exception, s’engagent, la main sur le cœur et la bouche en forme de certitude, et promettent, dès leur accession au Pinacle , de faire, à partir de dorénavant et jusqu’à l’avenir inclus (*) le bonheur béat, voire extatique de tous les habitants, même si ils n’ont pas les mêmes idées ou n’obéissent pas aux mêmes obédiences.
    C’est certain, puisque eux-mêmes le disent, le clament même à tous les vents et tous les échos, jusque dans le plus petit isoloir.
    Et c’est prouvé, puisque, comme disait ma grand mère, c’est dans le journal.
    Bien entendu, chacun à son programme de future peut-être éventuelle gouvernance. Grâce à eux, les errements et approximations, les lourdes fautes même des précédents titulaires, qui ont, bien entendu, amené le Pays (on sentOuverture de la chasse la majuscule des leurs propos...) à la ruine, seront abolies et remplacés par leurs géniales idées. Tellement géniales qu’ils sont eux mêmes ébaubis de ne point les avoir eues plus tôt.
    Et chacun des éventuels impétrants se voit, qui sur le pont d’un grand yacht, qui au Fouquet’s entouré d’admirateurs inconditionnellement impatients des retombées qu’ils espèrent de leur dévouement à la Cause, qui à la tribune de l’Assemblée, donnant dans de lyriques envolées les grandes lignes de ce qu’ ils vont faire pour la Nation ( ici aussi, on sent la majuscule ... ).
    D’autres, enfin, ( si si si, c'est possible ) se voient commencer à travailler.
    Cette ouverture de la chasse au trône ( gibier épisodique quinquennal) nous rassure, nous allons êtres bien guidés, jusqu’à la prochaine saison de braconnage réglementaire.
    Nous vivons une époque formidable.

    ___________________

    (*) formule plus ou moins esotérique ou presque signifiant à peu près "pour l’éternité"

     images: gagdz.com  www.forum-religion.org

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires