• Le confinement a ceci de bon qu'il nous incite (ou nous oblige, c'est selon ..) à recourir à la lecture d'autres document que les attestations-autorisations règlementaires et autres listes d'interdictions .
    C' est ainsi que j'ai terminé un livre de Trevor Steele, éminent auteur espérantiste, judicieusement relatif en ces temps de Pâques, à la vie et la fin de vie terrestre de Jésus Christ, intitulé "Kaj staros pli alte " ( et il se tiendra plus haut), qui portait sur la vie et la fin du Crucifié, fils du Dieu de la Chrétienté, à Jérusalem.
    À propos des derniers jours de Jésus, l'écrivain parle d'une conversation entre Judas, l'Iscariote rouquin et Caïphe, le grand prêtre du temple de Jérusalem. Selon l'écrivain, qui évoque des lettres romaines découvertes lors de fouilles archéologiques dans l'église de Santa Margarita, à Rome.
    Cette réunion a été initiée par Jésus, qui a chargé Judas de la réaliser afin d'accomplir sa mission de Messie.
    On peut supposer que Jésus a fait cela parce qu'il n'était pas sûr de pouvoir accomplir seul cette mission divine.
    Donc, si Judas a agi sur les ordres de Jésus, il est difficile de dire que ce disciple obéissant a trahi son maître.
    De plus, pendant le dernier repas au Mont des Oliviers, Jésus s'est entretenu séparément avec Judas, et lui a dit "Il est temps. Va faire ce qui est nécessaire", en référence à leur conversation précédente.
    Cependant, l'Église catholique romaine a toujours blâmé Judas.
    Pourquoi?
    Pour démontrer que l'homme n'est pas toujours parfaitement bon?
    Voulait-elle protéger les prêtres juifs, peut-être pour montrer que même les non-chrétiens sont des enfants de Dieu?
    Depuis près de deux mille ans, personne n'a trouvé de réponse à cette question difficile.
    Et à partir de cette époque, les rouquins, à travers le monde chrétien, souffraient d'assimilation avec la trahison de Judas, les rouquines étaient considérées comme des sorcières.
    Était-ce l'un des impénétrables  desseins de Dieu?


    2 commentaires
  •  Urbi et orbi.
    A la ville et au monde.
    Cette phrase latine, exprimant la bénédiction que le Pape adresse au monde le jour de Pâques, est plus que souvent traduite par "à Rome et au monde" et tous, religieux, journalistes, et chrétiens en général le répètent, aussi "panurgiquement" que les moutons de l'œuvre de Rabelais, religieux et néanmoins anticlérical notoire .
    Pourtant, si Rome est évidemment une ville, le mot "urbi" signifie seulement - et uniquement - "ville ".
    C'est peut-être - ou sans doute, c'est selon - parce que la Papauté est installée au Vatican, état enclavé dans la ville de Rome.
    Finalement, ce détournement lexical n'est pas plus antinomique que le fait que les descendants de Saint Pierre, éminent disciple du Christ soient installés dans la ville qui fut le siège de l'empire romain, dont Pontius Pilatus fut le représentant à Jérusalem, quand Jésus fut condamné et exécuté.
    Est-ce la démonstration du pardon?
    Ou bien une sorte de moyen mnémotechnique pour rappeler les origines des relations entre Rome et la Chrétienté?
    Ou encore un simple concours de circonstances ?
    Ou bien encore cette formule pourrait-elle représenter l'ego des instances dirigeantes de la chrétienté?

    _____________________________

     

    (1) Parfois, traduction est trahison...

     


    1 commentaire
  • racisme, politique et imbécillités (Entre les étranges propos d'une adjointe au maire, les déclarations d'une présidente de région, les commentaires d'un chef de parti et d'un avocat sur la présence éventuelle d'un être humain blanc dans une réunion d'êtres humains noirs, le citoyen, de quelque couleur ( de peau ) qu'il bénéficie se trouve circonspect. En effet, doit-il prendre au pied de la lettre les propos de ces éminents personnages ( tout au moins qui se supposent tels ) , ou les oublier comme des grimaces de gamins facétieux, ou au contraire en tenir compte, ou encore les fustiger, ou bien les considérerracisme, politique et imbécillités ( comme des sottises politico-électorales, destinés à un auditoire au QI de 0,25.
    Car en effet, comment peut-on tenir des tels propos sans rire, et, c'est finalement le pire, en être persuadé. Ces pantalonnades découlent des réunions entre noirs, et interdite aux blancs, organisées par un syndicat étudiant dont la présidente se dit "racisée sociale" .
    En cherchant quelque peu dans mon vieux LAROUSSE, j'ai trouvé ces deux commentaires :

    *Les uns et les autres sont souvent parasités par les préjugés de leurs extrêmes, qui semblent s’être donné le mot tantôt pour " indigéniser " tantôt pour " 
    raciser " la question sociale. — (Caroline Fourest, Le Choc des préjugés, 2007)

    *
    Raciser une population, c’est l’enfermer dans un passé sans présent ni avenir : l’assigner à être une Race sans histoire. — (Maurice Olender, Race sans histoire, 2009)

    Mais
    comment peut-on, quand on est étudiant, c'est à dire à bac + voire +++, dirigeant d'une grande région, président d'un parti politique, avocat ou adjoint au maire d'une capitale, comment ne peut-on pas comprendre que tous les humains, quelles que soient leurs couleurs, leurs origines ou leurs religions, sont tous égaux.
    Que tant qu'ils ne parleront pas ensembl
    e, tous, il y aura toujours des illuminés qui, au prétexte des horreurs du passé, prépareront des horreurs pour l'avenir, des crétins congénitaux qui chercheront à détruire racisme, politique et imbécillités (l'humanité, au nom d'idéologies aussi saugrenues que mortifères.
    Mais, car il y a, comme toujours, un mais .
    Tous ces parleurs,  ou presque, sont, totalement et définitivement, des politiciens, ce mot dont l'un des synonymes est démagogue.
    Tout ce qui peut servir a faire croire qu'on existe est utile ....
    _____________________
    (1) du latin imbecillitas; qu'il faudrait écrire maintenant avec un seul "l", ce qui, en annihilant l'étymologie, change le sens du mot, qui, de ce fait ne veut plus rien dire...

    image : causeur.fr ; humanité .fr; investigaction.net


    1 commentaire
  • islamophobie, christianophobie, phantasmagor

    Depuis quelques temps les universités gauloises, notamment celles de Burdigala et de Cularo défraient la chronique, leurs étudiants et leurs professeurs s'écharpant verbalement pour des motifs aussi saugrenus que générateurs de polémiques.
    Je n'ai pas été étudiant en université. Et ne jouis donc pas, grâce à Dieu, de diplôme universitaire.
    Comme quelques dizaines de millions de nos contemporains ( en un seul mot) je fais donc partie de la plèbe ignare, qui ne comprend goutte aux idées lumineuses de quelques enseignants et étudiants éclairés.
    Néanmoins, et bon sens en plus, il me semble important de préciser que, lorsque je parle d'idées lumineuses, ou de gens éclairés, il s'agit seulement de l'opinion que leurs auteurs ont d'elles ... et d'eux mêmes !
    Quant à la liberté d'expression, pour eux, seule compte la leur. Les mots du titre de cette chronique pourraient, si l'Académie l'acceptait, être, avantageusement, remplacés par un néologisme, tel que conophobie, imbecilophobie, par exemple.
    Cette polémique (qui a pour synonymes querelles, et disputes ) n' a pour finalité que la mise en vedette de quelques illustres inconnus plus ou moins lambda, et leur donner l'impression d'exister pendant la pandémie, ou d'échapper a des cours qui ont été mal préparés.
    Depuis les origines les religions sont régies par des règles que quelques humains ont établies, en disant au monde, et en exigeant d'être crus, qu'ils étaient inspirés par Dieu.
    Et depuis les origines, il y a eu d'innombrables attaques, de tout bord, chacun voulant persuader que son Dieu est meilleur que celui de l'Autre, et cherchant à éliminer la concurrence pour être le seul a dominer . Heureusement pour l'humanité, le Créateur n'a jamais permis à l'un ou islamophobie, christianophobie, phantasmagorl'autre de rester le seul.
    Parmi les musulmans combien ont lu la Bible, parmi les chrétiens, combien ont lu le Coran?
    Pas beaucoup!
    Par contre, parmi les islamophobes et les christianophobes, les non-pensants ( je suis poli...) sont aussi nombreux que les neurones qui sont supposés leur donner de l'esprit.
    Il y a eux qui haïssent à la suite d'exactions, il y a ceux qui haïssent parce que leur journal leur a dit, il y a ceux qui haïssent chrétiens ou musulmans, comme ils haïssent les noirs, les jaunes et tous ceux qui ne sont pas, ne vivent pas , ne s'habillent pas ou même ne mangent pas comme eux.
    En somme,par racisme pur et dur, ce qui ressort du phantasme (1).
    _________________________

    (1) vision illusoire due , entre autres, à des troubles mentaux

    images : le point.fr ; fra.europa.eu


    1 commentaire
  • socialement parlantLe réchauffement climatique devient de plus en plus flagrant.
    Nous ne sommes pas encore au printemps, et déjà les réseaux sociaux, ces jardins et serres où pousse tout et n'importe quoi, fleurissent (bien qu'ils soient bien loin des fleurs) sur tous les supports médiatiques.
    Ils ont des noms aussi saugrenus qu' ésotériques ou issus d'un langage peut-être interstellaire, comme tik tok, swich , tweeter, instagram et autres nids d'insanités et pièges à paroles.
    Et chacun de ceux qui règnent, croient régner, voudraient bien régner ou tout au moins tirer quelques plus ou moins substantiels profits se bousculent pour s'y montrer, étaler leurs sciences et leurs plus ou moins bonnes idées et tenter de séduire des électeurs en vue des prochaines échéances de tentatives d'accès aux ors républicains.
    Sans parler de ceux qui, bien que courageusement anonymes, jubilent de lire leurs propos.
    Et bien sûr, des gens sensés seront influencé par ces réseaux, tant il est vrai qu'on est has been, toquard, voire vieux con, quand on n'y participe pas.
    Et qu'en nos temps de communication, il est important de savoir, même si on ne comprend pas, et qu'on vote pour Jules, Paul ou Jacques en fonction de ce qu'il prétend ou (et) de ce qu'il promet, sans chercher plus loin.
    Et les dits réseaux sociaux, où l'anonymat règne, permettent de vouer l'élu aux Gémonies, voire à la Roche Tarpéienne , sans prendre l'ombre d'un iota de risque quand l'élu ne fait pas ce qu'il a promis ou même laissé entendre, pas voté pour lui ...
    Il ne faut pas négliger le fait que ces réseaux permettent aussi les harcèlements et agressions de tout acabit.
    Cependant, dans la pire des choses, il y a du bon, et nombreux sont lessocialement parlant utilisateurs de ces réseaux les utilisent pour communiquer , tout simplement. Pas toujours (souvent) en un français et une orthographe qu'on pourrait aisément qualifier d'approximatifs(1)
    Et finalement, au vu du nombre exponentiel des experts en tout qui y déblatèrent ( dans le sens latin du mot ), ces réseaux pourraient remplacer toutes les universités, facultés et autres lieux d'enseignement.
    Economie ?

    images : pinterest.fr ; projet-voltaire.com

    (1) l'orthographe inclusive heurte trop violemment l' admiration que mérite  notre langue pour que je l'utilise...


    1 commentaire
  • Après quelques années de bons et loyaux services, l'imprimante que j'utilisais régulièrement a rendu son âme au dieux de l'informatique.
    Et bien entendu en bon perpétuel apprenti informaticien, j'en dû en acquérir une autre, tant il est vrai que ma carcasse, bien que datant d' avant la dernière déflagration de la connerie humaine des années 40, a été mordue par un insidieux insecte, que je nomme arbitrairement addict ordinatorial, et je ne suis plus capable d'écrire lisiblement avec mes doigts devenus malhabiles, habitués qu'ils sont devenus au clavier.
    Je suppose que quelques uns de ceux qui liront cette chronique sont dans la même situation, et se reconnaîtront facilement.
    D'autant plus que, comme moi, ils ont dû déballer la machine, en découpant des adhésifs, en retirant des cartons bloquant plus ou moins l'engin, et chercher la notice.
    Puis il a fallu parcourir les explications données dans toutes les langues du monde avant de trouver la française.
    Et ne pas être plus avancés après qu'avant. Pourtant, si on en croit le rédacteur de ladite notice, cette installation est d'une simplicité enfantine, pour ne pas dire biblique.
    Il suffit, en effet, de télécharger un logiciel qui donne toutes les instructions et facilités en vue de cette installation.
    Jusque là, pas trop de problèmes. Les complications viennent des termes employés pour "expliquer", qui sont rédigés avec des mots qui devraient, selon leur apparence, être écrits en anglais.
    Le hic consiste dans le fait que ce sont ( peut-être) des mots anglais, mais qui ne figurent dans aucun des dictionnaires de langage usuel qui suffisent généralement à mon bonheur dans mes rares relations avec les descendants de Shakespeare...
    Par contre, mon propre langage lors de ces opérations de découverte aurait conduit ma Mère à me laver la bouche au savon noir, en raison des horreurs proférées.
    Après une bonne dizaine d'heures de recherches, tentatives, essais et... d'échecs, j'ai réussi à imprimer.
    Tout cela sous sous le regard ironique de la femme de ma vie, qui moqueuse, me dit généralement dans ce genre de situation : "tu sais, il y a des gens qui savent faire ça !"
    Ce à quoi, prudemment, je me garde bien de répondre...

    image : amha.fr


    4 commentaires
  • Le ciel était couvert, ce matin, et la pluie menaçait, tranchant net l’envie de mettre le nez dehors. N’ayant pas une grande envie de travailler, j’ai endossé mon costume de surfeur,  je me suis assis devant l écran, et, j’ai chassé les nouvelles sur internet.
    Entre les plus ou moins "élucubrantes"  déclarations d’experts autoproclamés au sujet de la pandémie, les dénonciations de violences policières sur des braves gens qui passaient par hasard, d’agressions sexuelles , et autres horreurs, un titre m’a intrigué :

    Emmanuel Macron doit-il vraiment traverser le Luxembourg pour se rendre au fort de Brégançon ?

    Le Grand Duché n’étant pas, à mon avis tout au moins, sur une trajectoire très logique entre Paris et ledit fort, par acquit de conscience, j’ai consulté mon Atlas pour vérifier si un changement topographique, géographique ou politique s’était commis sans que j’en sois avisé.
    N’ayant constaté aucune révolution, j’ai poursuivi la lecture de l’article dont le titre accrocheur avait retenu mon attention.
    Finalement, tout arrive, j’ai compris.
    Hors donc , il faudrait, selon le titre de  cet article traverser le Luxembourg, et le texte simplement  une terre appartenant au Grand Duché de Luxembourg, la Tour Sarrazine, résidence d’été des grands ducs .
    Il me semble important de préciser que les deux résidences des deux chefs d’état sont situés sur la même commune de Bormes les Mimosas. 
    Mais pas sur la même voie de communication.
    Je voudrais supposer que le rédacteur a voulu faire un jeu en écrivant son titre, et à vue de nez, cela pourrait paraître possible .
    Toutefois, parmi les lecteurs de journaux et les visiteurs d’internet, il est des gens qui se contentent de lire les titres.
    Et parmi ces visiteurs, une bonne part se contente du premier degré, et en a déduit que le président de la république dépense l’argent des contribuables en dispendieuses et inutiles déviations d’itinéraire. 
    Sujet bien mineur pour un "journaliste" se pensant important, non?
    Ou alors…

    titres, allusions, illusion...

     


    1 commentaire
  • Janvier deux mille vingt. huit janvier deux mille vingt et un. Depuis treize mois et huit jours, ou quatre cent quatre jours, et presque autant de nuits,le monde et l'humanité sont recroquevillés, et se demandent ce qui va leur arriver. Quelques uns sentent l'arrivée de Big Brother, d'autres accusent les dirigeants d'intentions humanicides, et chacun, selon sa propre dose d'optimisme ou de pessimisme, voit son avenir bleu ou noir.
    Cependant, depuis l'avènement de l'humanité, de nombreuses pandémiesont fait rage et ont tué, souvent plus qu'aujourd'hui.
    Chaque fois , l'humanité a réussi à survivre, et de toutes les parties de la planète, d'innombrables idées brillantes ont amélioré la vie de tous.
    Nous avons vu surgir des gestes d'amitié, de solidarité, des idées brillantes. Les gens s'entraider. Et, bien sûr,  quelqu'un, ici ou là prétend, que le Créateur a planifié ces pandémies pour inspirer la prudence et inciter l'homme à une vie meilleure. Ou pour lui faire peur.
    Selon leurs propres disciples, les différents dieux qui ont été  sont ou seront priés quelque part dans le monde ont le pouvoir de décision en la matière.
    En fin de compte, quelle que soit la croyance, il faut croire qu’il est essentiel pour l'équilibre humain ... de croire.
    J'ai oublié qui a dit «l'espoir fait vivre».
    Chacun de nous pense librement.
    Que nous croyions aux dieux, aux démons, à quoi ou qui que ce soit, il semble que la foi, et même une Foi( avec une majuscule), soit nécessaire à l'homme, quoi qu'il dise ...

    ________________

    images :fr.vikidia.org, fr.wikipedia.org, slicanada.org


    1 commentaire
  • Ce matin, en essayant de me lever rapidement, j’ai pris conscience d’un fait qui m’a surpris : je ne possède plus la souplesse qui faisait ma gloire dans les années 50 du siècle dernier !
    Pourtant, j’ai toujours pratiqué, depuis ces temps quand même assez récents, de nombreuses activités, telles que football, rugby, course à pied, 4 21, belote, tarot, scrabble, Espéranto.
    J’ai même, aux temps de ma période tabagique, tenté, sans succès, hélas, de rouler personnellement mes cigarettes, c’est dire que j’ai fait tout ce que j’ai pu pour garder  mon corps d’éphèbe athlétique.
    Et malgré tous ces efforts, plus le temps passe et plus les magasins sont loin, plus les escaliers sont abrupts et plus les craquements et divers grincements de mes articulations sont audibles.
    On dit beaucoup sur cette suite d’incidents de fonctionnement ... "carcassique ", les uns la regrettant, d’autres la subissant en gémissant, d’autres encore en acceptent l’inévitabilité, et, comme disaient les Vieux Sages, vivent avec.
    On n’entend plus très bien, ce qui fait croire qu’on est sourd, et libère la parole, d’où quelques modifications de testaments… Pour ceux qui, bien sûr, ont quelque chose à léguer...
    Mais on voit le monde, paradoxalement, pourrait-on croire, avec des yeux neufs.
    En effet, l’importance des choses, des événements, des discours, des promesses et de leurs ...tenues, des attitudes, est prodigieusement relativisée, au fur et à mesure que l’avenir devient de moins en moins lointain !
    Bien que mon optimisme aussi indécrottable que congénital me fasse toujours et encore voir le verre à moitié plein, j’ai bien conscience que l’heure du bilan approche un peu plus chaque jour, surtout quand je me souviens de ma première voiture, cette bonne vieille Aronde que je pensais, comme moi solide et inusable, et qui, comme tout, a fini en tas plus ou moins rouillé.
    Loin de moi la prétention de me prendre pour une Simca, mais, hein…Bon...
    Quand, au détour d’une conversation, d’une moquerie ou d’un constat, j’entends un ricanement à mon égard ou au détriment d’un autre jeune octogénaire, je me revois, il y a quelques semaines d’années, en train de réciter devant notre admirable professeur de Français, ces vers prémonitoires extraits de Booz endormi, dans la fameuse Légende des siècles du grand Victor, :

    jeuneries et vieilleusetés...Les femmes regardaient Booz plus qu’un jeune homme,
    Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand.
    Le vieillard, qui revient vers la source première,
    Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ;
    Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
    Mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière. ...
    Consolant, non ?

    _________________________

    Image : ambroiseduchemin.com

     


    4 commentaires
  • exemple d’oxymore : civilisation américaineLe record de l’année 1992, que Madame Windsor qualifiait d’annus horribilis a été battu sans le moindre conteste par l’année 2020, qui vient de se terminer.
    Et celle qui commence n’augure guère d’une probabilité d’amélioration.
    Les virus de tout poil et de toute provenance poursuivent leur expansion.
    Hier, un nouveau, le covidonaldo vient d’entrer en scène , mais, heureusement, il n’attaque que les QI de moins de 05 , la moyenne étant de 100 pour les gens qualifiés de normaux.
    Les plus atteints, bien qu’en principe physiquement intacts, sont les panurgiens suivant en bêlant l’initiateur blondissant qui a donné son nom à ce virus.
    Lequel , pour l’instant, ne sévit que sur les rives du Potomac, mais pourrait s’étendre de Seattle à Miami, les séides de son créateur étant de nature baladeuse.
    Il faut, toutefois, ne pas tout refuser , car le dit initiateur a fait l’éblouissante démonstration de l’oxymore parfait : civilisation américaine, aussi évident que celui constitué par le mot Intelligence dans le sigle C.I.A .
    Cette création est le résultat des fumeuses élucubrations de l’intéressé, qui, avec l’aide d’aussi sots que grenus écervelés, tente de détruire ce que d’aucuns  un peu partout dans le monde, nomment  démocratie,exemple d’oxymore : civilisation américaine qualifiée ici de chrétienne,  là participative, voire monarchique ( si, si, on le dit, chez les grands bretons !!), et même populaire voire soviétique, au plus grand mépris du sens de ce magnifique mot.
    En effet, la combinaison de ses racines "Démos " signifiant peuple et " kratein "commander, a donné à l’Humanité la notion de gouvernement par le peuple.
    Il ne peut donc pas, par définition, être affublé de quelque qualificatif que ce soit, puisque l’usage de cet adjectif signifie que ceux qui ne s’en réclament pas en sont forcément exclus.
    Et la Démocratie meurt.
    Je ne sais plus qui a dit que tout est possible en Amérique ( enfin, au Etats-Unis d’Amérique, pas dans les pays peuplés de latinos hispanisant ou lusitanisants, voire de n’importe où, pourvu qu’ils n’aient pas la bonne couleur ).
    Et alors...
    images: pinterest.fr

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires