• Navrant (19 synonymes), lamentable (29 synonymes ), hideux (18 synonymes), ridicule (71 synonymes), imbécile (51 synonymes) etc ...
    Soit au bas mot 187 mots ( cent-quatre-vingt-sept ) dans notre bonne vieille langue française me viennent à l'esprit pour désigner les propos tenus par nombre de ce qu'il faut bien nommer des français à l'égard de nos concitoyens d'origines asiatiques , à la suite de l'apparition de cette nouvelle épidémie qui se propage rapidement dans le monde.
    Comme si une vendeuse à Lyon, une étudiante ici, un travailleur là étaient coupables d'un virus né au fond d'un marché au tréfonds de l'Empire du Milieu.
    J'ai écrit origines asiatiques au pluriel, car les glorieux insulteurs ne font aucune nuance entre une vietnamienne du sud et une chinoise du nord, un mongol et un annamite etc.
    Le pire, dans cette affaire, c'est que ces gens sont, à leurs yeux, pleins de bonne foi, de crainte pour eux et leurs enfants. Ce qui est respectable!
    Ils sont incapables de réfléchir, de considérer que le monde ne se résume pas à leur petite vie, que nous ne sommes, blancs, jaunes, noirs ( dans l'ordre alphabétique) que des locataires de ce monde que nous traitons comme s'il était une poubelle, mais qui était déjà la bien longtemps avant nous, et sera toujours là quand nous aurons tous misérablement disparu ou même quand nous nous serons disparus (1).
    Ces propos sont , hélas, la preuve de la misère intellectuelle qui règne sur nos pays et a permis l'arrivée aux pouvoirs de monstres ou de dangereux psychopathes., voire de sombres imbéciles.
    Il est encore possible de changer cette dangereuse évolution, et ceux qui se préparent à diriger le monde ont vraiment intérêt à réfléchir , à se rendre compte qu'il ne s'agit pas de se forger une sinécure mais d'aider des femmes et des hommes à vivre, afin que le séjour de tous entre les Pôles soit le meilleur possible.

     

    (1) quand nous aurons tout fait pour disparaître, en parlant comme MALHERBE


    9 commentaires
  • combat, lute, guéguerreBigre.
    Je ne sais plus si je vis ou si je rêve.
    Ou plutôt si je cauchemarde.
    Partout des gens supposés être sensés se disputent, s'injurient, se battent depuis si longtemps qu'ils ont oublié le motif de la discorde.
    Des clans se sont formés ou chacune et chacun apporte sa contribution en idées de réformes, en réclamations, en intercompréhensions, ses explications, ses entêtements, et, et c'est bien là le pire, ses désespoirs.
    De dialogues de sourds en brutalités plus ou moins consciemment prévues, l'ambiance est détestable. Ceux qui manifestent se sont persuadés d'être au pinacle de la raison, la presse affirme que ceux qui ne manifestent pas sont d'accord, et le prouve en montrant un ou deux aspirants voyageurs qui le proclament après avoir déclaré qu'ils n'appréciaient pas du tout de passer 3 ou 4 fois plus de temps dans les transports, quand ils trouvent un moyen de locomotion.
    Ceux qui, par leur proposition de réformes sont accusés d'être à l'origine du marasme se plaignent de n'être pas compris.
    Les hypothèses des conséquences de ladite réforme sont de plus en plus alarmistes, voire apocalyptiques. On entend tout et son contraire.
    Des gens qui étaient totalement anonymes accèdent pour quelques heures au vedettariat, et, y ayant priscombat, lute, guéguerre goût, essaient d'y revenir.
    D'autres, qui étaient un peu connus font le plus de bruit possible, ce qui, allez savoir, pourrait renforcer leur popularité.
    Les journaux, les radios, les télévisions nous disent tous les jours que des centaines de milliers d'enfants crèvent de faim, que des millions de gens n'ont même pas d'eau que d'autres millions, ou les mêmes, sont victimes de tyranneaux, que des milliers de femmes sont chaque jour brutalisées, battues, violées, et qu'en dehors d'une indignation de bon aloi, les états, les gens ne font pas grand chose.
    Pourtant, nombreux sont ceux qui essaient, qui aident, qui sauvent. Ces mots de Bertolt Brecht devraient, à mon sens, être plus connus et, éventuellement, essayes : celui qui combat peut perdre , celui qui ne combat pas a déjà perdu....dans tous les sens des mots

    images ; dessinsdeficvuabloga.com,  Paris premièr,


    1 commentaire
  • La télé, c'est bien connu, participe à l'éducation des spectateurs béats , comme des autres aussi, d'ailleurs. Et, vous l'avez peut-être remarqué, plus on avance en âge, plus on est instruit, mieux on est supposé comprendre le monde qui nous entoure pour ne pas dire qu'il nous phagocyte.
    Et hier matin, en petit-déjeunant, j'ai regardé les informations. Pour changer, on ne parlait pas d'une manifestation anti-retraite, mais d'une mobilisation contre la PMA, la Procréation Médicalement Assistée.
    Je n'ai rien contre ni pour cette méthode, estimant que chacune est assez grande et responsable pour gérer son corps, sa famille et sa vie.
    Dans les manifs ( ça fait plus impliqué que manifestations ), nombreux sont les experts de tout poil et de toute provenance, qui nous expliquent à grands renforts de grandiloquence, parfois éloquence, souvent logorrhée ce qui va nous arriver si ils ( ceux de la nébuleuse dirigeante ) poursuivent leurs projets.
    Certains arguments se tiennent, d'autres sont fumeux, tous sont très très bruyants.
    Et, aux hasard des commentaires recueillis par les journalistes enquêteurs, il sort parfois une perle d'évidence plus que biblique .
    J'ai donc entendu une dame, qui, avec la conviction d'une certitude de bon aloi, disait, sur un ton péremptoire et définitif : la PMA doit être exclusivement réservée à ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfants.
    Ce qui pourrait être interprété comme un argument en faveur des homosexuelles, car il est difficile à deux femmes seules de procréer entre elles....
    Par contre dans ces manifestations presque profamiliales, il n' est n'est jamais hurlé, dit ni même murmuré, voire pensé : la PMA n'est pas obligatoire, et seules les personnes qui sont dans l'impossibilité d'avoir elles-mêmes des enfants peuvent, si elles  le désirent, s'y intéresser.
    Contrairement à l'état qu'ils vilipendent, les manifestants veulent donc imposer à tous leur choix, leur opinion, leur manière de vivre.
    Ce qui revient à dire que qu'ils font preuve d'un égocentrisme forcené qui n'a pas , à mon sens, vocation à être un exemple pour une humanité... humaine.


    2 commentaires
  • Et si Jésus était né en Suède et Mahomet en Alaska ?
    Et si le grand père de trump était resté au Palatinat ?
    Et si les romains n'avaient eu que des chars à un cheval ?
    Et si Grouchy était arrivé avant Blücher?
    Et si hitler avait été vraiment juif?
    Et si les amérindiens avaient découvert l'ancien Monde?
    Et si je n'avais pas loupé ce foutu examen d'arithmétique ?
    Et si Jeanne d'Arc n'avait pas été pucelle ?
    Et si Louis XIV n'avait pas eu de fistule, les anglais auraient-ils eu un hymne ?
    Et si mes Vieux avaient eu une sixième fille à ma place ?
    Questions prégnantes, non ?


    2 commentaires
  •  J'ai décidé de suivre la mode.
    Après tout, je ne suis pas moins bête que les journaleux qui font l'actualité, les politiqueux qui croient la faire, ni que les jobards qui l'avalent toute crue.
    Je ne parle pas un traître mot d'anglais, mais j'ai entendu des voix issues de bobos(1) ou de jeunes gens sûrs d'eux, les pauvres, des voix donc, qui émettaient des borborygmes qu'ils attribuaient sans la moindre vergogne à Shakespeare, Byron voire Robin des Bois , ce qui me fut infirmé par un professeur d'anglais et néanmoins ami.
    Cet ami m'a dit qu'ils (les bafouilleurs) appelaient ça le "globish" version appauvrie de l'anglais, baragouinée par ceux, qui ignorant la langue, utilisent ce charabia pour avoir l'air de se faire croire qu'ils existent.
    Donc, la tendance , pour être intégré dans cette société de plus en plus saugrenue, est d'utiliser des mots, qui, n'ayant aucun sens pour les gens sensés, donnent l'impression au parleur de savoir quelque chose.
    C'est ainsi que l'on ( vous savez qui est "on"!) dit "agribashing" pour dire du mal, voire démolir les cultivateurs.
    Ce mot valise est une alliance contre nature composé du préfixe latin agri qui a donné agricole, agriculture, agriculteur etc, et du mot anglais bashing, qui signifie (harraps dixit) familièrement raclée, rossée etc.
    Eh bien, et c'est de la légitime défense, disons globishbashing, consbashing ( j'ai mis un s à con, car ils sont nombreux).
    Vous trouverez bien sûr d'autres locutions!

    ___________________

    (1) pour "bourgeois bohème" ...


    3 commentaires
  • Monsieur Stéphane Hessel, qui savait de quoi il parlait, l'a dit en 2010 à tous les échos, à tous les micros, devant toutes les caméras.
    Et il a été entendu . Mais hélas, seuls quelques uns l'ont compris.
    Seulement ceux qui devraient être au centre de toutes les attentions, de tous les soins des "instances dirigeantes".
    Lesdits dirigeants, eux, l'ont entendu aussi, comme tout le monde, mais  ne semblent pas l'avoir compris...! Sortes d'entités protéiformes faites de simulacres, de promesses oiseuses, d'engagements de façade, de petites phrases assassines et de grosses ficelles, ces "élites"semblent user de toutes sortes d'artifices qui leur permettent de se maintenir dans le cocon confortable des sphères d'en haut.
    Bien sûr, chacun de ces énarques, oligarques ou apparatchiks de tous les horizons vous jurera la main sur le cœur, la larme à l’œil et la grandeur de la république dans la voix qu'il est le seul, l'indispensable, l'incontournable, presque Dieu le Père, en un mot l'avenir de la république.
    Et il vous démontrera par l'algèbre, la politique, et souvent par l'absurde que c'est votre faute si le pays va mal, car vous ne votez pas bien, c'est à dire pas pour lui.
    Je sens que je vais avoir des problèmes, mais, ayant été syndiqué aux temps où ma semaine de travail comptait quarante-huit (48) heures, j'ai du mal à comprendre l'attitude des syndicats en nos temps aussi troubles que parfois … saugrenus. J'ai donc fait grève, pour plus de salaire, moins d'heures de travail etc .
    Le jusqu'au boutisme et l'intransigeance des dirigeants et des syndicalistes sont aussi malsains pour l'équilibre et le bien-être des populations qui ne peuvent que subir, et évidemment, manifester pour tenter d'obtenir ce que tous promettent et que personne ne donne .
    Dès lors il ne reste à faire que
                                                                                     S' indigner!!!!
    Monsieur Stéphane Hessel avait et aura, hélas longtemps, raison.
    Les rassemblements spontanés, partout, sont de bonnes idées, et, malgré l' apparente indifférence des "grands", et la tout aussi apparente complicité des syndicats, troublent la bulle de tranquillité étatique .
    Bien sûr, ils gênent les gens qui veulent se déplacer, Mais ils sont bien plus efficaces que les rodomontades obstinées des jusqu’au-boutistes de tout poil, politiques ou syndicaux. Ils sont l'expression de ce qu'on pourrait nommer, sans presque exagérer, un certain désespoir. Et il faudra bien, bon gré mal gré, en tenir compte, un jour ou l'autre 
    Aujourd'hui, ceux "d'en haut" ont appris.
    En dehors de quelques élucubrations populistes et surtout électoralistes, destinées à faire croire qu'ils ne pensent qu'à protéger les droits des " vrais" citoyens (ceux qui ont la bonne couleur, le bon nom et les bonnes origines), ils agissent insidieusement, par petites réformettes interposées, qui, mises bout à bout,ont l'air d'améliorer, mais blessent le tissu social et facilitent l'enrichissement de ceux qui détiennent le nerf de la guerre.
    Bien sûr, ces gens là ne veulent pas la mort du petit peuple, puisqu'il est indispensable à la prolifération exponentielle de leurs magots.
    Et, par voie de conséquence, de leur pouvoir.
    Les politiques, tous les politiques, quoi qu'ils en disent, malgré leurs fanfaronnades, leurs affirmations, leurs "programmes " sont des marionnettes manipulées, plus ou moins avec leur consentement , voire leur complicité, par les financiers. Il existe néanmoins une lueur d'espoir, car les requins de la finance ont un appétit pantagruélique et ne se gênent pas pour grignoter, et essayer d' engloutir les fortunes de leurs camarades .
    Avec un peu de chance, ils vont finir par s'entre dévorer.
    Mais ce n'est pas demain la veille.
    Alors, que faire ? Ne plus aller voter ? Une abstention majoritaire en ferait, éventuellement, réfléchir quelques uns, mais la démocratie étant ce qu'elle est, la majorité est constituée par la moitié des suffrages exprimés plus 1... Du coup, chaque candidat ayant ses aficionados , les mêmes reviendraient ( et, hélas, reviendront) au pouvoir.
    Il faut donc s'indigner, toujours et encore, pour finir par obliger les élus à vraiment agir pour le peuple.
    Et ça non plus, ce n'est pas vraiment demain la veille.
    Mais, en remettant vingt fois sur le métier l'ouvrage......  
    Les gilets jaunes ont de l'avenir
    Le Créateur , en voyant ce que son œuvre est devenue, doit avoir, de temps à autre, envie de repartir à zéro...
    Un rapide coup d’œil au dictionnaire fait remarquer que s'indigner, se révolter, s'insurger etc sont synonymes.....


    4 commentaires
  • On y est ! Qu'on le veuille ou non, les jours qui viennent, même si beaucoup de gens se défoulent dans les rues, pour obtenir l'arrivée de quelques choses ou le départ d'autres, les prochains jours, donc, seront pleins de promesses.

    Par la poste, par téléphone, par finalement n'importe quel moyen, chacune et chacun va éprouver, ou faire comme si elle ou il éprouvait pour ses contemporains toute l'empathie qui s'étalent plaisamment sur toutes les cartes de vœux du monde, agrémentées de neige, de rubans, de boules brillantes et autres décorations joyeuses. Plus simplement, toutes et tous vont souhaiter à tous et toutes tout le bonheur du monde. Et ce sera d'autant plus sincère que ça ne coûte rien  ! Ceux qui sont en bonne santé vont souhaiter aux malades, une meilleure santé, les vieux souhaiteront aux jeunes de vieillir en paix et dans la joie, les jeunes diront aux vieux leur admiration, leurs remerciements en espérant secrètement vivre aussi longtemps qu'eux.

    Les riches souhaiteront aux pauvres de ne pas s'enrichir trop, puisque, c'est bien connu, l'argent ne fait pas le bonheur, et les pauvres s'en contenteront, car ils sont habitués à la pénurie, des politiciens souhaiteront la lune, puisque ça n'engage à rien, les voleurs d'autos souhaiteront l'arrivée des voitures sans clé, ceux que quelques sots nomment des sots se souhaiteront la venue de l'esprit.

    En somme il sera promis du rêve. Et ceux qui rêvent toutes les nuits, dont, et j'en remercie les Dieux, je fais partie, seront satisfaits, puisque tout le monde dit que la perfection est un rêve.

    Rêvons donc à un monde meilleur, à la fin des guerres, à la fin de la faim, à l'extinction des inégalités, au respect inné des femmes, à l'éradication des cons, en somme, à tout le meilleur.

    Et, si on en croit le proverbe, ( et pourquoi ne le croirions-nous pas?) il n'y a que la foi qui sauve !

    Alors, BONNE ANNEE !!!

     

    Peache


    4 commentaires
  • Depuis des années, l'Armée Française lutte pratiquement seule au Mali contre les djihaddistes qui menacent la paix du Monde. Et elle paie un lourd tribut à cette mission.
    Cette semaine, 13 jeunes hommes sont morts en opération, pour défendre la Liberté .
    Notre Liberté.
    La Liberté du Monde, y compris celle des états timorés qui attendent que les marrons soient tirés du feu. Nous ne pourrons jamais régler cette dette.
    Merci

    morts pour nous

    NE LES OUBLIONS PAS !


    6 commentaires
  • Dans nos pays civilisés, ou tout au moins supposés l'être, un nombre ahurissant de membres de toutes les communautés sont battus, trahis, violés, exterminés. Et les autres membres des mêmes communautés semblent commencer à remarquer le problème. Et, avec plus ou moins d'efficacité et de bonne volonté, essaient de temps à autre de trouver le remède miracle.
    Ces victimes , vous l'avez sans doute deviné, sont les descendantes de Eve, de Marie, de Rachel, d’Aliénor, de Simone, des Mères, des Sœurs, des Filles, de toutes Celles sans qui rien ne serait, sans qui l'Histoire ne se serait pas déroulée, sans qui leurs bourreaux n'auraient pas eu accès à la vie .
    Chacune, chacun de ceux qui voient, qui entendent, qui soignent celles qui souffrent, a sa solution, mais toutes et tous rejettent la responsabilité sur les États, qui selon eux ( je n'utiliserai pas ici l' écriture inclusive, bien plus séparatrice que rassembleuse...pour être poli !), les États, donc, qui seraient coupables de négligence, d'indifférence et même, selon les plus extrémistes, de complicité .
    Bien entendu, puisque dans nos sociétés tout est dû, on attend leur réaction, et comme tout ce qui vient d'en haut est long à venir, on reste inactif en attendant. Il est vrai qu'il faut des lois pour gérer une société.
    Mais les gouvernements sont mis en place par les peuples, qui ont les chefs s’ils méritent. Il est vrai aussi qu'il est plus facile de mettre les responsabilités sur les autres plutôt que s'engager soi-même. En l'occurrence la lutte contre les violences faites aux femmes est l'affaire de tous et chacun et chacune , tous, doivent retrousser leurs manches et agir, chacun à son niveau, chacun dans sa sphère, en éduquant, en intervenant, en signalant. Il ne s'agit pas de délation, comme quelques uns le prétendent ( et donc ne font rien).
    La Loi, que toutes et tous mettent en cause, fait une obligation de dénoncer les brutes et les coupables de violences qui doivent absolument être durement sanctionnés. Il est évident que les gendarmes, policiers, maires, enseignants, magistrats doivent être sérieusement et vraiment formés à l'accueil et à une réaction rapide et efficace pour mettre fin à ces situations insupportables. Les parents doivent, car c'est leur rôle, éduquer leurs enfants, l'éducation étant le meilleur atout dans cette situation.
    Les sanctions, les soins, les contrôles, les surveillances sont indispensables .
    Un autre aspect de cette situation est que quelques uns et aussi quelques unes pensent – et disent - que parfois il est question de mensonge, d'exagération, d'excès même.
    C'est exceptionnel, mais malheureusement inévitable, la recherche de la célébrité faisant fi de la pudeur et du respect .
    Nos temps sont incertains....Un jour, peut-être, la civilisation triomphera!


    3 commentaires
  • laïcité ! Que d'âneries profères-ton en ton nom !Il est presque aussi difficile d'échapper aux innombrables insanités, sottises, exagérations, voire saugrenuteries qui inondent la presse et les ondes voire, hélas, nos conversations de , depuis qu'un nostalgique du monde vichyssois fut outré par la présence d'un voile sur une tête de femme.
    Je ne suis pas centenaire, et il me souvient que, dans les églises catholiques des années de ma jeunesse, les femmes et les filles ne pouvaient pas assister à la messe "en cheveux", sans chapeau, ou foulard sur leurs charmantes têtes.
    En 1789, une des plus importantes conséquences de la Révolution fut, sans conteste, la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, qui fut inscrite dans la Constitution. Elle fut suivie en 1791 par la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne, de Marie Gouze , dite Olympe de Gouges .
    Ce dernier texte juridique n'a pas été, lui, constitutionnalisé, peut-être en applicatiolaïcité ! Que d'âneries profères-ton en ton nom !n de quelque machisme révolutionnaire?
    Ce sexisme ne s'appliquait pas à la guillotine, puisqu' Olympe de Gouge et Maximilien Robespierre ont tous deux tâté du couperet!
    Vous avez dit
    égalité ?
    La construction de la République fut longue, et, d'empire en restauration on arriva au 19
    ème Siècle au cours duquel d'énormes bouleversements se produisirent, qui finirent par amener la promulgation le 9 décembre 1905, de la loi de séparation des églises et de ltat .
    Jusque là, les églises, et la chrétienté en particulier, avaient participé activement aux divers gouvernements , et en avaient bien profité, sous tous les régimes .
    laïcité ! Que d'âneries profères-ton en ton nom !Après l'affaire Dreyfus, qui
    constitua une véritable épreuve pour la Troisième République, cette si
    mple affaire d'espionnage étant devenue une crise politique majeure à cause de son caractère antisémite. Cette affaire opposait des idées politiques très différentes.
    C'est ainsi qu'elle participa au plus grand chantier que connut la Troisième République , celui qui permit le triomphe de la laïcité en excluant l'
    église catholique de l'exercicelaïcité ! Que d'âneries profères-ton en ton nom ! de tout pouvoir politique ou administratif. La laïcité est donc seulement , mais totalement, la liberté de conscience religieuse.
    Chacun peut, et c'est le devoir de tous,  de non seulement permettre mais de protéger ce droit .
    Actuellement, ce sont l'Islam et le Judaïsme qui sont l
    es cibles des aigris, et des non pensants de tout poil, qui, incapables d’œuvrer pour un monde sain d'esprit essaient de regrouper leurs insuffisances pour se donner une apparence d'existence.

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires